Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Brésil : à la conquête de l'électorat populaire

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le duo Pouyanné-Desmaret aux manettes de Total

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'EI : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak, mais à quel prix ?

En savoir plus

DÉBAT

Migrants illégaux : l'impasse à Calais, dans le nord de la France

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile mexicaine réclame la démission du président

En savoir plus

FOCUS

Mines d'uranium en Inde : les populations sacrifiées de Jadugoda

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Nouveaux jardins d'idées

En savoir plus

Economie

Barclays compte supprimer plus de 3 000 postes

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/02/2013

C'est un plan d'économie de près de 2 milliards d'euros que la banque britannique Barclays a dévoilé mardi. Empêtrée dans plusieurs scandales, l'institution financière a annoncé qu'elle comptait supprimer au moins 3 700 postes.

La banque britannique Barclays va supprimer au moins 3.700 emplois cette année, dont 1.900 dans l'activité de détail en Europe et 1.800 dans la banque d'investissements, dans le cadre d'un plan stratégique dévoilé mardi, destiné à réaliser des économies et restaurer sa réputation.

Le groupe, qui veut réaliser 1,7 milliard de livres - près de 2 milliards d'euros - d'économie en 2015, va se concentrer sur les activités et les zones géographiques où il possède une taille suffisamment importante et un avantage compétitif.

Les investissement futurs viseront ainsi en priorité le Royaume-Uni, les Etats-Unis et l'Afrique.

"Barclays est en train de changer. Nous voulons changer ce que fait Barclays et la façon dont nous le faisons", a déclaré le directeur général Antony Jenkins, nommé l'an dernier à la suite de la chute de son prédécesseur Bob Diamond en raison du scandale des manipulations du taux interbancaire Libor.

La banque, qui a par ailleurs ailleurs dû passer de lourdes provisions pour régler les contentieux liés à des ventes abusives de produits financiers, a réalisé une perte nette de 1,04 milliard de livres (1,2 milliard d'euros) l'an dernier, contre un bénéfice de 3 milliards en 2011.

Soucieuse de redorer son blason après cette série d'affaires qui a terni son image, la banque annonce également la fermeture de sa division "Structured Capital Markets", qui conseillait les multinationales pour leur permettre de payer le moins d'impôts possible.
 

Première publication : 12/02/2013

  • BANQUES

    Scandale du Libor : la banque suisse UBS accepte de payer plus d'un milliard d'euros

    En savoir plus

  • BLANCHIMENT

    HSBC paye une amende record pour éviter les poursuites aux États-Unis

    En savoir plus

  • SUISSE

    La plus vieille banque suisse cesse d'exister

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)