Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Afrique

Combats entre l'armée malienne et des islamistes dans le centre de Gao

© AFP

Vidéo par Willy BRACCIANO

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/02/2013

Des échanges de tirs ont eu lieu dimanche entre des soldats maliens et des islamistes dans le centre de Gao, la grande ville du nord du Mali. Ces affrontement surviennent quelques heures après un attentat-suicide visant un poste de contrôle.

Un commando d'islamistes a affronté dimanche des soldats maliens à Gao, la plus grande ville du nord du Mali, premier acte de guérilla urbaine dans une ville reprise par les soldats français et maliens, et déjà cible de deux attentats suicides en 48 heures.

Les islamistes armés, pilonnés par des frappes aériennes françaises, chassés quasiment sans combats des villes du nord du Mali qu'ils occupaient depuis près de dix mois, multiplient depuis plusieurs jours les actions: attentats suicides, pose de mines le long des routes et désormais opérations armées en pleine ville.

Analyse d'Emmanuel Goujon, spécialiste de l'Afrique


Les échanges de tirs entre soldats et islamistes ont éclaté en début d'après-midi au coeur même de la ville, près du commissariat central, qui était le siège de la police islamique quand les jihadistes occupaient Gao.

L'attaque a été revendiquée par le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), l'un des groupes armés qui occupait depuis des mois Gao et le nord du Mali, y multipliant les exactions.

"Les fidèles de Dieu ont attaqué avec succès aujourd'hui l'armée malienne, qui a laissé venir les ennemis de l'islam à Gao. Les combats vont se continuer jusqu'à la victoire, grâce à la protection de Dieu. Les moujahidine sont dans la ville de Gao et y resteront", a déclaré à l'AFP Abou Walid Sahraoui, porte-parole du Mujao.

Il a aussi revendiqué l'attentat suicide visant dans la nuit de samedi à dimanche un poste de contrôle de l'armée malienne à l'entrée nord de Gao, qui aurait mis en fuite les militaires maliens et permis l'infiltration du commando.

"Beaucoup d'islamistes" auraient été tués lors de ces combats, selon un officier de l'armée malienne, mais des journalistes de l'AFP sur place n'étaient pas encore en mesure de vérifier cette information.

"Des islamistes se sont retranchés dans le commissariat. Quand des soldats maliens sont arrivés, ils leur ont tiré dessus. Des renforts maliens sont arrivés, ils sont été pris à partie par des islamistes dissimulés dans les bâtiments alentours", a expliqué à l'AFP un témoin qui a assisté au déclenchement de l'attaque.

"Après des échanges de tirs nourris, l'armée française est intervenue", a-t-il ajouté, affirmant avoir vu un cadavre, "probablement un civil tué par une balle perdue".

Une source de sécurité a évalué à "plusieurs dizaines" le nombre d'assaillants.

La fusillade a vidé les rues de Gao, contraignant les habitants à se terrer dans leurs maisons. Et l'armée française a indiqué avoir évacué une cinquantaine de journalistes du centre de Gao.

En milieu d'après-midi, les tirs ont quasiment cessé autour du siège de la police islamique dans le centre de Gao, mais ils ont repris ensuite au gouvernorat, à environ 800 m plus au sud-est, vers le fleuve Niger.

Des détonations d'armes légère, de mitrailleuses lourdes et l'explosion de roquettes étaient nettement audibles depuis le centre-ville, avant de décroître en intensité à la tombée de la nuit, alors que la ville, sans électricité, était plongée dans le noir.

Des militaires français patrouillaient au côté de soldats et gendarmes maliens, très nerveux. Ils mettaient en garde les habitants contre la possible présence de tireurs embusqués, tandis qu'un hélicoptère français d'attaque Tigre survolait la zone.

"Les effectifs islamistes infiltrés en ville ont été fortement réduits, il y a beaucoup d'islamistes tués", a déclaré à l'AFP le lieutenant-colonel Mamadou Sanake, de l'armée malienne, sans pouvoir donner de bilan plus précis.

"On peut se faire tirer dessus"


Cliquez pour agrandir la carte
C'est la première fois que les islamistes organisent une attaque contre une ville récemment repassée sous le contrôle des soldats maliens et français. Gao, la plus grande ville du Nord malien, située à 1.200 km de Bamako, avait été reprise le 26 janvier aux groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda, dont le Mujao.

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a admis dimanche soir que la situation dans la ville de Gao n'était "pas totalement sécurisée", interrogé sur BFMTV.

"Il y a eu deux attentats-suicide et puis des incidents (...) cet après-midi", a affirmé le ministre, qui a préconisé la "prudence" et la "vigilance" et n'a pas exclu la possibilité de nouvelles incursions de groupes jihadistes, même s'il a assuré qu'ils ont "été frappés durement" depuis le début de l'intervention militaire française le 11 janvier.

Les affrontements à Gao surviennent après un attentat suicide visant dans la nuit de samedi à dimanche un poste de contrôle à l'entrée nord de la ville, le deuxième en deux jours, alors que le Mali n'avait encore jamais été frappé par des attentats suicides.

La tête de l'auteur de l'attentat, un homme arabe ou touareg, gisait encore sur le sol dimanche matin, a constaté un journaliste de l'AFP.

Aucun militaire malien n'a été atteint dans l'explosion, selon les soldats sur place. Mais la route menant vers le nord et les villes de Bourem et Kidal a été fermée et aucun véhicule n'était autorisé à l'emprunter.

Trois mines antipersonnel ont aussi été découvertes dans la zone, selon un militaire français.

La sécurité du poste de contrôle avait été fortement renforcée depuis qu'un homme portant un uniforme de le gendarmerie malienne s'était fait exploser vendredi à proximité, blessant légèrement un militaire malien. L'attentat avait été revendiqué par le Mujao.

Les effectifs ont été doublés et le poste est désormais protégé par deux murs de sacs de sable séparés de 300 mètres. Les arbres alentour ont été rasés pour améliorer la visibilité et des mitrailleuses lourdes placées en batterie.

"Dès qu'on sort de plus de quelques kilomètres de Gao, c'est dangereux, on peut se faire tirer dessus", a confié à l'AFP un officier malien. Selon des sources militaires, française et maliennes, plusieurs des villages entourant Gao sont acquis à la cause des islamistes.

Deux jeunes portant des ceintures bourrées d'explosifs ont aussi été arrêtés samedi matin à 20 kilomètres au nord de Gao.

AFP
 

Première publication : 10/02/2013

  • MALI

    Nouvel attentat-suicide à Gao, le deuxième en deux jours

    En savoir plus

  • MALI

    Libérée, la ville de Douentza vit malgré tout en état de siège et sans électricité

    En savoir plus

  • MALI

    Deux jeunes kamikazes arrêtés à Gao, l'armée renforce la sécurité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)