Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Afrique

Un réseau de trafic d’enfants entre la France et l'Algérie devant la justice

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/02/2013

Une affaire sordide agite l’Algérie : 13 personnes sont accusées d’avoir organisé un trafic d’enfants algériens vers l’Europe. Le procès, qui devait s’ouvrir aujourd’hui, a été reporté en raison de l’absence de cinq prévenus résidant en France.

L’affaire rappelle celle de l’Arche de Zoé. Treize personnes devaient comparaître, dimanche devant le tribunal d’Alger, pour "enlèvement et détournement" d’enfants algériens vers l’Europe – principalement vers la France. Finalement, le procès a été reporté, cinq des treize prévenus ne s’étant pas présentés devant les juges. Tous les accusés absents à la barre sont des franco-algériens résidant en France.

Selon le quotidien algérien El Watan, le trafic d’enfants a commencé dans les années 1990 et a pris fin en 2009. À la tête du réseau présumé se trouve un médecin généraliste, connu simplement sous le nom de H. Khalifa. L’homme se faisait passer pour un obstétricien. À la direction d’une clinique à Ain Taya, ville située à une vingtaine de kilomètres à l’est d’Alger, il prétendait s’occuper gratuitement, et avec l’aide de sa sœur, de femmes enceintes célibataires jusqu’à ce qu’elles accouchent.

Selon les enquêteurs, deux notaires, qui devaient comparaître dimanche à Alger, jouaient un rôle central dans le trafic. Ils étaient chargés d’établir les "documents de désistement", sortes d’attestations d’abandon signées par les mères, puis de rédiger de faux certificats d’adoption ainsi que des procurations falsifiées servant à acheminer les enfants jusque dans les pays européens. Les "parents adoptifs" versaient, en échange des nouveau-nés, de gigantesques sommes d’argent.

Un trafic apparemment bien rodé

Parmi les inculpés figure également une femme, une puéricultrice au domicile de laquelle trois bébés ont été récupérés par les services d’assistance à l’enfance, et qui, selon une source judiciaire citée par El Watan, détenait douze faux certificats d’adoption.

Le rôle des mères biologiques dans le trafic d’enfants reste encore flou. Selon l’enquête, elles touchaient de fortes sommes d’argent en contrepartie de la signature du "document de désistement". H. Khalifa a assuré aux enquêteurs que les femmes agissaient de leur plein gré. Mais certaines d’entres elles ont déclaré qu’elles avaient été menacées et qu’elles avaient abandonné leur bébé sous la contrainte.

L’affaire a éclaté en 2009, avec la mort d’une jeune femme au cours d’un avortement dans la clinique du docteur Khalika. L’enquête qui avait suivi avait permis de lever le voile sur les activités criminelles du directeur de la clinique. H. Khalifa, en plus du trafic d’enfants, est accusé d’avoir procédé à des avortements, illégaux en Algérie.

Première publication : 17/02/2013

  • FRANCE

    Arche de Zoé : deux ans de prison pour les deux principaux accusés

    En savoir plus

  • TCHAD

    Arche de Zoé : le président tchadien réclame les 6 millions d'euros pour les victimes

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le procès de L'Arche de Zoé s'est ouvert à Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)