Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

TECH 24

Evgeny Morozov, l'anti-conformiste du Web

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile au chevet d'une infirmière infectée par Ebola

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

START-UP : La tentation de l'étranger ?

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : La francophonie à la traîne !

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Véronique Morali, présidente du Women's Forum et du directoire de Webedia

En savoir plus

Ukraine et Syrie: quelles gestions des crises?

En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

  • Tempête dans l'Himalaya : le bilan humain s'alourdit

    En savoir plus

  • Paul McCarthy renonce à regonfler sa sculpture plastique vandalisée à Paris

    En savoir plus

  • Défiant la loi, le maire de Rome enregistre 16 mariages gays

    En savoir plus

Moyen-orient

Un général des Gardiens de la révolution assassiné "entre Damas et Beyrouth"

© Mashreghnews | Le général iranien Hassan Chateri.

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 14/02/2013

Un responsable des Gardiens de la révolution iranienne a été tué par des hommes armés sur la route entre la Syrie et le Liban. Le corps armé d’élite du régime islamique accuse "des mercenaires à la solde de l’entité israélienne".

Un haut responsable iranien assassiné dans la nuit de mercredi à jeudi, sur la route entre Damas et Beyrouth. Selon le Hezbollah libanais et l’ambassade iranienne au Pays du Cèdre, il s’agit de Hessam Khoch-Nevis, un ingénieur, chef du Comité iranien pour la reconstruction du Liban (mis en place après la guerre de 2006 entre Israël et le Hezbollah chiite, NDLR). D’après cette version, l’homme en question "a trouvé la mort des mains des terroristes" pendant son trajet entre Damas et la capitale libanaise.

Mais selon l’agence de presse officielle iranienne Fars qui publie un communiqué des Gardiens de la révolution islamique iranienne (Pasdarans), la victime est le général Hassan Chateri, membre de ce corps armé d’élite du régime islamique. Il est tombé dans une embuscade tendue par "des mercenaires à la solde de l’entité israélienne" sur la route entre Damas et Beyrouth. Vérification faite, il s’agit du même personnage. En fin de matinée, l’agence Fars a fini par indiquer que Hassan Chateri avait pour pseudonyme le nom de Hessam Khoch-Nevis, mettant un terme à la confusion sur l’identité du responsable iranien.
 
"Il s’agit d’un très haut responsable iranien, plusieurs médias indiquent qu’il était responsable de la brigade al-Qods [l'unité des Pasdarans chargée des opérations à l'étranger NDLR] au Liban", explique Sélim El Meddeb, le correspondant de FRANCE 24 à Beyrouth. Preuve de l’importance du personnage, l’agence Fars indique que ses funérailles se tiendront en présence des principaux dignitaires des Gardiens de la révolution, dont le commandant de cette armée prétorienne, Mohammad Ali Jafari, son adjoint Hossein Salami, et le commandant de la Force Qods, Qassem Soleimani.
 
Assassiné en Syrie ?
 
De son côté, la chaîne américaine CNN rappelle que le général Hassan Chateri est inscrit sur les listes de personnalités iraniennes, établies par Washington, frappées de sanctions à cause de leurs liens avec des organisations terroristes. Et ce en référence au Hezbollah, le mouvement politico-militaire chiite, avec lequel le général était en rapport. Certaines photos publiées par le site indépendant iranien "Mashreghnews" le montrent en effet en présence de cadres du parti de Hassan Nasrallah.
 
Du côté syrien, un chef de la rébellion, cité par l’agence Reuters, a déclaré que l'attaque avait été perpétrée par des combattants rebelles près de la ville syrienne de Zabadani, à quelques kilomètres de la frontière libanaise. En territoire syrien donc, alors que les communiqués iraniens officiels entretenaient le flou sur le lieu de l’assassinat en évoquant uniquement un trajet entre Damas et Beyrouth. Toutefois cette information ne peut être confirmée par une source indépendante.
 
Jusqu’ici, et à plusieurs reprises, Téhéran avait démenti la présence de membres des Gardiens de la révolution en Syrie. Lundi, le journal américain Washington Post citait une source au sein de l'administration Obama affirmant qu’au moins 50 000 combattants pro-Assad soutenus par l'Iran opèrent en ce moment en Syrie. Téhéran leur fournit une aide financière et militaire, précise le quotidien, qui note également que des instructeurs issus du Corps des Gardiens de la révolution sont envoyés sur place en vue d'entraîner les soldats de l’armée syrienne

 

Première publication : 14/02/2013

  • MOYEN-ORIENT

    Armes chimiques syriennes : les indices d'une "guerre secrète" d’Israël

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Drone du Hezbollah : l'Iran affirme détenir des images de sites israéliens

    En savoir plus

  • LIBAN

    Les "martyrs" du Hezbollah morts pour Bachar al-Assad

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)