Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

LafargeHolcim va enquêter sur son usine en Syrie

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : à quand la suite ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : à quand la suite ? (Partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Brex... pschitt ?"

En savoir plus

MODE

Mode masculine été 2017 part 1

En savoir plus

#ActuElles

Femmes artistes : sortir des oubliettes de l'Histoire

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Quatuor Modigliani : quatre garçons dans les cordes

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Loi travail : le récit d'un revirement

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : atteints d'une hépatite C, des Occidentaux partent se faire soigner en Inde

En savoir plus

Afrique

Une manifestation pro-Gbagbo dispersée au gaz lacrymogène à Abidjan

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/02/2013

Une cinquantaine de jeunes partisans pro-Gbagbo se sont rassemblés, samedi dans un quartier ouest d'Abidjan, pour demander la libération de l'ex-président ivoirien. Les manifestants ont été dispersés par la police à coup de gaz lacrymogènes.

Ils étaient une cinquantaine à crier "libérez Gbagbo". Une manifestation de jeunes partisans de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, interdite par les autorités, a été dispersée samedi à Abidjan par la police à coup de gaz lacrymognènes, a constaté une journaliste de l'AFP.

Les jeunes, qui ont tenu sur une place de Yopougon une manifestation interdite depuis vendredi, se sont ensuite dispersés loin de ce site du quartier ouest de la capitale économique ivoirienne, fief pro-Gbagbo de longue date. Puis les policiers se sont déployés dans le secteur.

Les accès de la place étaient bloqués par des policiers venus en grand nombre, équipés de casques, de matraques et de boucliers. Un fort contingent de l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (Onuci), à bord de blindés et de 4x4, renforçait ce dispositif barrant notamment la principale voie menant au site de la manifestation. La circulation des véhicules aux alentours de la place a repris après quelques minutes d'interruption.

Des "risques de graves débordements"

Dans un communiqué lu vendredi soir sur la télévision publique RTI, le ministre de l'Intérieur, Hamed Bakayoko, avait endossé l'arrêté d'interdiction de la manifestation pris par la mairie de Yopougon en raison des "risques de graves débordements", et averti que la police nationale était chargée de le faire respecter.

La jeunesse du Front populaire ivoirien (FPI), le parti de Laurent Gbagbo, entendait par cette manifestation demander la libération de l'ancien chef de l'État, détenu depuis fin 2011 à La Haye par la Cour pénale internationale (CPI).

La CPI soupçonne Laurent Gbagbo de crimes contre l'humanité commis durant la crise postélectorale de 2010-2011, qui a fait environ 3 000 morts. Elle doit tenir, à partir de mardi, une audience pour décider de la tenue ou non d'un procès.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 16/02/2013

  • GHANA

    Deux pro-Gbagbo arrêtés au Ghana extradés vers la Côte d’Ivoire

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    La CPI émet un mandat d'arrêt contre l'épouse de Laurent Gbagbo

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    L'armée ivoirienne coupable d'exactions "généralisées", selon Human Rights Watch

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)