Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Start-up, la tentation de l'étranger

En savoir plus

#ActuElles

Le vin a-t-il un sexe ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : la francophonie à la traîne !

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

MOOC, selfie ou enverdeur : le vocabulaire nouveau est arrivé

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Un tournant dans la crise ukrainienne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Virus Ebola et budget français : psychose et combat diplomatique

En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

FRANCE

Air France dans l'embarras à cause d'une plaisanterie sur le roi du Maroc

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/04/2013

La compagnie aérienne Air France se retrouve au cœur d'une polémique après que l'un de ses commandants de bord a plaisanté sur le roi du Maroc lors du décollage d’un vol Casablanca-Paris, le 5 décembre dernier.

C’est un petit trait d’humour qui n’a pas été du goût de certains passagers marocains. Le 5 décembre dernier, un pilote Air France assurant la liaison Casablanca-Paris et voyant son vol retarder à cause de l’atterrissage du Boeing du roi Mohammed VI, se permet une petite boutade sur sa majesté.

Après avoir expliqué le retard, le commandant de bord suggère alors aux passagers d’envoyer une réclamation directement au monarque en cas de plainte ou de mécontentement. "Adressez-vous à Mohammed VI, Palais Royal, Rabat", aurait déclaré l'agent d'Air France avant d'ajouter : "La tour de contrôle m'a empêché de décoller jusqu’à ce que sa Majesté le roi du Maroc finisse de se reposer au salon d'honneur de l’aéroport", selon le site emarrakech.info.

"Rire du roi, c’est rire de tous les Marocains"

Petite plaisanterie innocente pour certains, la boutade est une insulte impardonnable pour d’autres passagers qui ne tolèrent pas cet écart du pilote. "Il a certainement cru qu’il n’y avait que des passagers étrangers dans l’avion ou que nous étions des analphabètes qu’on peut injurier facilement, sans qu’on puisse nous défendre", lâche le passager Abderrahmane Mekkaoui, professeur universitaire, sur le site Yabiladi. Pour ce témoin, l’affaire relève du crime de lèse-majesté : rire du roi, c’est rire de tous les Marocains. "Nous considérons que par cette moquerie, c’est tout le peuple marocain qui a été visé. Nous réclamons donc des dommages et intérêts."

Le PDG de la compagnie française, Alexandre de Juniac, a tenté de minimiser l’affaire en présentant ses excuses aux passagers et a indiqué que le commandant de bord serait convoqué par sa hiérarchie. En vain. Les passagers, constitués en collectif, ont décidé de porter l’affaire devant la justice et d’obtenir la copie des bandes audio du cockpit au décollage, précise "le Parisien". Contactée par FRANCE 24, la compagnie Air France nie avoir été convoquée par la justice.

Première publication : 11/02/2013

  • FRANCE

    Rassemblement à Paris contre la cérémonie d'allégeance au roi du Maroc

    En savoir plus

  • MAROC

    À Casablanca, des milliers de manifestants réclament une amélioration de la situation sociale

    En savoir plus

  • MAROC

    Mouad Belghouat, le rappeur redouté par la monarchie marocaine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)