Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionnée

En savoir plus

DÉBAT

Moscou sanctionnée par l'UE : Poutine peut-il plier ?

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

En savoir plus

SUR LE NET

Conflit à Gaza : des célébrités créent la polémique

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : l'Aïd sur fond de guerre

En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • Ces politiques qui ne jurent plus que par Jean Jaurès...

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

  • Nigeria : nouvel attentat-suicide perpétré par une femme à Kano

    En savoir plus

  • Ebola : "Les personnes traitées rapidement peuvent en guérir"

    En savoir plus

  • Transferts : deux champions du monde français signent en Inde

    En savoir plus

  • Nemmouche inculpé pour “assassinat dans un contexte terroriste”

    En savoir plus

  • Paris évacue des ressortissants français et britanniques de Libye

    En savoir plus

  • Résultats encore décevants pour Nintendo

    En savoir plus

  • Le Hamas diffuse la vidéo d'une opération commando meurtrière en Israël

    En savoir plus

  • Le grand bond en avant de la croissance américaine

    En savoir plus

  • Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

    En savoir plus

  • "Exodus" : la superproduction biblique 100 % héros blancs

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • À Benghazi, une importante base militaire tombe aux mains des islamistes

    En savoir plus

Asie - pacifique

Tollé international après le troisième essai nucléaire nord-coréen

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/02/2013

Malgré la menace de représailles de la communauté internationale, Pyongyang a procédé à son troisième essai nucléaire depuis 2006. Barack Obama dénonce un "acte hautement provocateur". Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir d'urgence.

La Corée du Nord a confirmé ce mardi 12 février avoir procédé "avec succès" à son troisième essai nucléaire depuis 2006, tout en précisant que cette opération avait pour but de "protéger la sécurité nationale et la souveraineté" du pays "contre l'hostilité continue des États-Unis".

"Il est confirmé que cet essai nucléaire, qui a été conduit à un haut niveau d'une manière parfaitement sûre en utilisant un engin nucléaire miniaturisé plus léger et doté d'une plus grande puissance explosive que précédemment, n'a pas eu d'impact négatif sur l'environnement écologique immédiat", a écrit l’agence de presse nord-coréenne KCNA.

Les réactions en Corée du Sud

L'explosion détectée, dont la magnitude a été estimée entre 4,9 et 5,1, s'est produite à 11h57 heure locale (3h57 à Paris) et son épicentre se situait dans la région de Kilju, où se trouve le site de Punggye-ri utilisé pour les tests nucléaires. Elle est identique aux précédents essais nucléaires nord-coréens menés en 2006 et 2009, a affirmé l'Organisation du traité d'interdiction complète des essais nucléaires (CTBTO) basée à Vienne (Autriche).

"Une menace pour la sécurité internationale"

Sans surprise, ce geste de la Corée du Nord n’a pas manqué de provoquer une vague de condamnations de la part de la communauté internationale mais aussi de son allié chinois, qui avait mis en garde Pyongyang contre une telle opération. Il faut dire que, jusqu'à présent, l'incertitude demeurait sur la capacité du régime communiste à développer une tête nucléaire pour missile à longue portée.

C'est un acte "provocateur", selon le président américain, qui ne rend pas le pays "plus sûr". Le chef de la Maison Blanche réclame une action "rapide" et "crédible" de la communauté internationale. En France, le président François Hollande condamne "avec la plus grande fermeté" ce tir nucléaire.

"Cet acte constitue une menace claire pour la paix et la sécurité internationale, et défie les efforts entrepris pour renforcer le désarmement et la non-prolifération nucléaires dans le monde, en particulier la fin des essais nucléaires", a indiqué de son côté la CTBTO dans un communiqué.

"Les Chinois ont lancé aux Nord-Coréens un ferme avertissement leur demandant de ne pas procéder à cet essai quand il est devenu évident qu'il était imminent", a expliqué un diplomate de l’ONU sous couvert de l'anonymat. "Ce que les Nord-Coréens ont fait représente un vrai défi lancé aux Chinois", a-t-il souligné. Pékin, Moscou et Washington "vont rapidement s'entendre sur le fait qu'une action ferme s'impose", a-t-il ajouté.

Réunion du Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité, présidé en février par la Corée du Sud, doit se réunir en urgence ce mardi matin à 09h00 locales (14h00 GMT) pour examiner la réponse à apporter à ce tir, qui contrevient aux résolutions de l'ONU. Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a condamné l'essai, qu'il a qualifié de "profondément déstabilisateur". "C'est une violation claire et grave des résolutions du Conseil de sécurité", a-t-il indiqué selon son porte-parole Martin Nesirky.

Le Conseil avait déjà décidé en janvier d'élargir les sanctions envers le régime nord-coréen à la suite du tir d'une fusée nord-coréenne en décembre.

Plusieurs résolutions de l'ONU interdisent à la Corée du Nord toute activité nucléaire ou balistique. Ses tirs de fusée et ses essais nucléaires ont valu à Pyongyang toute une série de sanctions depuis 2006, dont le gel d'avoirs appartenant à des entreprises nord-coréennes ou des interdictions de voyager pour des responsables du régime.

FRANCE 24 avec dépêches

 

Première publication : 12/02/2013

  • CORÉE DU NORD

    Pyongyang réussit un tir de missile longue portée

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Échec du lancement de la fusée nord-coréenne

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Fusée nord-coréenne : Pékin et Washington expriment leur inquiétude

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)