Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Economie

Facebook victime d'une attaque informatique "sophistiquée"

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/02/2013

Le réseau social Facebook a subi, le mois dernier, l'intrusion de pirates informatiques sur son site. L'attaque, "sophistiquée", n'aurait pas compromis, toutefois, la confidentialité des données de ses utilisateurs.

Après Twitter, le réseau social Facebook a annoncé vendredi avoir subi, le mois dernier, une attaque informatique "sophistiquée", qui n'aurait toutefois pas compromis les données de ses utilisateurs.

L'intrusion s'est faite par l'intermédiaire du site contaminé d'un développeur, a précisé Facebook sur son blog. "Nous avons remédié au problème dans tous les appareils infectés, nous avons informé la police et commencé une vaste enquête qui se poursuit à ce jour", a ajouté le réseau.

Les pirates informatiques ont utilisé la vulnérabilité du logiciel Java, fabriqué par la société Oracle qui, alertée de l'intrusion, a tenté de contrer l'attaque le 1er février, selon Facebook.

Les pirates ont semble-t-il tenté de viser des développeurs et des sociétés technologiques du site internet, qu'ils piégeaient avec un faux code.

"Facebook n'a pas été le seul à se faire attaquer", selon le réseau social. "D'autres (sociétés) ont été également attaquées récemment".

Les Etats-Unis seraient la cible d'une importante attaque informatique qui met en péril leur compétitivité économique, ont conclu les différents services américains de renseignement dans un rapport, cité dimanche dernier dans le Washington Post.

Le rapport du National Intelligence Estimate (NIE), classé secret, mentionne comme pays d'origine des attaques en premier lieu la Chine, et cite aussi la Russie, Israël et la France.

Selon le document du NIE, des entreprises liées à l'énergie, la finance, l'aérospatiale, l'automobile sont les plus fréquemment visées par des attaques, et les dommages sont estimés à des dizaines de milliards de dollars.

Face à cette situation, l'administration du président Barack Obama tente de contrer les attaques de ces pays. Il a à cet égard déposé des plaintes devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC), expulsé du personnel diplomatique, ou encore restreint la délivrance de visas, selon le Washington Post.

Le réseau social Twitter avait annoncé pour sa part le 2 février qu'environ 250.000 de ses utilisateurs avaient été victimes de pirates informatiques "sophistiqués", qui avaient mené des attaques similaires à celles portées contre des sociétés et des médias américains.

La même semaine, les quotidiens américains New York Times et Wall Street Journal avaient rapporté que leurs ordinateurs et systèmes informatiques avaient subi des cyber-attaques, pointant du doigt le gouvernement chinois.

Twitter avait alors mis en garde contre l'utilisation du logiciel Java. Le département américain de la Sécurité intérieure avait appelé début janvier ses utilisateurs à cesser d'y avoir recours, en raison de sa vulnérabilité.

AFP

Première publication : 16/02/2013

  • INTERNET

    Facebook entre dans la danse des moteurs de recherche

    En savoir plus

  • INTERNET

    Facebook franchit le cap du milliard d'utilisateurs actifs

    En savoir plus

  • FRANCE

    Pour la Cnil, le "bug" Facebook n'en était pas un

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)