Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Sofia Amara, auteur d'"Infiltrée dans l'enfer syrien"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : bras de fer pour le Sénat

En savoir plus

SUR LE NET

Une vidéo dénonce le harcèlement de rue à New York

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Fraude fiscale : 80 pays s'engagent contre le secret bancaire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La rançon de la gloire"

En savoir plus

DÉBAT

Burkina Faso : un "coup d'État constitutionnel" ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Burkina Faso : un "coup d'État constitutionnel" ? (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DSK, une mauvaise passe sans fin"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Au Burkina Faso, la rue défie Campaoré

En savoir plus

FRANCE

En France, les enfants d'immigrés préfèrent un conjoint de même origine

© AFP

Texte par Assiya HAMZA

Dernière modification : 11/02/2013

D'après les travaux récents menés par deux sociologues, les Français de deuxième génération choisissent le plus souvent un partenaire au sein de leur communauté d'origine. Entretien.

"Qui se ressemble s'assemble." Alors que les mariages mixtes sont souvent perçus comme le symbole d'une intégration réussie, les enfants d'immigrés tendent pourtant à redonner vie à ce dicton. Nés de parents arrivés en France à partir des années 1950, 61 % des Français de deuxième génération choisissent un conjoint de la même origine, d'après une étude menée par Beate Collet, maître de conférences à l'université Paris-Sorbonne, et Emmanuelle Santelli, chargée de recherche au CNRS. Les deux sociologues ont étudié les choix conjugaux de couples dont les parents sont originaires du Maghreb, du Sahel et de Turquie. D'après leurs travaux*, si les descendants d'immigrés sont certes influencés par le poids des traditions héritées de leurs parents, l'amour n'est pas non plus secondaire. Entretien.

Pourquoi choisit-on un conjoint de sa communauté plutôt que d'une autre ?

Beate Collet et Emmanuelle Santelli : Choisir quelqu'un de sa communauté d'origine permet à la fois de tenir compte des désirs, ou volontés, des parents et de ses propres aspirations. Traditionnellement, le mariage était l'affaire des parents et de la communauté élargie qui s'occupait de présenter les deux familles ; il était "arrangé" entre familles. Sous l'effet des années passées en France - et aussi parce que les choses évoluent dans les pays d'origine -, les parents considèrent de moins en moins que marier leurs enfants est de leur devoir. Bien entendu, ils continuent de souhaiter - voire d'imposer pour certains - que le conjoint de leur fils/fille soit de la même origine. Mais dans la majorité des familles, à la différence de ce qui se déroulait par le passé, le conjoint de "même origine" n'est plus nécessairement issu du lignage : il peut être du même pays, voire d'un pays limitrophe - par exemple une jeune fille d'origine tunisienne peut se marier avec un jeune homme d'origine algérienne sans que ce mariage soit considéré comme mixte.

Les contours de la communauté d'origine ont donc changé dans la mesure où cette dernière englobe toutes les personnes ayant une origine maghrébine, étant de religion musulmane ou ayant une expérience familiale migratoire. Ainsi aujourd'hui les descendants d'immigrés ont un choix plus large et peuvent choisir un conjoint qui leur correspond tout en restant dans la "communauté d'origine". 

Qu'est-ce qui différencie les enfants d'immigrés de leurs parents dans le choix d'un conjoint ?

B.C et E.S. : Ce qui différencie le plus les enfants d'immigrés de leurs parents se résume à deux choses : le fait que le plus souvent ils ont choisi librement leur conjoint et qu'ils en sont amoureux. L'autre différence est spécifique au contexte de l'immigration en France, ces descendants d'immigrés peuvent choisir de faire un "mariage mixte". Ayant grandi en France, ils sont "pris" entre les valeurs des parents, présentes dans l'espace familial, et les valeurs des jeunes de leur génération transmises à l'école, entre amis et par les médias. Pour leur choix amoureux se pose donc la question de choisir quelqu'un de même origine ou quelqu'un d'un autre groupe, qu'il soit Français de parents non-immigrés ou issu d'un autre groupe minoritaire. Selon les fréquentations qu'ils ont, le temps de leurs études, sur leur lieu de travail, leur cercle d'amis, ils sont susceptibles de s'orienter vers une union mixte. Cette dernière peut être acceptée par les familles d'origine qui elles-mêmes ont évolué sur ce sujet, mais elle peut aussi être refusée et provoquer des ruptures passagères ou durables dans les familles.

Cette tendance à choisir un conjoint appartenant à la même communauté est-elle plus marquée chez les femmes ou chez les hommes ?

B.C et E.S. : Cette tendance est plus marquée parmi les femmes car, plus que les hommes, il leur est difficile de déroger aux attentes de leurs parents. Il s'agit là d'une règle qui va bien au-delà des enfants d'immigrés. Depuis l'enfance, elles sont plus surveillées, leurs sorties plus contrôlées, elles ressentent plus fortement sur elles les attentes des parents de faire "le bon choix". Bien que, comme les hommes, elles choisissent le plus souvent librement leur conjoint, il se trouve plus souvent être de la même communauté d'origine. Mais c'est aussi pour des raisons religieuses : dans le monde musulman, s'il est admis que les hommes peuvent se marier avec une femme qui fait partie des trois religions monothéistes, il en va différemment pour les femmes. Pour elles, le conjoint doit être de religion musulmane. Elles ont fortement intériorisé cette attente.

L'amour passe-t-il au second plan ?

B.C et E.S. : Pour la grande majorité des descendants d'immigrés, l'amour ne passe pas au second plan. Ces descendants d'immigrés veulent parvenir à tout concilier et aujourd'hui, en France, le "marché matrimonial" est suffisamment vaste pour qu'ils rencontrent quelqu'un qu'ils aiment et qui à la fois dispose de tous les critères (faire partie de la même communauté d'origine, avoir un mode de vie similaire, un même projet de vie de couple, etc.). Et puis, ils peuvent aussi le rencontrer librement au pays d'origine. De nombreuses rencontres s'y font aussi le temps des vacances.

Le mariage est-il une institution plus inébranlable chez les communautés étudiées que chez les Français dits de souche ?

B.C et E.S. : Oui, clairement. On peut observer que les descendants d'immigrés cohabitent nettement moins en dehors du mariage ou avant le mariage. Ils se marient donc dans des proportions plus importantes. Le mariage est le plus souvent constitué d'une cérémonie religieuse et civile. Selon des résultats de l’enquête Trajectoires et Origines (Ined-Insee, 2008), seuls 19 % des descendants d'immigrés d'origine maghrébine, turque et sahélienne cohabitent sans être mariés, 17% ont cohabité avant de se marier alors que 64% se sont mariés avant de cohabiter dans un même logement. La population témoin (Français sans ascendance migratoire) était de 48 % et 39 % dans les deux premiers cas de figure et seulement 13 % dans le dernier cas de figure.

 

* Beate Collet, Emmanuelle Santelli, "Couples d’ici, parents d’ailleurs. Parcours de descendants d’immigrés", Paris, Presses universitaires de France, 2012.
 

Première publication : 09/02/2013

  • FRANCE - IMMIGRATION

    Sans-papiers : Valls recadre l'attribution des titres de séjour

    En savoir plus

  • FRANCE

    Manuel Valls souhaite assouplir les critères de naturalisation

    En savoir plus

  • FRANCE

    Droit de vote des étrangers : François Hollande veut tenir sa promesse de campagne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)