Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Afrique

Le groupe Ansaru revendique l'enlèvement de sept personnes au Nigeria

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/02/2013

Les islamistes d'Ansaru, proches de la secte Boko Haram au Nigeria, ont revendiqué, lundi dans un communiqué, l'enlèvement de sept employés d'une société libanaise dans le nord du pays. Le groupe a déjà enlevé un Français en décembre.

Le groupe islamiste nigérian Ansaru a revendiqué, lundi, l'enlèvement ce week-end de sept employés étrangers de la société de construction libanaise Setraco, dans le nord du Nigeria.

Dans un communiqué envoyé à plusieurs journalistes par email, le groupe annonce "détenir sept personnes, dont des Libanais et leurs collègues européens travaillant pour Setraco". Le groupe, considéré comme une faction de la secte islamiste Boko Haram, dit avoir commis cet enlèvement "sur la base des transgressions et des atrocités commises envers la religion d'Allah (...) par les pays européens dans plusieurs endroits dont l'Afghanistan et le Mali".

Dans un second paragraphe, Ansaru semble menacer de mener d'autres attaques mais la syntaxe est confuse et le sens de la phrase n'est pas clair.

Un Français enlevé en décembre

En décembre, le groupe avait déjà revendiqué l’enlèvement d’un ingénieur français, Francis Collomp, dans le nord du Nigeria. Parmi les raisons alors invoquées par les ravisseurs pour justifier cet enlèvement figurait le soutien de la France à l'intervention armée en préparation au Mali.

Dans la nuit du 16 au 17 février 2013, quatre Libanais, un Britannique, un Grec et un Italien ont été enlevés lors d'une attaque survenue dans le village de Jama'are, dans l'État de Bauchi (Nord). Les enlèvements sont courants au Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique, avec ses 160 millions d'habitants.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 18/02/2013

  • NIGERIA

    Sept employés d'une société libanaise au Nigeria enlevés par un groupe armé

    En savoir plus

  • NIGERIA

    La famille de l'otage français Francis Collomp, enlevé au Sahel, lance un appel aux ravisseurs

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Les ravisseurs de l’otage français au Nigeria sont "liés à Aqmi", selon Hollande

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)