Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Marine Le Pen et Emmanuel Macron ou le bras de fer de la communication politique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Marcus Miller sur la scène du festival de jazz de St Louis

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine le Pen et Emmanuel Macron face aux salariés de Whirlpool

En savoir plus

FOCUS

Tchétchénie : des homosexuels persécutés se confient

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Django", "Aurore", "Après la tempête" : les sorties ciné de la semaine

En savoir plus

FACE À FACE

Présidentielle 2017 : deux France en duel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, le président du renoncement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump déclare une guerre commerciale au Canada

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Marine Le Pen, comme si de rien n'était"

En savoir plus

Moyen-orient

Des Saoudiennes à l'Assemblée : "Une avancée significative mais symbolique"

© AFP

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 21/02/2013

Pour la première fois dans l’histoire du royaume, trente femmes saoudiennes siègent depuis le 19 février au sein de l’assemblée de la Choura. Un progrès indéniable, admet Antoine Basbous, spécialiste du monde arabe, mais essentiellement symbolique.

Elles n’ont toujours pas le droit de conduire une voiture, d’ouvrir un compte bancaire ou de voyager sans l’autorisation d’un tuteur, mais elles pourront désormais siéger comme les hommes au Conseil de la Choura - une assemblée purement consultative dont les membres sont désignés par le roi. Le souverain Abdallah a en effet autorisé, mardi, pour la première fois, trente femmes saoudiennes à pénétrer dans cet hémicycle jusque là exclusivement masculin.

Le décret inédit a été annoncé le 11 janvier dernier, mais les trente "députées" ont été officiellement investies mardi 19 février. Elles représentent un cinquième de l’assemblée et pourront dorénavant tenter de faire entendre leur voix dans ce royaume ultraconservateur, réputé pour ses restrictions en matière de droits des femmes.

"Le roi n’a pas nommé des rebelles féministes"

Faut-il voir pour autant dans cette initiative du roi Abdallah le signe d'une réelle avancée progressiste ? Pas vraiment, estime Antoine Basbous, le directeur de l’Observatoire des pays arabes, contacté par FRANCE 24. "C’est une avancée significative, certes, mais surtout symbolique."

D’une part, ces femmes ont toutes été désignées par le Palais. "Évidemment, le roi, même s'il se pose en réformateur, n’a pas nommé des féministes, des rebelles, prêtes à bouleverser le pays", explique le spécialiste, "toutes ces Saoudiennes, bien que hautement qualifiées, ont été triées sur le volet", ajoute-t-il.

Leur rôle est aussi purement consultatif : la Choura est chargée d’émettre des recommandations et des projets de loi en vue de leur approbation par le roi. Elles n’auront donc concrètement aucun poids législatif. Néanmoins, leur simple nomination a suffi à affoler la frange la plus conservatrice du pays. Quelques jours après cette annonce, une cinquantaine de dignitaires religieux ont manifesté – fait rarissime - devant le Palais royal pour dénoncer cette décision.

Séparées des hommes par des barrières

Désireux de ne pas se mettre à dos le haut clergé, résolument réfractaire à toute évolution de la femme dans la société, le souverain Abdallah a donc habilement pris soin de maintenir certaines traditions, notamment l'interdiction de la mixité. Séparées des hommes, les trente nouvelles "députées" accéderont donc à la Choura par leur propre entrée. Elles ne pourront ni voir, ni parler à leurs collègues masculins.

"Elle seront séparées des hommes par des barrières. Le chantier est d'ailleurs en cours dans le Majlis [Choura]. Elles pourraient même porter la burqa à la saoudienne [leurs yeux seraient recouverts d'un voile, ndlr]. Alors, on pourra à peine les identifier", énumère Antoine Basbous avant d’admettre "qu’il fallait bien commencer par quelque part".

Le roi Abdallah n’a pas d’autre choix que de réformer "graduellement et en douceur pour ne pas brusquer la société" même s’il a une "réelle envie de moderniser son pays", continue l’expert. Le monarque s’était, en effet, déjà illustré par ses actions "progressistes". Il a octroyé, en 2011, le droit de vote aux femmes lors des élections municipales. Les Saoudiennes pourront donc non seulement déposer leur bulletin dans l'urne, mais aussi se présenter. Il a également défié une première fois les religieux en 2009 en nommant, pour la première fois, une femme, Noura al-Fayez, au poste de vice-ministre de l’Éducation pour les filles.

Première publication : 20/02/2013

  • ARABIE SAOUDITE

    Quand l'Arabie saoudite traque les femmes par SMS

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Pèlerinage à la Mecque : pourquoi les femmes ôtent le voile intégral

    En savoir plus

  • SUÈDE

    Ikea s'excuse pour avoir gommé les femmes de son catalogue saoudien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)