Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

Afrique

François Hollande écrit à Michel Atangana, emprisonné à Yaoundé

©

Vidéo par Nicolas GERMAIN , Antoine MARIOTTI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/02/2013

Le président français, François Hollande, a adressé une lettre à Michel Atangana, un Français emprisonné au Cameroun depuis 16 ans. Il lui a assuré que Paris faisait son possible pour trouver une issue rapide à cette affaire.

 

Une lueur d’espoir vient éclairer la cellule sans fenêtre de Michel Thierry Atangana, incarcéré au Cameroun depuis 1997. Le président français François Hollande lui a adressé une lettre, datée du 21 janvier, qui vient d’être remise au prisonnier, et dans laquelle il l’assure de tout son soutien. "La France continuera de faire valoir au Cameroun le prix qu'elle attache à ce que votre cas bénéficie d'une attention particulière, en vue d'une issue rapide", écrit le chef de l’État français.

Pour Dominique Sora, président du comité de soutien français à Michel Thierry Atangana, ces quelques mots sont synonymes d’espoir : "La lettre […] sort très largement de ce que l’on peut estimer comme étant le langage diplomatique habituel pour ce type de dossier puisque le président de la République prend très clairement position pour dire à quel point cette incarcération lui semble illégitime", a-t-il déclaré sur RFI.

La Cour suprême saisie

Manifestement, l’emprisonnement du Français dans les sous-sols du ministère de la Défense, à Yaoundé, a été longuement évoqué au cours de la visite du président camerounais Paul Biya en France, fin janvier.
 
"L’ambassade de France au Cameroun est aujourd’hui très investie sur le cas de Michel Atangana donc je pense que la France fait ce qu’elle a à faire", estime Dominique Soro. Interrogé sur le perron de l’Élysée sur le sort du prisonnier, le président camerounais avait répondu que la Cour suprême avait été saisie. "Nous attendons la décision de la Cour suprême pour voir ce qu’il y a lieu de faire", a-t-il poursuivi.

"Aujourd'hui, il est détenu arbitrairement pour des raisons purement politiques", dénonce son avocat, maître Philippe Missamou. Michel Atangana a été arrêté dans la foulée de l’interpellation du l’ex-numéro 2 camerounais, Titus Edzoa, qui s’était porté candidat face à Paul Biya à la présidentielle de 1997.
 
Un procès "sans avocats"
 
Titus Edzoa a été accusé de détournement de fonds dans le cadre d’un projet autoroutier. Michel Atangana, lui, présidait alors le comité de pilotage du projet et, dans ce cadre, rendait compte de ses activités à l’ancien secrétaire général de la République camerounaise.

Michel Thierry Atangana, aujourd’hui 48 ans, est emprisonné depuis 16 ans dans une cellule de 8 m² sans lumière du jour. L’homme a été condamné une première fois à 15 ans de prison en 1997, "à l’issue d’un procès qui se déroula sans avocats entre 17 heures et 4 heures du matin", précise Dominique Soro dans une lettre ouverte publiée le 11 février dernier sur le Nouvel Observateur.

Il avait failli être libéré à l’occasion d’un non-lieu prononcé en 2008, mais le juge auteur de cette décision avait rapidement été écarté et, en octobre 2012, Michel Atangana avait été condamné en appel à 20 ans de prison. Il a toujours crié son innocence.

 

Première publication : 16/02/2013

  • SUR RFI

    Cameroun: nouvelle peine de 20 ans de prison pour le Français Atangana

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)