Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Afrique

Un réseau de trafic d’enfants entre la France et l'Algérie devant la justice

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/02/2013

Une affaire sordide agite l’Algérie : 13 personnes sont accusées d’avoir organisé un trafic d’enfants algériens vers l’Europe. Le procès, qui devait s’ouvrir aujourd’hui, a été reporté en raison de l’absence de cinq prévenus résidant en France.

L’affaire rappelle celle de l’Arche de Zoé. Treize personnes devaient comparaître, dimanche devant le tribunal d’Alger, pour "enlèvement et détournement" d’enfants algériens vers l’Europe – principalement vers la France. Finalement, le procès a été reporté, cinq des treize prévenus ne s’étant pas présentés devant les juges. Tous les accusés absents à la barre sont des franco-algériens résidant en France.

Selon le quotidien algérien El Watan, le trafic d’enfants a commencé dans les années 1990 et a pris fin en 2009. À la tête du réseau présumé se trouve un médecin généraliste, connu simplement sous le nom de H. Khalifa. L’homme se faisait passer pour un obstétricien. À la direction d’une clinique à Ain Taya, ville située à une vingtaine de kilomètres à l’est d’Alger, il prétendait s’occuper gratuitement, et avec l’aide de sa sœur, de femmes enceintes célibataires jusqu’à ce qu’elles accouchent.

Selon les enquêteurs, deux notaires, qui devaient comparaître dimanche à Alger, jouaient un rôle central dans le trafic. Ils étaient chargés d’établir les "documents de désistement", sortes d’attestations d’abandon signées par les mères, puis de rédiger de faux certificats d’adoption ainsi que des procurations falsifiées servant à acheminer les enfants jusque dans les pays européens. Les "parents adoptifs" versaient, en échange des nouveau-nés, de gigantesques sommes d’argent.

Un trafic apparemment bien rodé

Parmi les inculpés figure également une femme, une puéricultrice au domicile de laquelle trois bébés ont été récupérés par les services d’assistance à l’enfance, et qui, selon une source judiciaire citée par El Watan, détenait douze faux certificats d’adoption.

Le rôle des mères biologiques dans le trafic d’enfants reste encore flou. Selon l’enquête, elles touchaient de fortes sommes d’argent en contrepartie de la signature du "document de désistement". H. Khalifa a assuré aux enquêteurs que les femmes agissaient de leur plein gré. Mais certaines d’entres elles ont déclaré qu’elles avaient été menacées et qu’elles avaient abandonné leur bébé sous la contrainte.

L’affaire a éclaté en 2009, avec la mort d’une jeune femme au cours d’un avortement dans la clinique du docteur Khalika. L’enquête qui avait suivi avait permis de lever le voile sur les activités criminelles du directeur de la clinique. H. Khalifa, en plus du trafic d’enfants, est accusé d’avoir procédé à des avortements, illégaux en Algérie.

Première publication : 17/02/2013

  • FRANCE

    Arche de Zoé : deux ans de prison pour les deux principaux accusés

    En savoir plus

  • TCHAD

    Arche de Zoé : le président tchadien réclame les 6 millions d'euros pour les victimes

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le procès de L'Arche de Zoé s'est ouvert à Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)