Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • Rythmes scolaires : la rentrée chahutée par des maires récalcitrants

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

EUROPE

Pas de remise en liberté sous bracelet électronique pour Marc Dutroux

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/02/2013

La justice belge a rejeté la demande de remise en liberté - sous le contrôle d'un bracelet électronique - de Marc Dutroux. Le pédophile belge, qui souhaite purger sa peine à domicile, a été condamné à la réclusion à perpétuité en 2004.

Sans surprise, la justice belge a rejeté, ce lundi, la demande de remise en liberté sous la surveillance d'un bracelet électronique du meurtrier pédophile belge Marc Dutroux en raison, notamment, du risque de récidive de l'homme "le plus détesté" de Belgique.

Le tribunal d'application des peines (TAP) de Bruxelles a rendu sa décision, deux semaines après une audience à huis-clos au cours de laquelle Marc Dutroux, condamné à la perpétuité en 2004, avait personnellement plaidé le droit de pouvoir purger sa peine à domicile sous surveillance électronique.

Les explications du tribunal d'application des peines

"Je suis certaine qu'il va recommencer"

"Il n'y a pas lieu d'octroyer une mesure de surveillance par un bracelet électronique", a déclaré la présidente du TAP dans un arrêt rendu devant une cinquantaine de journalistes belges et étrangers.

Le tribunal a suivi les avis négatifs rendus par les psychiatres, l'administration pénitentiaire, le parquet et la mère de Marc Dutroux. "Je n'ai pas la moindre envie de le savoir en liberté ! C'est un récidiviste dans l'âme, il l'a d'ailleurs déjà prouvé tout au long de sa vie. (…) Je suis certaine qu'il va recommencer. Il n'a aucun sens des réalités", a-t-elle déclaré dans une interview à l'hebdomadaire Le Soir Magazine.

Le projet de réinsertion de Marc Dutroux, 56 ans, a été jugé non crédible sur plusieurs points : absence de projet professionnel sérieux - il souhaite devenir plombier ou carrossier indépendant - et de lieu d'hébergement potentiel, risque d'importuner ses victimes et leurs familles et danger de récidive.

L'opinion belge traumatisée

L'ancien électricien de Charleroi a été condamné en juin 2004 à la réclusion à perpétuité pour l'enlèvement, la séquestration et le viol, entre juin 1995 et août 1996, de six fillettes et adolescentes belges, ainsi que de la mort de quatre d'entre elles. Plus de 15 ans après les faits, l'opinion belge reste traumatisée par cette affaire criminelle, la pire de l'histoire du royaume.

Actuellement écroué à Nivelles, au sud de Bruxelles, Marc Dutroux pourra introduire une demande de libération conditionnelle à la fin du mois d'avril, au moment où il aura purgé effectivement un tiers de sa peine (assimilée à 45 ans), détention préventive comprise. Là encore, les observateurs belges estiment tous que cette nouvelle requête n'a pratiquement aucune chance d'aboutir.

Avec dépêches

Première publication : 18/02/2013

  • BELGIQUE

    La mère de Marc Dutroux met en garde contre une récidive de son fils

    En savoir plus

  • BELGIQUE

    Libérée, l'ex-femme de Marc Dutroux est accueillie dans un couvent

    En savoir plus

  • JUSTICE

    La France rechigne à accueillir l'ex-épouse de Marc Dutroux

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)