Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

FRANCE

La Suisse sonne-t-elle le glas de l’affaire Cahuzac ?

© AFP

Texte par Assiya HAMZA

Dernière modification : 10/02/2013

D’après le "Journal du Dimanche", le fisc suisse n’a pas trouvé la trace du compte UBS qu’aurait détenu le ministre du Budget jusqu’en février 2010. Pour Mediapart, qui maintient ses accusations, "il s'agit d'une "opération de communication".

L’affaire Cahuzac pourrait faire pschitt. Après des semaines de suspense et de rebondissements, les autorités fiscales suisses ont exclu que l’actuel ministre du Budget ait eu depuis 2006 un compte bancaire UBS à son nom ou à celui d'une société, selon les informations du "Journal du Dimanche".

Les vérifications bancaires effectuées par l’administration helvète à la demande de la Direction générale des finances publiques française montrent que Jérôme Cahuzac n’est ni titulaire ni "ayant droit économique" d’un compte en sous-main depuis 2006, date butoir de la convention OCDE d'entraide fiscale liant la France à la Suisse, ajoute le "JDD". "Cette réponse transmise par l'UBS via les autorités fédérales suisses et les services fiscaux français dément formellement la possibilité d'un compte", a confié au journal une source administrative à Bercy.

L'hebdomadaire confirme ainsi les informations révélées mercredi par "le Nouvel Observateur". "Il semble" que le ministre n'a pas fermé de compte en Suisse en février 2010 contrairement à ce qu'affirme Mediapart. De même, d'autres recherches remontant à 2006 seraient également négatives", pouvait-on lire sur le site du Nouvel Observateur.

"Une opération de communication" pour Mediapart

Pas de quoi cependant amoindrir les accusations de Mediapart. Droit dans ses bottes, le site d'information a immédiatement réagi dimanche 10 février à l'article du JDD. "Ça ressemble furieusement à une opération de communication [...]. C'est un papier qui ne dit rien de ce fameux document suisse. Il n'y a pas un élément à l'appui de l'article qui laisse penser que le journaliste ait pu consulter ce document", a déclaré à l'AFP François Bonnet, rédacteur en chef de Mediapart.

"Nous, en l'état, on maintient la totalité de nos informations, nous maintenons qu'il y a bel et bien eu un compte suisse ouvert à l'UBS et que M. Cahuzac, lors d'un déplacement à Genève, début 2010, a organisé le transfert d'un certain nombre d'avoirs vers Singapour", a-t-il poursuivi.  "Il y a un certain nombre de personnes dont le témoignage doit intervenir la semaine prochaine et la semaine suivante et qui sont essentielles pour cette affaire", a précisé le rédacteur en chef de Mediapart.

Un imbroglio en plusieurs actes

L’affaire commence le 4 décembre 2012. Le site d’information Médiapart publie une enquête dans laquelle le journaliste Fabrice Arfi accuse le ministre du Budget, héraut de la lutte contre l'évasion fiscale, d'avoir détenu "un compte bancaire non déclaré à l'Union des banques suisses (UBS) de Genève" jusqu'au début 2010. "Ce compte a été formellement clos par Jérôme Cahuzac début 2010, quelques jours avant qu'il ne devienne président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale", affirme alors Mediapart. "Les avoirs auraient été ensuite déplacés vers un autre paradis fiscal [...] à l'UBS de Singapour par le truchement d'un complexe montage financier offshore", précise-t-il, citant "des sources informées du dossier".

Les accusations de Mediapart se basent sur le témoignage de Remi Garnier, un agent du fisc retraité, mais aussi sur un enregistrement téléphonique réalisé en 2000 par Michelle Gonelle, ancienne maire RPR de Villeneuve-sur-Lot elors des municipales de 2001 par le ministre du Budget.

“Ce qui m’embête, c’est que j’ai toujours un compte ouvert à l’UBS. Ça me fait chier d’avoir un compte ouvert là-bas, UBS, c’est quand même pas forcément la plus planquée des banques.”, affirme sur cette bande une voix attribuée à Jérôme Cahuzac et toujours en cours d’authentification.

Jérôme Cahuzac dénonce alors "une calomnie gravement diffamatoire" sur son compte Twitter et dément formellement ces accusations, le 5 décembre, devant l’Assemblée nationale. "Je n'ai pas, je n'ai jamais eu de compte à l'étranger. Ni maintenant, ni avant", martèle-t-il avant de porter plainte pour diffamation. Pour prouver sa bonne foi, Jérôme Cahuzac demande à ce que "toute information" le concernant, précise le "JDD", soit transmise exclusivement au ministre de l’Économie et des Ffinances Pierre Moscovici.

Jérôme Cahuzac ne s’est "jamais senti coupable"

Face à cet imbroglio, le parquet de Paris décide le 8 janvier d’ouvrir une enquête préliminaire pour “blanchiment de fraude fiscale“. Parallèlement au volet judiciaire, le gouvernement lance ses propres investigations. Grâce à la convention fiscale franco-suisse, l’administration fiscale française a pu demander à son homologue helvète de vérifier s’il y avait bel et bien eu évasion fiscale entre 2006 et 2012.

La réponse des autorités helvètes est donc désormais claire : Jérôme Cahuzac n’a pas eu de compte UBS depuis 2006. "Imaginer une seconde que les autorités suisses aient pu faire une réponse de complaisance est tout simplement absurde", insiste une source administrative interrogée par le "JDD".

Transmis au ministre de l'Économie et des Finances, Pierre Moscovici, ces éléments sont désormais entre les mains du procureur de Paris en charge d'une enquête préliminaire sur les informations révélées par Mediapart, précise le "JDD".

Soutenu depuis le début de l’affaire par le gouvernement, Jérôme Cahuzac a déclaré, après avoir été informé de la remise du document suisse aux autorités françaises, qu’il ne s’était " jamais senti coupable" même s’il avait pu "paraître accablé par le soupçon terrible" qui pesait sur lui. "Ce n'est pas à moi de dire que je suis hors de cause, mais, en conscience, je l'ai toujours été."

Première publication : 10/02/2013

  • FRANCE

    Affaire Cahuzac : ouverture d'une enquête préliminaire pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • FRANCE

    Cahuzac dément avoir disposé d'un compte en Suisse, Mediapart persiste

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)