Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE COMÉDIE FRANCAISE

La politique... un choc de personnalités ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

FRANCE

Viande de cheval : l'agrément sanitaire de Spanghero en partie rétabli

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/02/2013

Stéphane Le Foll, le ministre français de l'Agriculture, a en partie rétabli l'agrément sanitaire de Spanghero, l'entreprise accusée de tromperie pour avoir vendu des aliments à base de viande de cheval sous l'étiquette "viande de bœuf".

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a annoncé lundi à l'AFP que l'entreprise Spanghero allait retrouver son agrément sanitaire pour ses activités de production de viande hachée, de saucisserie et d'élaboration de plats cuisinés.

L'entreprise, au coeur du scandale de la viande de cheval faussement estampillée "boeuf", ne pourra pas en revanche reprendre son activité d'entreposage de matières premières congelées, a expliqué M. Le Foll.

Spanghero a "réceptionné" 750 tonnes de viande de cheval en six mois

La direction française de la répression des fraudes (DGCCRF) évalue à 750 tonnes la quantité de viande de cheval "réceptionnée" par Spanghero durant les six derniers mois. Quelque 550 tonnes ont servi à la fabrication de plus de 4,5 millions de plats frauduleux vendus dans 13 pays européens sous l'étiquette "viande de bœuf", affirme la DGCCRF. Il s'agit du plus important  trafic de viande jamais mis au jour sur le continent européen.



"Au regard du travail accompli et des conclusions qui m'ont été présentées ce (lundi) matin, j'ai pris la décision de rétablir l'agrément pour les plats cuisinés, la découpe de viande et la charcuterie", a déclaré le ministre.

Le rapport d'enquête sanitaire "complet et définitif" demandé par le gouvernement sur le fonctionnement de l'entreprise "sera rendu vendredi", a-t-il indiqué.

"A ce stade, 80% du stockage de toutes les viandes a été vérifié, le travail continue sur les 20% restants", a-t-il précisé.

M. Le Foll a assuré disposer, en l'état, de "suffisamment d'éléments" pour rétablir en partie l'agrément de l'entreprise. "Pouvez-vous imaginer que j'autoriserais une telle reprise si j'avais le moindre doute?" a-t-il insisté.

"Grand soulagement"

Les dirigeants de Lur Berri, maison-mère de la société Spanghero, ont accueilli "avec un grand soulagement" la décision du gouvernement. "Nous nous félicitons du résultat des efforts et de la mobilisation de tous, salariés, syndicats et dirigeants", indiquent le président Sauveur Urrutiaguer, et son directeur général, Olivier Gemin, dans un communiqué.

Si l'agrément de Spanghero est rétabli en partie, le ministère insiste néanmoins sur le fait que l'enquête de la répression des fraudes (DGCCRF), qui a révélé un faisceau d'indices graves, se poursuit par une enquête judiciaire, totalement autonome au travail de la brigade vétérinaire.

Accuséee de tromperie économique, l'entreprise Spanghero, basée à Castelnaudary (Aude), a perdu jeudi dernier son agrément sanitaire pour l'ensemble de ses activités, suscitant l'angoisse pour ses quelque 300 employés.

Une délégation intersyndicale (CFDT, FO, CFE-CGC) du personnel doit être reçue lundi soir par M. Le Foll et ses collègues Benoît Hamon (Consommation) et Guillaume Garot (Agroalimentaire).

AFP

Première publication : 18/02/2013

  • AGROALIMENTAIRE

    Scandale de la viande de cheval : que faire des produits retirés ?

    En savoir plus

  • AGROALIMENTAIRE

    Viande chevaline : la société française Spanghero mise en cause

    En savoir plus

  • AGROALIMENTAIRE

    Scandale de la viande de cheval : l'UE demande des tests ADN

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)