Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Moyen-orient

Au moins 40 civils, dont des enfants, enlevés par un groupe armé en Syrie

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/02/2013

Un bus transportant au moins 40 civils, dont une majorité de femmes et des enfants, en route vers Damas, a été détourné de sa destination par un groupe armé. L'organisation, inconnue pour l'heure, n'a pas fait connaître ses revendications.

Un groupe armé a enlevé jeudi au moins 40 civils, en majorité des femmes et des enfants, qui se trouvaient à bord d'un bus dans le nord-ouest de la Syrie, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"La plupart des personnes enlevées sont des femmes et des enfants", a précisé le président de l'organisation, Rami Abdel Rahmane, affirmant que ces civils venaient des villages d'al-Foua et de Kafraya dans la province d'Idleb (nord-ouest).

Il s'agit de villages musulmans chiites, alors que la majorité des rebelles combattant le régime de Bachar al-Assad sont des sunnites.

Selon l'OSDH, qui n'identifie pas le groupe armé, le bus était en route vers Damas.

L'ONG, qui s'appuie sur un large réseau de militants et de sources médicales dans les hôpitaux civils et militaires dans le pays, n'a pas été en mesure de dire si les motivations des ravisseurs étaient de nature criminelle ou politique.

M. Abdel Rahmane a mis en garde contre la recrudescence des enlèvements dans le nord de la Syrie, où l'armée régulière est de moins en moins présente. "Certains sont en train de profiter de l'absence d'un pouvoir centralisé", a-t-in indiqué.

AFP

Première publication : 14/02/2013

  • SYRIE

    Les rebelles s'emparent de Chaddadeh, proche de l'Irak

    En savoir plus

  • IRAN

    Un général des Gardiens de la révolution assassiné "entre Damas et Beyrouth"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les rebelles syriens s'emparent d'un aéroport militaire près d'Alep

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)