Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Afrique

Libérée, la ville de Douentza vit malgré tout en état de siège et sans électricité

Vidéo par Chady CHLELA , Alexandra RENARD , Eve IRVINE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/02/2013

Douentza, située sur un axe stratégique menant à Gao, a été libérée mais l'armée continue d'encercler la ville pour contrer un éventuel retour des islamistes. En état de siège et sans électricité, la ville peine à vivre. Reportage.

Libérée le 21 janvier 2013 par les forces françaises et maliennes, la ville de Douentza, située à 800 kilomètres de Bamako, ne connaît pas encore une situation tranquille. La moitié de la population a fui la ville par peur des djihadistes et des frappes aériennes.
Pour contrer un éventuel retour des insurgés islamistes, l’armée malienne encercle littéralement la ville, une situation qui étouffe les habitants de cette localité qui attirait autrefois les touristes.

Située en pays dogon, Douentza constitue un point de passage stratégique vers Gao et Kidal - une route que l’armée malienne entend bien verrouiller. Ces derniers jours, des bombes artisanales et des mines ont été retrouvées sur cette route. L'une d'entre elles a tué 4 civils. La consigne est donc claire : seuls les convois militaires sont autorisés à traverser la ville en direction de Gao, ainsi que quelques camions de ravitaillement.

"On est comme sous embargo"

La ville se retrouve en état de siège, les marchés ne sont plus approvisionnés et même l'électricité est coupée. Les premiers à subir cette situation sont les habitants. "On a pas de route, même ce qu’on va manger actuellement, tout est dévalué. Les prix sont élevés parce que les voitures ne rentrent pas et les voitures ne sortent pas. On est coincé quoi, on est comme sous embargo", explique un habitant à FRANCE 24.

Grâce à des groupes électrogènes, les habitants poussent le son des radios qui étaient interdites sous les islamistes, tout comme les cigarettes. La vie reprend au ralenti.

Reste qu’un climat de suspicion s’est installé, certains habitants ayant collaboré avec les islamistes à l’époque où ils tenaient la ville. L’équipe de FRANCE 24 a pu rencontrer l’un d’eux. Dénoncé anonymement, il a été arrêté quatre jours, puis relâché faute de preuve. Organisateur du Cconseil islamique de la ville, il a participé au passage des djihadistes vers le nord. Comme tout Doutenza était tombée sous contrôle des groupes armés, il dit ne pas avoir eu le choix. 

Première publication : 10/02/2013

  • MALI

    Deux jeunes kamikazes arrêtés à Gao, l'armée renforce la sécurité

    En savoir plus

  • MALI

    Reportage aux côtés des troupes françaises qui ont repris Tessalit

    En savoir plus

  • MALI

    Les Touareg du MNLA, alliés incontournables de Bamako ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)