Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Energy Observer, le premier catamaran propulsé à l'hydrogène

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ibrahim Maalouf : "Je me sens proche du côté nomade de Dalida"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : en Syrie, avec les combattants occidentaux qui ont rejoint les YPG

En savoir plus

FOCUS

Violences sexuelles : les femmes décidées à ne plus se taire

En savoir plus

MODE

Azzedine Alaïa, disparition d'un géant

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec Trump, la fin du rêve américain pour les musulmans ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Ianis Guerrero

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Au Zimbabwe, "la tâche peu enviable de Mnangagwa"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le "vendredi noir" débarque en France

En savoir plus

Afrique

Le gouvernement tunisien en sursis

© AFP | Le Premier ministre Hamadi Jebali

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/02/2013

La crise politique se poursuit en Tunisie où les ministres du Congrès pour la République, parti du président Moncef Marzouki, ont reporté d'une semaine leur décision de démissionner ou non du gouvernement du Premier ministre Hamadi Jebali.

Le gouvernement tunisien évite l’implosion. Les ministres du parti du président Moncef Marzouki étaient censés annoncer leur démission lundi 11 février. Mais coup de théâtre : ils ont reporté d’une semaine leur décision.  "Nous avons décidé de geler notre décision de retirer nos ministres du gouvernement mais si dans une semaine nous ne voyons aucun changement, nous quitterons le gouvernement définitivement", a déclaré le chef du Congrès pour la République (CPR), Mohamed Abbou, lors d'une conférence de presse.   

Le CPR, qui compte actuellement trois ministres et deux secrétaires d'État dans le gouvernement, réclame en effet le départ de deux des principaux ministres d’Ennahda, titulaires de maroquins régaliens et contestés depuis des mois par la rue tunisienne. Précisément du ministre de la Justice, Noureddine B'hiri, et celui du chef de la diplomatie, Rafik Abdessalem, qui est aussi le gendre de Rached Ghannouchi, le leader d'Ennahda.

"Nous avions présenté il y a deux jours la démission de nos ministres mais nous avons été contacté hier soir [dimanche 10 février, NDLR] par les dirigeants d'Ennahda qui ont répondu favorablement à toutes nos demandes", a-t-il ajouté.

Imbroglio politique

En outre, le parti a rejeté l'initiative du Premier ministre de former un gouvernement de technocrates, car ce dernier ne peut être "la solution magique pour tous les problèmes". Le CPR rejoint donc, sur ce point, la ligne du parti islamiste Ennahda. "Nous sommes contre un gouvernement de technocrates car cela permettrait le retour des figures de l'ancien régime" de Zine El Abidine Ben Ali, renversé par la révolution de 2011, a poursuivit Mohamed Abbou.

De son côté, soutenu par l'opposition et en conflit avec son propre parti Ennahda, dont il est le numéro 2, le Premier ministre Hamadi Jebali, a réitéré qu'il n'avait "pas d'autre choix que de former un gouvernement transitoire, indépendant des partis". Il a notamment argué de "l'urgence" de la situation et du "danger de violences" en Tunisie.

L’imbroglio politique, doublé d’une tension déjà vive depuis la victoire électorale des islamistes, accusés par les révolutionnaires et les libéraux de porter atteinte aux libertés, s'est aggravé en Tunisie après l’assassinat de l’opposant Chokri Belaïd. Ce crime imputé par la famille du défunt au camp islamiste a remobilisé l’opposition contre le pouvoir. Deux ans après la révolution qui a renversé Zine Al Abidine Ben Ali, le pays à l’économie chancelante est toujours en quête de stabilité.

Première publication : 11/02/2013

  • TUNISIE

    Les ministres du parti du président Marzouki prêts à démissionner

    En savoir plus

  • TUNISIE

    En images : slogans anti-français à la manifestation d'Ennahda

    En savoir plus

  • TUNISIE

    EXCLUSIF : les images de la veillée funèbre dans la maison de Chokri Belaïd

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)