Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Un rassemblement pro-israélien organisé à Paris

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

Afrique

François Hollande écrit à Michel Atangana, emprisonné à Yaoundé

Vidéo par Nicolas GERMAIN , Antoine MARIOTTI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/02/2013

Le président français, François Hollande, a adressé une lettre à Michel Atangana, un Français emprisonné au Cameroun depuis 16 ans. Il lui a assuré que Paris faisait son possible pour trouver une issue rapide à cette affaire.

 

Une lueur d’espoir vient éclairer la cellule sans fenêtre de Michel Thierry Atangana, incarcéré au Cameroun depuis 1997. Le président français François Hollande lui a adressé une lettre, datée du 21 janvier, qui vient d’être remise au prisonnier, et dans laquelle il l’assure de tout son soutien. "La France continuera de faire valoir au Cameroun le prix qu'elle attache à ce que votre cas bénéficie d'une attention particulière, en vue d'une issue rapide", écrit le chef de l’État français.

Pour Dominique Sora, président du comité de soutien français à Michel Thierry Atangana, ces quelques mots sont synonymes d’espoir : "La lettre […] sort très largement de ce que l’on peut estimer comme étant le langage diplomatique habituel pour ce type de dossier puisque le président de la République prend très clairement position pour dire à quel point cette incarcération lui semble illégitime", a-t-il déclaré sur RFI.

La Cour suprême saisie

Manifestement, l’emprisonnement du Français dans les sous-sols du ministère de la Défense, à Yaoundé, a été longuement évoqué au cours de la visite du président camerounais Paul Biya en France, fin janvier.
 
"L’ambassade de France au Cameroun est aujourd’hui très investie sur le cas de Michel Atangana donc je pense que la France fait ce qu’elle a à faire", estime Dominique Soro. Interrogé sur le perron de l’Élysée sur le sort du prisonnier, le président camerounais avait répondu que la Cour suprême avait été saisie. "Nous attendons la décision de la Cour suprême pour voir ce qu’il y a lieu de faire", a-t-il poursuivi.

"Aujourd'hui, il est détenu arbitrairement pour des raisons purement politiques", dénonce son avocat, maître Philippe Missamou. Michel Atangana a été arrêté dans la foulée de l’interpellation du l’ex-numéro 2 camerounais, Titus Edzoa, qui s’était porté candidat face à Paul Biya à la présidentielle de 1997.
 
Un procès "sans avocats"
 
Titus Edzoa a été accusé de détournement de fonds dans le cadre d’un projet autoroutier. Michel Atangana, lui, présidait alors le comité de pilotage du projet et, dans ce cadre, rendait compte de ses activités à l’ancien secrétaire général de la République camerounaise.

Michel Thierry Atangana, aujourd’hui 48 ans, est emprisonné depuis 16 ans dans une cellule de 8 m² sans lumière du jour. L’homme a été condamné une première fois à 15 ans de prison en 1997, "à l’issue d’un procès qui se déroula sans avocats entre 17 heures et 4 heures du matin", précise Dominique Soro dans une lettre ouverte publiée le 11 février dernier sur le Nouvel Observateur.

Il avait failli être libéré à l’occasion d’un non-lieu prononcé en 2008, mais le juge auteur de cette décision avait rapidement été écarté et, en octobre 2012, Michel Atangana avait été condamné en appel à 20 ans de prison. Il a toujours crié son innocence.

 

Première publication : 16/02/2013

  • SUR RFI

    Cameroun: nouvelle peine de 20 ans de prison pour le Français Atangana

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)