Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Amériques

Le socialiste Rafael Correa triomphalement réélu à la tête de l'Équateur

© AFP | Le président Rafael Correa (à gauche)

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/02/2013

Le leader socialiste a remporté, dimanche, une large majorité des voix lors du scrutin présidentiel en Équateur, selon un décompte partiel. Pour son nouveau mandat, Rafael Correa a promis de renforcer la "révolution" engagée depuis 2007.

Les Équatoriens ont offert un nouveau plébiscite, dimanche, au président Rafael Correa, l'un des leaders de la gauche américaine, triomphalement réélu à la tête de ce pays de 15 millions d'habitants, selon un décompte officiel partiel.

"Merci pour cette confiance. Nous ne vous décevrons jamais, cette victoire est la vôtre", a lancé M. Correa depuis le balcon du palais présidentiel de Quito, devant des milliers de partisans en liesse.

Ambiance festive

"Il s’agit de la 7ème victoire électorale de Rafael Correa depuis 2006"

"Cette révolution, personne ne l'arrête. Nous sommes en train de faire l'histoire", a encore déclaré le chef de l'État, vainqueur dès le premier tour avec plus de 56 % des voix, après le dépouillement de près de 40 % des bulletins.

Après les premières annonces de victoire, les principaux notables du régime ont quitté le palais présidentiel pour se rendre dans une tribune dans le nord de Quito, la capitale du pays, où attendaient des milliers de partisans ainsi que des chanteurs dans une ambiance festive, d’après Éric Samson, correspondant RFI pour FRANCE 24.

Les rues ont été envahies par une forêt de drapeaux verts, la couleur du parti présidentiel Alianza Pais. "Rafael, on t'aime", a crié la foule, au milieu des pétards et concerts de klaxons.

"J'espère que Correa va continuer à mettre la pauvreté au tapis et à donner encore plus de travail aux Équatoriens", a affirmé à l'AFP Rodrigo Felicitas, un père de famille de 43 ans.

Le conservateur Guillermo Lasso reconnaît sa défaite

M. Correa devance nettement son principal concurrent, le banquier conservateur Guillermo Lasso, crédité de 24 % des voix selon le décompte partiel publié par le Conseil national électoral (CNE). Le président sortant a "obtenu la réélection et cela mérite notre respect", a ainsi admis M. Lasso, au bord des larmes, devant ses militants, réunis dans le port de Guayaquil (sud-ouest du pays).

Favori depuis des semaines, Rafael Correa vise désormais une majorité absolue au Parlement, où son parti ne dispose que de 42 % des sièges, après les élections générales de dimanche. Dirigeant charismatique et tribun redoutable, cet économiste de 49 ans, qui a impulsé un virage socialiste depuis son arrivée au pouvoir en 2007, a promis de renforcer sa "révolution" durant le dernier mandat de quatre ans que lui autorise la loi.

Durant son précédent mandat, le leader socialiste a notamment imposé un moratoire sur la dette extérieure et contraint les multinationales pétrolières à verser plus de dividendes à l'État.

"Même le pouvoir ne s'attendait pas un un tel score. Cela lui offre une énorme légitimité pour le prochain mandat", a expliqué l'AFP Santiago Basabe, politologue à la Faculté des sciences sociales de Quito (Flacso), estimant que le défi de M. Correa est désormais de "consolider la démocratie".

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 18/02/2013

  • ÉQUATEUR

    Le président sortant Rafael Correa grand favori de la présidentielle en Équateur

    En savoir plus

  • GRANDE-BRETAGNE

    Assange pourrait quitter l'ambassade d'Équateur à Londres d'ici septembre 2013

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)