Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Pour le chef des Farc, l'accord signé en Colombie "jette les bases d'une paix durable"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

Afrique

Une manifestation pro-Gbagbo dispersée au gaz lacrymogène à Abidjan

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/02/2013

Une cinquantaine de jeunes partisans pro-Gbagbo se sont rassemblés, samedi dans un quartier ouest d'Abidjan, pour demander la libération de l'ex-président ivoirien. Les manifestants ont été dispersés par la police à coup de gaz lacrymogènes.

Ils étaient une cinquantaine à crier "libérez Gbagbo". Une manifestation de jeunes partisans de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, interdite par les autorités, a été dispersée samedi à Abidjan par la police à coup de gaz lacrymognènes, a constaté une journaliste de l'AFP.

Les jeunes, qui ont tenu sur une place de Yopougon une manifestation interdite depuis vendredi, se sont ensuite dispersés loin de ce site du quartier ouest de la capitale économique ivoirienne, fief pro-Gbagbo de longue date. Puis les policiers se sont déployés dans le secteur.

Les accès de la place étaient bloqués par des policiers venus en grand nombre, équipés de casques, de matraques et de boucliers. Un fort contingent de l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (Onuci), à bord de blindés et de 4x4, renforçait ce dispositif barrant notamment la principale voie menant au site de la manifestation. La circulation des véhicules aux alentours de la place a repris après quelques minutes d'interruption.

Des "risques de graves débordements"

Dans un communiqué lu vendredi soir sur la télévision publique RTI, le ministre de l'Intérieur, Hamed Bakayoko, avait endossé l'arrêté d'interdiction de la manifestation pris par la mairie de Yopougon en raison des "risques de graves débordements", et averti que la police nationale était chargée de le faire respecter.

La jeunesse du Front populaire ivoirien (FPI), le parti de Laurent Gbagbo, entendait par cette manifestation demander la libération de l'ancien chef de l'État, détenu depuis fin 2011 à La Haye par la Cour pénale internationale (CPI).

La CPI soupçonne Laurent Gbagbo de crimes contre l'humanité commis durant la crise postélectorale de 2010-2011, qui a fait environ 3 000 morts. Elle doit tenir, à partir de mardi, une audience pour décider de la tenue ou non d'un procès.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 16/02/2013

  • GHANA

    Deux pro-Gbagbo arrêtés au Ghana extradés vers la Côte d’Ivoire

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    La CPI émet un mandat d'arrêt contre l'épouse de Laurent Gbagbo

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    L'armée ivoirienne coupable d'exactions "généralisées", selon Human Rights Watch

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)