Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

  • En direct : cinquante-quatre Français au nombre des victimes du vol Air Algérie

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Trois Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Moyen-orient

L'Iran et l'AIEA ne parviennent pas à trouver un accord

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/02/2013

Les pourparlers entre l'AIEA et Téhéran n'ont pas permis d'aboutir à un accord sur le plan de vérification du programme nucléaire iranien. Cet échec intervient à moins de deux semaines des discussions prévues avec les six grandes puissances.

L'Iran et l'AIEA n'ont de nouveau pas réussi à conclure un accord sur un plan de vérification du programme controversé de Téhéran, un échec de mauvais augure avant la reprise dans moins de deux semaines de négociations avec les grandes puissances.

"Nous avons eu des discussions sur un document d'approche structurée" visant à examiner une possible dimension militaire du programme nucléaire iranien, "qui n'a pas pu être finalisé", a déclaré jeudi Herman Nackaerts, le chef des inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à son retour d'une mission d'une journée à Téhéran.

Cette rencontre était la huitième du genre en l'espace d'un peu plus d'un an et la troisième depuis la mi-décembre.

"Nous ne nous sommes pas encore mis d'accord sur une date pour la prochaine réunion", a-t-il précisé à l'aéroport de Vienne.

Le veille, le représentant iranien auprès de l'agence onusienne Ali Asghar Soltanieh avait fait part d'avancées. "Des divergences ont été réglées et un accord sur certains points des modalités (de ce cadre) a été trouvé", avait-il dit, sans plus de détails.

Interrogé sur d'éventuels progrès, M. Nackaerts est quant à lui resté évasif: "vous comprendrez que cela fait partie des négociations et qu'il est difficile pour moi de faire un commentaire à ce sujet".

"Notre engagement à poursuivre le dialogue est inébranlable", a-t-il affirmé. "Nous allons travailler dur afin de résoudre les différends qui restent", a-t-il dit.

L'AIEA cherche à avoir un accès plus large à des sites, individus ou documents, pouvant éclaircir les points soulevés dans son rapport de 2011. Ce document contenait des éléments, présentés comme crédibles, selon lesquels l'Iran avait travaillé à la mise au point de la bombe atomique avant 2003 et peut-être après.

La République islamique dément formellement avoir voulu -et vouloir- se doter de l'arme atomique.

L'AIEA insiste notamment depuis un an pour visiter la base militaire de Parchin, où elle soupçonne les autorités d'avoir procédé à des tests d'explosion conventionnelle applicable au nucléaire. L'agence accuse Téhéran d'effacer toute trace compromettante sur les lieux.

Comme lors de visites précédentes, "l'accès à Parchin ne nous a pas été autorisé", a regretté M. Nackaerts.

Le directeur général de l'AIEA Yukiya Amano doit informer les pays membres de l'état des discussions avec l'Iran dans son rapport trimestriel attendu fin février.

Le conseil des gouverneurs devra décider ensuite lors de sa réunion début mars s'il épingle de nouveau l'Iran, en demandant cette fois la saisine du Conseil de sécurité des Nations unies. Washington avait menacé de le faire en cas d'absence de progrès.

Jeudi, la France a dénoncé "le refus persistant" de l'Iran de finaliser ses discussions avec l'AIEA. "L'Iran doit coopérer avec l'Agence en vertu de ses obligations internationales", a déclaré le porte-parole du Quai d'Orsay Philippe Lalliot. Le conseil des gouverneurs devra en mars "faire un constat sans concessions des manquements iraniens", a-t-il prévenu.

Ce nouvel échec des discussions intervient avant la reprise, le 26 février à Almaty, au Kazahkstan, de discussions diplomatiques entre l'Iran et les grandes puissances, dans l'impasse depuis huit mois.

L'Iran exige un allègement des sanctions internationales sans précédent dont il fait l'objet contre toute réduction de son activité d'enrichissement d'uranium. Une demande rejetée par le groupe des 5+1 (Etats-Unis, Chine, Russie, Grande-Bretagne, France et Allemagne).

Les six puissances craignent que l'Iran veuille enrichir de l'uranium jusqu'à un degré de pureté de 90%, nécessaire à la fabrication de la bombe atomique, ce que le pays dément.

Téhéran aurait pu "encourager les bonnes volontés en concluant un accord sur le long terme avec l'AIEA sur les questions concernant ses activités nucléaires du passé", estime Mark Fitzpatrick, de l'institut international de recherches stratégiques (IISS) à Londres.

Au lieu de ça, il règnera "une atmosphère de méfiance et de suspicion" à Almaty, ajoute-t-il, jugeant la rencontre d'ores et déjà vouée à l'échec.
 

AFP

Première publication : 14/02/2013

  • DIPLOMATIE

    Nucléaire iranien : la relance des négociations fixée à fin février

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    L'Iran prêt à intensifier ses activités nucléaires, selon l'AIEA

    En savoir plus

  • IRAN

    Téhéran et Washington démentent des négociations bilatérales sur le nucléaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)