Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Éléments de langage

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Virus Ebola : l'OMS doit annoncer un plan de lutte de 100 millions de dollars

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Grande Guerre : au cœur de l’enfer

En savoir plus

#ActuElles

Les "Patronas" au secours des migrants mexicains

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

  • Le Hamas affirme qu’il n’a pas d’informations sur le soldat israélien porté disparu

    En savoir plus

  • Des dizaines de morts après une explosion dans une usine chinoise

    En savoir plus

  • Vidéo : "Le monde devrait admirer Israël", selon son ambassadeur aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : la pauvreté pousse les femmes malgaches vers la contraception

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Extensions Internet : l'Icann à la rescousse de l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord

    En savoir plus

  • Grande Guerre : au cœur de l’enfer

    En savoir plus

  • Un séisme secoue la région d'Alger et fait six morts et 420 blessés

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

Economie

Un Américain veut bâtir Shura City, une ville anti-drones

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 11/02/2013

Un artiste américain a développé une idée de ville capable de se défendre contre des attaques de drones. Un concept polémique à l’heure où les États-Unis affirment que ces avions sans pilote sont une arme essentielle dans la guerre contre Al-Qaïda.

En plein débat aux États-Unis sur l’opportunité d’utiliser des drones pour procéder à des assassinats ciblés de terroristes, Shura City est en train de devenir une ville rêvée pour les uns et un projet architectural “anti-patriotique” pour d’autres. Fruit de l’imagination d’Asher J. Kohn, un étudiant américain en droit et artiste conceptuel, Shura City est la première tentative de dessiner les contours d’une cité conçue pour rendre impossible les attaques de drones.

Le concept de ville anti-drones d'Asher J. Kohn
© Asher J. Kohn

Ce projet architectural remonte au printemps 2012. Mais le concept a fortement gagné en popularité médiatique ces derniers jours alors que la dépendance américaine aux drones militaires fait de plus en plus polémique. L’audition par le Sénat le 7 février de John Brennan, l’un des plus fervents défenseurs des drones de combat et futur chef de la CIA, a donné au projet de Shura City une deuxième jeunesse.

“Une architecture pensée contre les attaques de drones n’est pas qu’un scénario de science-fiction mais un impératif contemporain”, assure Asher J. Kohn dans son étude mise en ligne gratuitement sur le site scribd. Pour cet Américain, l’utilisation de ces avions sans pilote a engendré la “certitude pour des populations entières que la mort pouvait frapper à n’importe quel moment, pour n’importe quelle raison”. Une ville comme Shura City représenterait “une zone de sécurité pour des gens dont la vie a été bouleversée par des guerres” où la technologie joue un rôle central.

Embrouiller le drone

La ville anti-drone d’Asher J. Kohn est entièrement conçue pour brouiller les capteurs de ces tueurs modernes. Cette cité, essentiellement pensée pour les pays musulmans et du Moyen-Orient, serait construite autour d’une multiplication des minarets qui rendent “les vols de reconnaissance à basse altitude des drones plus risqués”.

Le projet Habitat 67 à Montréal de l'architecte israélo-canadien Moshe Safdie
Les immeubles de Shura City devraient être imbriqués sur le modèle du complexe Habitat 67 de Montréal réalisé par l'architecte et urbaniste israélo-canadien Moshe Safdie. © Wikimedia

Les immeubles d’habitation devraient être imbriqués les uns dans les autres afin de “créer un puzzle architectural” dans lequel le drone aurait du mal à se repérer. Asher J. Kohn préconise également d’utiliser un grand nombre de couleurs différentes, aussi bien pour les murs que pour les fenêtres, histoire d’ajouter encore à la confusion de cet avion télécommandé.

Le contrôle de la température dans la cité est un autre élément central de Shura City. La mise en place d’un toit au-dessus de la ville ou une utilisation défensive des “badgirs” (des petites cheminées traditionnelles dans l’architecture perse qui captent le vent pour réguler la température dans les immeubles) peuvent se révéler utiles à cette fin. “Les drones analysent les variations de température pour comprendre ce qui se passe derrière les murs, et si on brouille la carte thermale cela peut faire douter la personne qui est aux commandes” dans sa salle de contrôle, écrit Asher J. Kohn.

Tuer vs protéger

Les badgirs pour réguler la température

Ces efforts d’imagination pour aider à se protéger contre les attaques de drones n’ont pas manqué d’étonner aux État-Unis. Barack Obama n’a-t-il pas lui-même applaudi l’efficacité des ces armes modernes pour lutter contre le terrorisme ? Le président américain a souligné, en décembre 2011, que “20 des 30 plus hauts responsables d’Al-Qaïda mis hors d’état de nuire l’ont été grâce à des drones”. Asher J. Kohn reconnaît, dans les colonnes du journal américain "The Atlantic", que son idée a été taxée “d’anti-américaine”. D’autant qu’il écrit lui-même que sa Shura City n’est qu’une ébauche et qu’il en appelle à d’autres pour la rendre encore plus efficace.

Mais il ne voit pas de raison “de ne pas réfléchir à des moyens de mieux protéger des populations alors que d’autres personnes développent des idées toujours plus raffinées pour tuer”. Comme il l’explique à "The Atlantic", “une ville est censée protéger l’individu au sein d’une communauté” et son projet de Shura City ne serait rien d’autre que de mettre le concept de cité à la page technologique.

Première publication : 11/02/2013

  • ETATS-UNIS

    Ces drones "tueurs" qui commencent à faire désordre aux États-Unis

    En savoir plus

  • NATIONS UNIES

    L'ONU ouvre une enquête sur les frappes de drones

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Le numéro deux d'Al-Qaïda tué par un drone américain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)