Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex-président Habyarimana

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • Google Glass lance la “première application de télékinésie”

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

Afrique

Hamadi Jebali échoue à former un gouvernement sans étiquette politique

© AFP

Vidéo par David THOMSON

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/02/2013

Le Premier ministre tunisien, Hamadi Jebali, a annoncé avoir échoué à former un cabinet ministériel sans couleur politique, faute de consensus. Il a toutefois évoqué la possibilité d'une "autre forme de gouvernement".

Le Premier ministre tunisien, Hamadi Jebali, a annoncé lundi soir l'échec de son initiative à former un cabinet apolitique, faute de consensus. Il n'a pas, pour l'heure, annoncé sa démission comme il l'avait promis de le faire en cas d'échec. Il a, en revanche, évoqué la possibilité de former une "autre forme de gouvernement" prochainement.

"Je dis en toute clarté que l'initiative telle que je l'ai présentée, c'est-à-dire un gouvernement composé de membres n'appartenant pas à des partis politiques [...] n'a pas recueilli un consensus", a-t-il dit à l'issue de pourparlers avec les chefs de partis.

Extrait du discours de Hamadi Jebali

Hamadi Jebali a indiqué qu'il rencontrerait le président Moncez Marzouki dans les prochains jours "pour parler des étapes à venir [...] en vue de la recherche d'un consensus autour d'une autre solution". Il a jugé que son initiative, malgré son échec, a eu le mérite "de réunir tout le monde autour d'une table" et d'éviter au pays "de basculer dans l'inconnu".

Le chef du parti islamiste Ennahda, Rached Ghannouchi, a déclaré à l'AFP que les représentants de la quinzaine de partis présents ce lundi s'étaient mis d'accord sur un "un gouvernement restreint chargé de travailler sur l'organisation d'élections dans les plus brefs délais".

Le 6 février, le jour de l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd, Hamadi Jebali avait annoncé vouloir dissoudre l'actuel gouvernement pour former un cabinet de technocrates. Le meurtre de Chokri Belaïd, figure majeure du paysage politique tunisien, avait déclenché une vague de violences dans le pays et aggravé la profonde crise politique préexistante. Mais le Premier ministre s'était heurté à l'opposition de son propre camp qui avait estimé que cette initiative - bien accueillie par l'opposition laïque - remettait en cause la légitimité des urnes.

Ennahda a fait une démonstration de force samedi en organisant une manifestation dans le centre de Tunis pour défendre son droit à gouverner.

Avec dépêches

 

Première publication : 18/02/2013

  • TUNISIE

    Des dizaines de milliers de manifestants à Tunis pour maintenir Ennahda au pouvoir

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Le Premier ministre tunisien démissionnera s'il échoue à former un gouvernement

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Le gouvernement tunisien en sursis

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)