Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

EUROPE

Budget de l’UE : la bataille ne fait que commencer

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/02/2013

Les chefs d'État de l'Union européenne ont trouvé un accord sur un budget d'austérité de 908 milliards d'euros - une baisse historique. Le Parlement européen a d'ores et déjà annoncé qu'il ne le voterait pas.

Après avoir été adopté par les chefs d'État de l'UE, le budget européen pour la période 2014-2020 doit désormais être voté par le Parlement européen. Son président, Martin Schulz, a annoncé vendredi 8 février son refus de voter ce budget en "l’état", qu’il ne considère pas assez favorable à la croissance : "Cet accord ne renforcera pas la compétitivité de l'économie européenne. Au contraire, il ne fera que l'affaiblir. Ce n'est pas dans l'intérêt des citoyens européens" ont indiqué dans un communiqué commun Joseph Daul (PPE, conservateurs), Hannes Swoboda (socialistes), Guy Verhofstadt (Libéraux), Rebecca Harms et Daniel Cohn-Bendit (Verts).

À l'inverse, ce budget, fruit de négociations entre chefs d'État, satisfait pleinement le Premier ministre britannique, sorti grand gagnant de cet accord européen. Sans relâche, David Cameron a brillamment négocié une baisse de 3,7 % des crédits de paiement sur le budget européen pluriannuel 2014-2020 par rapport à celui de la période 2007-2013, ramenant à 908 milliards d’euros le montant de ces dépenses effectives. C'est la première fois que le budget européen adopté est inférieur à celui de la période précédente.

Maigre victoire pour Hollande

Si David Cameron mais aussi la chancelière allemande Angela Merkel ont obtenu la cure d’austérité qu’ils estiment indispensable au redressement européen, François Hollande avait prévenu qu’il n’accepterait pas tous les sacrifices, notamment dans le domaine de l’agriculture. Dans le cadre de la Politique agricole commune (PAC), une enveloppe supplémentaire a donc été allouée à la France afin qu’elle maintienne les aides aux revenus des agriculteurs. La France devrait bénéficier de 1,25 milliard d’euros supplémentaires. Une maigre victoire pour le président français puisque le document présenté par le président du Conseil européen Herman Van Rompuy fait cependant état d’une coupe de 13 % sur le budget global de la PAC.

D'autres secteurs subiront des coupes importantes, comme celui de la Cohésion qui sera diminué de 9 %. Le budget préserve l’aide alimentaire mais réduit l’enveloppe du Programme européen d’aide aux plus démunis (PEAD) à 2,1 milliards d’euros, contre 3,5 milliards pour la période 2007-2013. L’explication : l’Allemagne, le Royaume-Uni et les Pays-Bas jugent que le PEAD ne rentre pas dans le cadre des compétences communautaires. Près de18 millions de personnes sont pourtant concernées par ce programme.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 09/02/2013

  • UNION EUROPÉENNE

    Le Parlement européen ne veut pas du budget conclu par les 27

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Les propos de David Cameron sur l'UE provoquent de vives réactions

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)