Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

Afrique

Famille enlevée au Cameroun : qui sont les Moulin-Fournier ?

© DR

Texte par Sarah LEDUC

Dernière modification : 01/03/2013

Trois adultes et quatre enfants ont été enlevés le 19 février dans le Nord-Cameroun avant d’être emmenés au Nigeria. Ils vivaient depuis deux ans à Yaoundé, où le père, Tanguy Moulin-Fournier, était cadre chez GDF Suez. Portrait.

Tanguy Moulin-Fournier avait le vent en poupe. Père de famille nombreuse, il avait à cœur de faire partager son goût de l’ailleurs aux siens : à sa femme Albane, qui elle aussi avait étudié en Italie selon le Parisien, et à leurs quatre fils : Eloi, Andéol, Maël et Clarence, âgés de 12, 10, 8 et 5 ans. Tous ont été enlevés le 19 février au Nord-Cameroun, avant d'être emmenés au Nigéria par leurs ravisseurs. Les autorités françaises, camerounaises et nigérianes n'ont pas retrouvé leur trace. 
 
Depuis cinq ans, les Moulin-Fournier ne vivaient plus en France : directeur de développement chez Suez, Tanguy a bâti sa carrière à l’international. Ce haut cadre d’une petite quarantaine d’années a commencé à voyager dès son plus jeune âge. Après une enfance dans les Yvelines, Tanguy a passé son adolescence à Milan, puis a mené une partie de ses études d’économie à Moscou. Diplômé de l’école de management de Lyon en 1995, il a été rapidement embauché par le groupe gazier GDF Suez qui lui a offert la possibilité de concilier carrière et dépaysement.
 
Guide à Waza de la famille Moulin-Fournier
Tanguy Moulin-Fournier a occupé plusieurs postes à responsabilités en Roumanie, Grèce, Albanie ou encore en Turquie. Il y a deux ans, la famille s’est installée à Yaoundé, capitale du Cameroun. Le cadre y travaillait sur le site industriel de Kribi, sur la côte camerounaise.
 
La famille ne cache pas son inquiétude
 
Au moment de l’enlèvement, la famille était en vacances dans le nord du pays. Les parents, accompagnés d’un troisième adulte – certaines sources parlent d’un oncle, mais on n’en sait pas plus pour le moment - venaient d’emmener les garçons visiter le parc de Waza, l'une des attractions touristiques de la zone. Selon une source locale, qui a demandé l'anonymat, "les touristes avaient dormi au campement touristique du parc d'où ils sont partis (mardi) matin".
 
Le reste de la famille, restée en France, ne cache pas son inquiétude. "On est complètement en état de choc", a confié Agnès, la mère d’Albane Moulin- Fournier, dans un entretien accordé à la radio RTL. "Le Quai d'Orsay ? On n'a pas l'habitude de travailler avec ces gens-là forcément. Ils nous appellent quand ils ont des choses à nous dire, mais on n'a pas plus de nouvelles que cela."
 
"C’est complètement cruel ! (…) On est forcément inquiet, on ne peut pas imaginer ses petits enfants aux mains de terroristes sans s’inquiéter", poursuit-elle, abasourdie par les événements.
 
Le groupe GDF a fait part de son émotion dans un communiqué où le gazier français témoigne "de toute sa solidarité aux personnes concernées".

Première publication : 20/02/2013

  • TERRORISME

    La France est désormais le pays occidental avec le plus d'otages à l'étranger

    En savoir plus

  • CAMEROUN

    Une famille française enlevée par "un groupe terroriste" au Cameroun

    En savoir plus

  • CAMEROUN

    François Hollande écrit à Michel Atangana, emprisonné à Yaoundé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)