Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les français de l'armée israélienne

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : une communauté en proie aux persécutions

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Gaza, entre bombardements et espoirs déçus de trêve

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

EUROPE

Les retraits de plats préparés Findus et Comigel se multiplient en France

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/02/2013

Plusieurs enseignes de distribution ont annoncé dimanche avoir retiré de leurs rayons des produits fournis par les sociétés Findus et Comigel, en raison de la présence possible de viande de cheval au lieu de viande de bœuf.

Les distributeurs français ont annoncé dimanche de nombreux retraits de produits surgelés susceptibles de contenir du cheval au lieu de boeuf, tandis qu'en Roumanie, les professionnels renvoient la balle vers l'importateur français.

Presque toutes les principales enseignes de distribution françaises ont procédé à des retraits de ce type de produits, qu'ils soient de marque Findus, première société concernée, ou de marque de distributeurs.

Il s'agit de lasagnes, cannellonis ou spaghettis bolognaise, moussaka, hachis parmentier, vendus dans les magasins Auchan, Casino, Carrefour, Système U, Cora, Monoprix, Picard.

Le gouvernement français avait prévenu que de telles annonces étaient à prévoir, compte tenu du fait que l'usine Comigel, au coeur de l'affaire, fournissait de nombreux clients.

PME basée à Metz, dans l'Est de la France, Comigel est spécialisée dans la fabrication de plats surgelés à marque de distributeur. Ses produits sont distribués dans 16 pays d'Europe.

Pour l'instant, outre la France, des produits ont été retirés au Royaume-Uni, où le scandale est le plus fort compte tenu du statut tabou de la viande de cheval dans l'alimentation, et en Suède.

En Grande-Bretagne, la présidente de la commission parlementaire chargée des questions d'alimentation a réclamé dimanche un moratoire sur les importations de viande en provenance de l'UE.

Réaction de l'altermondialiste José Bové



"Moratoire"

"Je pense qu'il devrait y avoir un moratoire sur toute la viande" en provenance de l'Union européenne "le temps de déterminer la source de la contamination", a déclaré Anne McIntosh sur la BBC.

Les premiers éléments de l'enquête dévoilés par le gouvernement français ont permis de déterminer le circuit de la viande en cause.

"Le fournisseur de l'usine luxembourgeoise (de Comigel, ndlr) est le groupe français Poujol (holding de tête de la société Spanghero, ndlr). Celui-ci a acquis la viande surgelée auprès d'un trader chypriote, qui avait sous-traité la commande à un trader situé aux Pays-Bas, ce dernier s'étant fourni auprès d'un abattoir et d'un atelier de découpe situés en Roumanie ", a déclaré samedi le ministre français en charge de la Consommation, Benoît Hamon.

"Nous verrons mercredi les premiers résultats de l'enquête. Et notamment si l'entreprise française, Spanghero, savait qu'elle achetait du cheval ou si elle a été trompée", a déclaré dimanche le ministre. "S'il faut engager des sanctions, nous n'hésiterons pas."

En Roumanie, les professionnels du secteur se défendent, et renvoient la balle vers l'importateur, la société Spanghero. "J'ai du mal à croire qu'un abattoir roumain ait pu livrer du cheval sous l'étiquette de boeuf", en raison des contrôles qui se font systématiquement dans les abattoirs, a déclaré à l'AFP le président des syndicats de l'industrie alimentaire (FSIA), Dragos Frumosu.

Selon lui, si cela avait jamais été le cas, l'importateur français était obligé de vérifier la qualité de la viande lors de la réception, d'autant plus qu'il s'agissait d'une quantité importante.

"S'il n'a pas protesté lors de la réception en constatant que c'était du cheval et pas du boeuf, c'est que soit il était complice avec le producteur roumain, soit il a changé l'étiquette après", a affirmé M. Frumosu.

Spanghero quant à elle, a affirmé samedi avoir acheté de la viande de boeuf "origine Europe", et l'avoir simplement revendue.

M. Hamon a par ailleurs réfuté toute faillite des systèmes de contrôle administratifs. "Je ne peux pas mettre un fonctionnaire derrière chaque pain de viande".

Un autre ministre français, Vincent Peillon, en charge de l'éducation, a rappelé que pour l'instant, il n'y avait pas problème de santé publique et qu'il ne fallait pas "alimenter la psychose".

AFP

Première publication : 10/02/2013

  • FRANCE

    Viande de cheval dans les lasagnes : Findus porte plainte

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Stigmatisé" sur la baisse de la TVA, McDonald's riposte avec "mauvaise foi"

    En savoir plus

  • CHINE

    Pékin annonce l'arrestation de 2 000 personnes après plusieurs scandales alimentaires

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)