Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

LE DÉBAT

Theresa May en France : le Brexit au plus vite ?

En savoir plus

Planète @venir

L’incroyable phénomène de l’e-sport

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabien Archambault : "La France n'est pas un grand pays de football"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : la télémédecine, une initiative pour les femmes médecins

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur la route des festivals de musique

En savoir plus

TECH 24

Beauté connectée : parce que vous le valez bien...

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le monde décrit par Trump n’existe pas"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attentat de Nice : "Cazeneuve face à l'été meurtrier"

En savoir plus

EUROPE

Les farines animales à nouveau autorisées pour les élevages de poissons

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/02/2013

Douze ans après leur interdiction, la Commission européenne a autorisé jeudi l'utilisation des farines animales pour les élevages de poissons. Une nouvelle qui "tombe mal" en pleine affaire de la viande de cheval.

C’est un hasard du calendrier plutôt malheureux. Alors que la France est secouée par le scandale de la viande de cheval écoulée dans des plats étiquetés "pur boeuf", Bruxelles a donné le feu vert au retour des farines animales pour les poissons, le 14 février. Approuvée en juillet 2012 par les experts des États membres de l'UE, cette mesure sera effective à compter du 1er juin.

"Ça tombe mal", a déclaré le ministre de l'Agroalimentaire Guillaume Garot, interrogé sur France Info.  "La France s'était prononcée contre cette disposition européenne", a ajouté le ministre, qui a rappelé que la disposition de Bruxelles ne rendait "heureusement" pas obligatoire l'utilisation des farines animales.

"Il faudra la mettre en  œuvre au plan français avec un véritable esprit de responsabilité de nos industriels", a-t-il souligné.

L'utilisation des farines animales pour les ruminants avait été interdite en 1997 en raison des risques de contamination par l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), ou "maladie de la vache folle". Ce n’est qu’en 2001, que cette mesure avait été étendue aux aliments pour tous les animaux de consommation.

"L'éradication de l'ESB en phase finale"

Pour la Commission européenne, cette décision améliorera la durabilité à long terme du secteur de l'aquaculture. "Ces PAT (protéines animales transformées) pourraient être un substitut précieux aux farines de poisson, qui sont une ressource rare", a indiqué la Commission dans un communiqué.

Quant au spectre de la maladie de la vache folle, il semble plus que jamais s’éloigner.

"La situation épidémiologique actuelle de l'ESB montre que l'UE est désormais dans la phase finale de l'éradication de l'ESB au sein de son cheptel bovin", a affirmé Bruxelles en précisant que le risque de transmission d’ESB "entre animaux non-ruminants est négligeable pour autant qu'il n'y a pas de recyclage entre les espèces" (cannibalisme, ndlr).

Avec dépêches

Première publication : 15/02/2013

  • AGROALIMENTAIRE

    Viande chevaline : la société française Spanghero mise en cause

    En savoir plus

  • AGROALIMENTAIRE

    Scandale de la viande de cheval : l'UE demande des tests ADN

    En savoir plus

  • FRANCE

    Viande de cheval dans les lasagnes : Findus porte plainte

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)