Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

SUR LE NET

Hommages aux victimes du naufrage en Corée du sud

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : fusillade à Sloviansk, les séparatistes demandent l'aide de Moscou

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad se rend dans la ville chrétienne de Maaloula pour la fête de Pâques

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps repêchés du ferry naufragé

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

Afrique

Gbagbo "co-auteur indirect" de crimes contre l’humanité, selon le procureur de la CPI

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/02/2013

Le procureur de la Cour pénale internationale a détaillé, mardi, les charges pesant sur l’ancien président ivoirien, soupçonné d'être le "co-auteur indirect" de crimes contre l'humanité en 2010-2011. Mercredi, la parole est à la défense.

Depuis mardi 19 février, Laurent Gbagbo comparaît devant les juges de la Cour pénale internationale (CPI), à La Haye, pour la première fois depuis sa comparution initiale en décembre 2011 et plus de deux ans après les faits qui lui sont reprochés.

L’ancien chef de l’État ivoirien, 67 ans, est soupçonné d'être "co-auteur indirect" de crimes contre l'humanité, commis pendant les violences post-électorales de 2010-2011 auxquelles avait conduit son refus de reconnaître l'élection d'Alassane Ouattara, son rival, dont la victoire présidentielle avait été proclamée par la commission nationale électorale ivoirienne.

"La défense veut détruire le dossier du procureur"

"M. Gbagbo et les forces sous son contrôle sont responsables de la mort, des viols, des blessures graves et de la détention arbitraire de nombreux citoyens, respectueux des lois, perçus comme soutenant M. Ouattara", son rival lors de l'élection, a déclaré le procureur de la CPI, Fatou Bensouda, lors de sa déclaration liminaire.

Les avocats de Gbagbo ont demandé aux juges de le libérer

La défense de Laurent Gbagbo doit entamer sa déclaration liminaire mercredi, deuxième jour de l'audience de confirmation des charges. Mais ses avocats ont d’ores et déjà demandé aux juges de le libérer.

"La défense estime que la CPI ne doit intervenir qu'en dernier ressort, quand un État n'est pas en mesure de juger ses ressortissants. Or la justice ivoirienne fonctionne", explique Stéphanie Maupas, correspondante de FRANCE 24 à La Haye.

"Bien évidemment, ils ne demandent pas que l'ancien président soit renvoyé devant une cour ivoirienne mais ils demandent aux juges de se déclarer incompétents et de le libérer", ajoute-t-elle.

L'audience de confirmation des charges, qui durera huit jours, doit permettre aux juges de la CPI de décider si les éléments de preuves rassemblées par l'accusation sont assez solides pour permettre, plus tard, la tenue d'un procès.

600 pièces au dossier

Selon le bureau du procureur, Laurent Gbagbo et son entourage avaient fomenté "un plan pour rester au pouvoir à tout prix à travers des attaques mortelles, planifiées avec soin" contre des supporters d'Alassane Ouattara.

"Le procureur, qui devra prouver que son dossier est solide, dispose de 600 pièces", précise Stéphanie Maurepas, correspondante de FRANCE 24 à La Haye.

Le difficile retour aux pays des réfugiés pro-Gbagbo

Première publication : 19/02/2013

  • CÔTE D'IVOIRE

    Une manifestation pro-Gbagbo dispersée au gaz lacrymogène à Abidjan

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    L'ancien pro-Gbagbo Charles Blé Goudé transféré en Côte d'Ivoire

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    En France, les partisans de Laurent Gbagbo demandent justice

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)