Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

EUROPE

Le candidat de la droite en tête du premier tour de la présidentielle à Chypre

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/02/2013

Le candidat conservateur Nicos Anastasiades est arrivé, dimanche, largement en tête du premier tour de l’élection présidentielle, qui se déroule sur fond de grave crise économique. Il devra se présenter au second tour le 24 février.

Nicos Anastasiades, candidat du principal parti de droite, est arrivé largement en tête (45,4%) de la présidentielle chypriote dimanche et affrontera lors du second tour le 24 février Stavros Malas (26,9%), soutenu par les communistes au pouvoir, selon les résultats définitifs.
              
Les sondages réalisés à la sortie des urnes avaient crédité M. Anastasiades, un avocat de 66 ans et vétéran de la politique chypriote, de 51% des voix, provoquant un concert de klaxons dans les rues de Nicosie, mais le calme est revenu au fur et à mesure de l'annonce des résultats du dépouillement.
              
Le scrutin se déroule dans un contexte de profonde crise économique et d'impasse dans les négociations en vue d'une éventuelle réunification de l'île coupée en deux depuis l'invasion turque de 1974.
              
Alors que la reprise n'est pas attendue avant 2015 et que le chômage connaît une hausse exponentielle, Chypre négocie depuis juin un plan de sauvetage international évalué à 17 milliards d'euros -- l'équivalent de son PIB annuel--, dont 10 milliards pour renflouer ses banques plombées par leur exposition à la dette grecque.
              
Considéré comme un homme à poigne, M. Anastasiades, chef du parti Disy (droite), s'est présenté pendant la campagne comme le plus à même de négocier le prêt international jugé crucial pour la survie de l'île, et s'est dit déterminé à l'obtenir même au prix d'une austérité encore plus marquée.
              
Il est aussi le seul à avoir soutenu en 2004 un plan de réunification proposé par l'ONU et accepté par les Chypriotes-turcs mais rejeté par une grande majorité de Chypriotes-grecs. Ce pragmatisme lui a valu de vives critiques, et il prône désormais un consensus politique sur ce dossier, sans pour autant présenter de stratégie claire.
              
"Il est le plus sérieux, celui qui a le plus de connections, pour le bien du pays", a expliqué dans la matinée Andreas Andreou, médecin d'une soixantaine d'années s'apprêtant à voter pour M. Anastasiades dans la vieille ville de Nicosie, sous un soleil printanier.            
                              
"Nous pouvons l'emporter"           
                
              
Dans une semaine, il devra affronter M. Malas, un chercheur en génétique de 45 ans, ancien ministre de la Santé, soutenu par les communistes du parti Akel du président sortant Demetris Christofias, qui ne se représentait pas.
              
Lui aussi partisan du plan de sauvetage international, M. Malas a devancé de justesse Giorgos Lillikas (24,9%), un autre indépendant soutenu par les socialistes, le seul des principaux candidats à promettre de trouver le moyen de tirer profit dès maintenant des réserves de gaz découvertes au large de Chypre pour éviter l'austérité liée à un prêt international.
              
"Nous parlons maintenant d'une élection à deux tours. Les urnes sont les seules juges. Il va y avoir une bataille pour le second tour, et nous pouvons l'emporter", a déclaré dimanche soir Nicos Katsourides, un responsable d'Akel s'exprimant au nom de M. Malas.
              
Selon des responsables électoraux, environ 83% des quelque 545.000 électeurs se sont prononcés, ce qui marque une baisse par rapport aux scrutins précédents où la participation dépassait régulièrement les 90%. Le vote est obligatoire, mais la loi est de moins en moins appliquée.
              
Pendant la journée, beaucoup d'électeurs à Nicosie se sont dits ravis de voir partir M. Christofias, accusé de ne pas avoir vu venir la crise, mais également réalistes quant aux capacités de son successeur à faire face à la crise.
              
"J'ai essayé de choisir le meilleur parmi tous ces pires", a expliqué Christodoulos Kiriakides, un comptable de 30 ans votant à Nicosie. "Je veux quelqu'un qui fera de son mieux pour l'économie, sans être un vendu aux forces étrangères. Et j'espère qu'il fera ce qu'il a dit".

AFP 

Première publication : 17/02/2013

  • ZONE EURO

    Chypre est parvenue à un accord sur une aide financière avec la troïka

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Chypre à la tête de l’UE, présidence de tous les dangers

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    La zone euro et le Fonds monétaire international envisagent d'aider Chypre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)