Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Afrique

La formation d'un nouveau gouvernement tunisien reportée sine die

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/02/2013

La composition d'un nouveau cabinet ministériel apolitique, attendue ce week-end, a été une nouvelle fois reportée à une date ultérieure, a annoncé le Premier ministre tunisien, Hamadi Jebali. Les discussions doivent reprendre lundi.

Le Premier ministre tunisien Hamadi Jebali a annoncé vendredi de nouvelles consultations lundi sur son initiative de former un gouvernement apolitique, reportant sine die la composition du nouveau cabinet et prolongeant la profonde crise politique dans le pays.

"Il y a une évolution et des progrès sur tous les point soulevés (...) C'est pour cela que nous avons décidé de poursuivre les discussions lundi", a-t-il déclaré à la presse à l'issue de pourparlers avec les dirigeants des différents partis.

Il a ainsi annulé sa décision de fixer à samedi la date limite pour l'annonce du gouvernement apolitique, malgré l'hostilité de son parti islamiste Ennahda au pouvoir, et n'a pas évoqué de nouvelle date après cet énième report.

"Les délais sont importants mais le plus important est l'intérêt de la Tunisie et de trouver une solution pour le peuple", a expliqué M. Jebali.

Jeudi, il avait annoncé qu'il démissionnerait samedi si la composition du gouvernement de technocrates qu'il appelle de ses voeux ne faisait pas le consensus, après une initiative qu'il avait lancée le jour de l'assassinat retentissant de l'opposant anti-islamiste de gauche Chokri Belaïd le 6 février.

Son initiative a été rejetée par Ennahda qui propose en retour un cabinet alliant technocrates et figures politiques.

Ce parti, dont M. Jebali est le numéro deux, organise d'ailleurs samedi une grande manifestation à Tunis pour défendre sa "légitimité" à diriger le pays comme il le fait depuis 14 mois.

Les discussions de vendredi ont réuni les principaux chefs politiques, dont ceux de la coalition au pouvoir: Rached Ghannouchi pour Ennahda, Mustapha Ben Jaafar pour Ettakatol et Mohamed Abbou du Congrès pour la République (CPR), parti du président Moncef Marzouki.

L'opposition y était notamment représentée par Béji Caïd Essebsi, chef de Nidaa Tounès, un parti centriste en plein essor, Néjib Chebbi, pour le Parti Républicain et Kamel Morjane, ex-ministre du président déchu Zine Al Abidine Ben Ali et chef du parti Moubadara.

Jebali soutenu par l'opposition laïque


Ennahda a fait bloc avec le CPR et deux autres petites formations pour s'opposer à un gouvernement sans personnalités politiques voulu par M. Jebali.

Si les députés de ces mouvements restent solidaires de leurs directions, ils disposent d'une majorité suffisante pour censurer M. Jebali à l'Assemblée nationale constituante (ANC), composée de 217 sièges. Il leur suffit de réunir 109 votes hostiles pour le faire.

M. Jebali peut se targuer du soutien de l'opposition laïque, des organisations syndicale et patronale ainsi que d'une large part de la société civile, pour qui un cabinet apolitique est la seule solution pour stabiliser le pays, deux ans après la révolution qui a renversé Ben Ali.

Les proches de Chokri Belaïd, assassiné devant son domicile tunisois de trois balles tirées à bout portant, prévoient samedi deux cérémonies à sa mémoire, alors qu'aucune avancée dans l'enquête n'a été annoncée. L'une aura lieu dans le sud de Tunis, l'autre à Jendouba (nord-ouest).

La famille Belaïd accuse Ennahda d'être responsable du meurtre de ce militant anti-islamiste virulent, ce que dément ce parti.

Outre l'interminable crise politique, la rédaction de la Constitution est dans l'impasse, faute de compromis sur la nature du futur régime. M. Jebali a souligné que sa démarche visait aussi à accélérer ce travail pour organiser des élections au plus vite.

Les conflits sociaux souvent violents se sont multipliés sur fond de misère et chômage, à l'origine de la révolution. Sans oublier l'essor d'une mouvance salafiste jihadiste qui déstabilise régulièrement le pays par des attaques.

AFP
 

Première publication : 16/02/2013

  • TUNISIE

    Le chef d'Ennahda attend la formation d'un gouvernement de coalition cette semaine

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Le gouvernement tunisien en sursis

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Mélenchon sur la tombe de Belaïd : "Le problème du peuple tunisien, ce n'est pas la France"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)