Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

SUR LE NET

« L’Ice Bucket Challenge » détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Le convoi russe en Ukraine : pourquoi et pour qui ?

En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

  • Liga : Munir El Haddadi, la nouvelle perle du Barça

    En savoir plus

  • Mineurs, lieux publics... l'OMS prend position contre la e-cigarette

    En savoir plus

EUROPE

Budget de l’UE : la bataille ne fait que commencer

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/02/2013

Les chefs d'État de l'Union européenne ont trouvé un accord sur un budget d'austérité de 908 milliards d'euros - une baisse historique. Le Parlement européen a d'ores et déjà annoncé qu'il ne le voterait pas.

Après avoir été adopté par les chefs d'État de l'UE, le budget européen pour la période 2014-2020 doit désormais être voté par le Parlement européen. Son président, Martin Schulz, a annoncé vendredi 8 février son refus de voter ce budget en "l’état", qu’il ne considère pas assez favorable à la croissance : "Cet accord ne renforcera pas la compétitivité de l'économie européenne. Au contraire, il ne fera que l'affaiblir. Ce n'est pas dans l'intérêt des citoyens européens" ont indiqué dans un communiqué commun Joseph Daul (PPE, conservateurs), Hannes Swoboda (socialistes), Guy Verhofstadt (Libéraux), Rebecca Harms et Daniel Cohn-Bendit (Verts).

À l'inverse, ce budget, fruit de négociations entre chefs d'État, satisfait pleinement le Premier ministre britannique, sorti grand gagnant de cet accord européen. Sans relâche, David Cameron a brillamment négocié une baisse de 3,7 % des crédits de paiement sur le budget européen pluriannuel 2014-2020 par rapport à celui de la période 2007-2013, ramenant à 908 milliards d’euros le montant de ces dépenses effectives. C'est la première fois que le budget européen adopté est inférieur à celui de la période précédente.

Maigre victoire pour Hollande

Si David Cameron mais aussi la chancelière allemande Angela Merkel ont obtenu la cure d’austérité qu’ils estiment indispensable au redressement européen, François Hollande avait prévenu qu’il n’accepterait pas tous les sacrifices, notamment dans le domaine de l’agriculture. Dans le cadre de la Politique agricole commune (PAC), une enveloppe supplémentaire a donc été allouée à la France afin qu’elle maintienne les aides aux revenus des agriculteurs. La France devrait bénéficier de 1,25 milliard d’euros supplémentaires. Une maigre victoire pour le président français puisque le document présenté par le président du Conseil européen Herman Van Rompuy fait cependant état d’une coupe de 13 % sur le budget global de la PAC.

D'autres secteurs subiront des coupes importantes, comme celui de la Cohésion qui sera diminué de 9 %. Le budget préserve l’aide alimentaire mais réduit l’enveloppe du Programme européen d’aide aux plus démunis (PEAD) à 2,1 milliards d’euros, contre 3,5 milliards pour la période 2007-2013. L’explication : l’Allemagne, le Royaume-Uni et les Pays-Bas jugent que le PEAD ne rentre pas dans le cadre des compétences communautaires. Près de18 millions de personnes sont pourtant concernées par ce programme.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 09/02/2013

  • UNION EUROPÉENNE

    Le Parlement européen ne veut pas du budget conclu par les 27

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Les propos de David Cameron sur l'UE provoquent de vives réactions

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)