Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 policiers poursuivis pour homicide involontaire: les habitants de Baltimore exultent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : A la rencontre de l'homme qui a recueilli les témoignages

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Viols présumés en Centrafrique : des zones d'ombre dans l'affaire

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Séisme au Népal : l'aide humanitaire internationale pressée par le temps

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centrafrique : des soldats français soupçonnés de viols sur des enfants

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : une enquête s'est ouverte à Bangui

En savoir plus

FOCUS

Liban : la prison de Roumieh, un fief pour les jihadistes de l'EI

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"En France, les PME ont du mal à grandir"

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le pain, une tradition française

En savoir plus

EUROPE

Accident à Tchernobyl : Vinci et Bouygues évacuent leurs employés "par précaution"

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/02/2013

Vinci et Bouygues ont évacué "par précaution" leur personnel travaillant sur la centrale nucléaire ukrainienne de Tchernobyl après l'effondrement, mardi, d'une partie de la toiture. Il n'y aurait pas de rayonnement radioactif, selon Vinci.

Environ 80 salariés d'un consortium formé par Vinci et Bouygues ont été évacués par
précaution du site de Tchernobyl, en Ukraine, à la suite de l'effondrement du toit d'une annexe au sarcophage recouvrant le réacteur nucléaire accidenté en 1986, a-t-on appris mercredi auprès des deux groupes français de BTP.

Une partie du toit d'un bâtiment annexe au sarcophage recouvrant le réacteur endommagé s'est effondré mardi, sans doute en raison d'une accumulation de neige, a déclaré un porte-parole de Vinci.

"Ce bâtiment annexe ne dégage pas de rayonnement" radioactif, a-t-il ajouté, précisant que les mesures de contrôle de contamination "sont jusqu'à présent en dessous des seuils admissibles".

Les salariés évacués travaillent pour le consortium Novarka, formé à parité par Bouygues Construction et Vinci Construction, qui réalise actuellement un nouveau sarcophage destiné à recouvrir la chape actuelle du réacteur endommagé.

"Le chantier, situé à 150 m de ce bâtiment (où une partie du toit s'est effondré, NDLR), a été évacué immédiatement par précaution et l'ensemble des collaborateurs de Novarka a été contrôlé", a précisé le porte-parole de Vinci.

Ces informations ont été confirmées par une porte-parole de Bouygues Construction.

L'opérateur de la centrale (Chernobyl Nuclear Power Plant) a entrepris un état des lieux pour vérifier la stabilité du reste du toit, a aussi indiqué le porte-parole de Vinci.

Reuters

Première publication : 13/02/2013

  • UKRAINE

    Nouveau sarcophage autour du réacteur de Tchernobyl, 26 ans après la catastrophe

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Non-lieu dans l'affaire des retombées de Tchernobyl en France

    En savoir plus

  • UKRAINE

    575 millions d'euros débloqués pour sécuriser Tchernobyl

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)