Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

Afrique

Après un mois de silence, le président Bouteflika salue les "héros" d'In Amenas

© AFP

Texte par Assiya HAMZA

Dernière modification : 19/02/2013

Absent de la scène médiatique lors de la sanglante prise d’otages du site gazier d'In Amenas le 16 janvier, le président algérien a rendu hommage à l’armée algérienne pour son rôle dans le dénouement de la crise.

Il n’a pas choisi la date au hasard. À l’occasion de la commémoration de la journée nationale du "chahid" (martyr), le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, a salué, lundi 18 février, les soldats de l’Armée populaire algérienne (ANP) pour leur comportement "héroïque" lors de la prise d’otages meurtrière du site gazier de Tiguentourine, près d’In Amenas (Est), le 16 janvier 2013. Très critiqué pour son mutismedurant l’attaque, le chef de l’État a donc attendu 32 jours pour s’exprimer mais uniquement par la voix du conseiller auprès de la présidence de la République, Mohamed Ali Boughazi.

"Il n’est point exagéré de dire que la volonté qui a animé nos braves soldats dans la grande bataille d’In Amenas contre les forces du mal et de la destruction est l’illustration même du legs hérité des 'chouhada' [martyrs]", a-t-il déclaré dans une allocution lue en son nom à Annaba, rapporte le journal "El Watan".

"Les héros de cette bataille ont prouvé, par leur efficacité, leur précision, leur professionnalisme et leur triomphe, qu’ils sont les successeurs incontestés et incontestables de nos valeureux 'chouhada' et que l’Armée nationale populaire est véritablement la digne héritière de l’Armée de libération nationale et le porte-étendard de la victoire et du triomphe dans toutes les batailles dans lesquelles s'engage la nation pour protéger sa sécurité, sa stabilité et sa souveraineté", a-t-il ajouté.

Vers un redémarrage partiel du site

Le 16 janvier 2013, à quelques encablures de la frontière libyenne, le site gazier de Tiguentourine était la cible d’une prise d’otages menée par un commando islamiste se réclamant de la brigade de Mouwaqqiiin bi-d-dam ("Ceux qui signent de leur sang"), une organisation créée par l'ex-émir d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), l'Algérien Mokhtar Belmokhtar. Trois jours plus tard, 38 otages et 29 terroristes étaient tués lors de l'assaut mené par les forces spéciales algériennes, selon le dernier bilan officiel.

À l’arrêt depuis les faits, le site géré par l’entreprise algérienne Sonatrach, le britannique BP et le norvégien Statoil, devrait partiellement redémarrer dans les prochains jours. "Je pense que nous allons démarrer juste avant le 24 février", date anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures, a indiqué le PDG du groupe algérien Sonatrach, Abdelhamid Zerguine, selon l’agence officielle Algérie presse service (APS).

Quant aux étrangers, leur retour n’est pas encore d’actualité. Le 31 janvier, Lotfi Benadouda, le directeur général du site gazier, avait précisé que ce redémarrage se ferait "uniquement avec les Algériens".

Première publication : 19/02/2013

  • ALGÉRIE

    In Amenas est devenu "l'endroit le mieux gardé d'Algérie"

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    "Le terrorisme prend place au Sahel sous une forme nouvelle et durable"

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    In Amenas : le Premier ministre algérien lève le voile sur la prise d'otages

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)