Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

Sports

Tournoi des VI nations : les Gallois et le XV de France dos au mur

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/02/2013

Le XV de France doit afficher samedi toute la maîtrise de son jeu qui lui a fait défaut la semaine dernière en Italie pour s'offrir un premier succès dans le Tournoi des VI nations face à un pays de Galles englué dans une série de défaites.

Le Tournoi des Six Nations en est seulement à sa deuxième série de matches ce
week-end mais la France et le Pays de Galles se retrouvent déjà dos au mur après une défaite qui a détruit leurs espoirs de Grand Chelem et peut-être de victoire finale.

Pour expliquer cette situation, Philippe Saint-André, sélectionneur du XV de France, a développé une théorie originale.

"C'est la beauté du rugby, le ballon est ovale et on reste un sport d'affamés", a-t-il dit laissant entendre que Gallois et Français avaient peut-être perdu leur appétit.

Les Gallois parce qu'ils étaient au sommet de l'Europe après leur Grand Chelem de 2012 et sont englués depuis dans une série de huit défaites.

Les Français parce qu'ils restaient sur quatre victoires d'affilée, en visaient une cinquième à Rome et ont reçu un camouflet de l'Italie.

Le match de samedi au Stade de France sera donc une rencontre à victoire obligatoire pour les deux équipes.

Pour y parvenir, Saint-André à joué de plusieurs méthodes.

Dans les heures qui ont suivi le 23-18 de Rome, seconde défaite seulement du XV de France face à l'Italie depuis que le Tournoi est passé à six, il a fait voler les mots comme un Bernard Laporte aurait pu le faire dans de telles circonstances.

Les mots de "colère", "envie", "haine", "casque à pointe", "énorme combat" sont apparus dans son vocabulaire habituellement bien lissé.

"On voit la moelle d'un joueur de très haut niveau non pas dans une dynamique de victoires mais plutôt dans la défaite. L'important c'est de se nettoyer les neurones, le bulbe pour pouvoir relever la tête", a-t-il ajouté.

Parallèlement, le sélectionneur du XV de France a joué les diplomates. En reconduisant dès le lendemain de la défaite les joueurs valides présents sur la feuille de match au lieu de déclencher une purge comme bon nombre de ses prédécesseurs.

L'accent a été mis aussi sur la valeur de l'équipe d'Italie plus que sur les insuffisances de l'équipe de France.

" Contrat moral"

Et quand est venu le moment de former le XV qui débutera le match contre Galles, il a reconduit 13 des 15 titulaires de Rome avec comme seules exceptions la promotion de Mathieu Bastareaud à la place de Florian Fritz au centre et le remplacement du
deuxième ligne et capitaine Pascal Papé, blessé, par Jocelino Suta.

Thierry Dusautoir a naturellement retrouvé le brassard de capitaine.

A part ceux qui devaient rêver en secret de titularisation, les joueurs ont apprécié.

Le talonneur remplaçant Benjamin Kayser et le pilier Yannick Forestier l'ont dit, chacun à sa façon.

"Il y a un contrat moral qui a été passé entre les coachs et les joueurs", a dit le premier.

"Moi, je suis quelqu'un qui fonctionne un petit peu à l'ancienne", a dit le second. "On a la chance d'avoir été mis dans ce groupe de 23, donc je remercie le staff et les
sélectionneurs et on n'a pas le droit, excusez l'expression, de leur chier dans les bottes."

La volonté de rachat est ainsi devenue le sentiment dominant.

Les réunions se sont aussi orientées vers le jeu des Gallois, dont l'entraîneur-adjoint Patrice Lagisquet dit ne pas comprendre comment ils ont pu aligner huit défaites dans les huit matches qu'ils ont joués depuis la victoire 16-9 sur la France, Grand Chelem à la clé le 17 mars 2012.

Comme s'ils voulaient se donner ce que les joueurs de rugby appellent "peur positive, la sainte frousse", les Français ont imaginé une équipe galloise à la ligne de trois-quarts de fort tonnage et prête à prendre tous les risques pour gagner.

Un nouvel épouvantail est apparu, la défense inversée des Gallois. C'est elle qui a provoqué le seul changement tactique avec la titularisation du perce-muraille Mathieu Bastareaud.

Mais finalement c'est en son sein que l'équipe de France a cherché les moyens de réagir.

"La défaite en Italie ne souffre d'aucune excuse. Quand, au niveau des contacts et des duels, on perd 16 ballons, on ne peut pas gagner un match", a asséné Philippe Saint-André.

"À ce groupe de montrer une grosse rébellion, une grosse solidarité et de faire un gros match samedi devant son public."

Reuters

Première publication : 09/02/2013

  • RUGBY

    Six-Nations : la France rate son entrée en s'inclinant face à l'Italie

    En savoir plus

  • RUGBY

    Six-Nations : l'Angleterre écrase l'Écosse

    En savoir plus

  • RUGBY

    Six-Nations : l'Irlande s'impose face au Pays de Galles, tenant du titre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)