Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Martin vainqueur de la 9e étape, le Français Gallopin en jaune

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Afrique

Un réseau de trafic d’enfants entre la France et l'Algérie devant la justice

©

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/02/2013

Une affaire sordide agite l’Algérie : 13 personnes sont accusées d’avoir organisé un trafic d’enfants algériens vers l’Europe. Le procès, qui devait s’ouvrir aujourd’hui, a été reporté en raison de l’absence de cinq prévenus résidant en France.

L’affaire rappelle celle de l’Arche de Zoé. Treize personnes devaient comparaître, dimanche devant le tribunal d’Alger, pour "enlèvement et détournement" d’enfants algériens vers l’Europe – principalement vers la France. Finalement, le procès a été reporté, cinq des treize prévenus ne s’étant pas présentés devant les juges. Tous les accusés absents à la barre sont des franco-algériens résidant en France.

Selon le quotidien algérien El Watan, le trafic d’enfants a commencé dans les années 1990 et a pris fin en 2009. À la tête du réseau présumé se trouve un médecin généraliste, connu simplement sous le nom de H. Khalifa. L’homme se faisait passer pour un obstétricien. À la direction d’une clinique à Ain Taya, ville située à une vingtaine de kilomètres à l’est d’Alger, il prétendait s’occuper gratuitement, et avec l’aide de sa sœur, de femmes enceintes célibataires jusqu’à ce qu’elles accouchent.

Selon les enquêteurs, deux notaires, qui devaient comparaître dimanche à Alger, jouaient un rôle central dans le trafic. Ils étaient chargés d’établir les "documents de désistement", sortes d’attestations d’abandon signées par les mères, puis de rédiger de faux certificats d’adoption ainsi que des procurations falsifiées servant à acheminer les enfants jusque dans les pays européens. Les "parents adoptifs" versaient, en échange des nouveau-nés, de gigantesques sommes d’argent.

Un trafic apparemment bien rodé

Parmi les inculpés figure également une femme, une puéricultrice au domicile de laquelle trois bébés ont été récupérés par les services d’assistance à l’enfance, et qui, selon une source judiciaire citée par El Watan, détenait douze faux certificats d’adoption.

Le rôle des mères biologiques dans le trafic d’enfants reste encore flou. Selon l’enquête, elles touchaient de fortes sommes d’argent en contrepartie de la signature du "document de désistement". H. Khalifa a assuré aux enquêteurs que les femmes agissaient de leur plein gré. Mais certaines d’entres elles ont déclaré qu’elles avaient été menacées et qu’elles avaient abandonné leur bébé sous la contrainte.

L’affaire a éclaté en 2009, avec la mort d’une jeune femme au cours d’un avortement dans la clinique du docteur Khalika. L’enquête qui avait suivi avait permis de lever le voile sur les activités criminelles du directeur de la clinique. H. Khalifa, en plus du trafic d’enfants, est accusé d’avoir procédé à des avortements, illégaux en Algérie.

Première publication : 17/02/2013

  • FRANCE

    Arche de Zoé : deux ans de prison pour les deux principaux accusés

    En savoir plus

  • TCHAD

    Arche de Zoé : le président tchadien réclame les 6 millions d'euros pour les victimes

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le procès de L'Arche de Zoé s'est ouvert à Paris

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)