Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Afrique

Gbagbo à la CPI : pour la défense, le "récit du procureur est biaisé"

© AFP

Vidéo par Stéphanie MAUPAS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/02/2013

Devant la Cour pénale internationale, les avocats de Laurent Gbagbo, soupçonné d’être le "co-auteur indirect" de crimes contre l'humanité, dénoncent des accusations fondées sur des éléments transmis par les autorités ivoiriennes.

Au deuxième jour des audiences de la Cour pénale internationale (CPI) destinées à étudier les charges pesant contre Laurent Gbagbo, qui comparaît devant les juges depuis mardi 19 février, la défense s’est employée à démonter les éléments de l’accusation. "Tout se passe comme si le procureur avait été convaincu dès le début qu’il n’y avait qu’un seul responsable au drame ivoirien, a attaqué Me Emmanuel Altit, l’un des avocats de l’ancien président ivoirien, lors de sa déclaration liminaire. Or, selon lui, "il n’existe aucune base factuelle aux accusations […] Le récit du procureur est biaisé car il dépend des éléments transmis par les autorités ivoiriennes." et qu'"il s'agit d'un procès politique".

"La défense veut détruire le dossier du procureur"

L’ancien chef de l’État ivoirien, aujourd’hui âgé de 67 ans, est soupçonné d'être le "co-auteur indirect" de crimes contre l’humanité commis pendant les violences post-électorales de 2010-2011, nées de son refus de reconnaître la victoire d’Alassane Ouattara à la présidentielle, pourtant proclamée par la commission nationale électorale ivoirienne.

"M. Gbagbo et les forces sous son contrôle sont responsables de la mort, des viols, des blessures graves et de la détention arbitraire de nombreux citoyens, respectueux des lois, perçus comme soutenant M. Ouattara", son rival lors de l'élection, avait déclaré, mardi, le procureur de la CPI, Fatou Bensouda, lors de sa déclaration liminaire.

Cette audience de confirmation des charges, d'une durée de huit jours, doit permettre aux juges de la CPI de décider si les éléments de preuves rassemblées par l'accusation sont assez solides pour permettre, plus tard, la tenue d'un procès pour crime contre l’humanité.

Les avocats de Gbagbo ont demandé aux juges de le libérer

L’enjeu pour la défense de Laurent Gbagbo consiste donc, mercredi, "à détruire le dossier du procureur", affirme Stéphanie Maupas, correspondante de FRANCE 24 à La Haye. Selon le bureau du procureur, l’ancien chef de l’État et son entourage avaient fomenté "un plan pour rester au pouvoir à tout prix à travers des attaques mortelles, planifiées avec soin" contre des supporters de son rival. "Le procureur, qui devra prouver que son dossier est solide, dispose de 614 pièces, qui sont des témoignages mais aussi des documents saisis dans la résidence présidentielle de Laurent Gbagbo après son arrestation le 14 avril 2011", précise Stéphanie Maurepas.

Si la défense parvient à "décrédibiliser les pièces présentées, Laurent Gbagbo pourrait bénéficier d’un non-lieu", indique notre correspondante. Mais, sur le fond, les avocats de l’ex-numéro un ivoirien ont d’ores et déjà demandé aux juges de le libérer.

"La défense estime que la CPI ne doit intervenir qu'en dernier ressort, quand un État n'est pas en mesure de juger ses ressortissants. Or la justice ivoirienne fonctionne, explique Stéphanie Maupas, correspondante de FRANCE 24 à La Haye. Bien évidemment, ils ne demandent pas que l'ancien président soit renvoyé devant une cour ivoirienne, mais ils demandent aux juges de se déclarer incompétents et de le libérer."


Le difficile retour aux pays des réfugiés pro-Gbagbo

Première publication : 20/02/2013

  • CÔTE D'IVOIRE

    Gbagbo "co-auteur indirect" de crimes contre l’humanité, selon le procureur de la CPI

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Une manifestation pro-Gbagbo dispersée au gaz lacrymogène à Abidjan

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    L'ancien pro-Gbagbo Charles Blé Goudé transféré en Côte d'Ivoire

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)