Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • L'ex-otage Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Mali : Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

FRANCE

Pour Ségolène Royal, la BPI n’est pas un lot de consolation

© Marc Daou/FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/02/2013

Ségolène Royal sera nommée, jeudi, au poste de vice-présidente de la BPI, a annoncé son président, Jean-Pierre Jouyet. Une fonction non rétribuée, qu’elle se réjouit d’occuper "modestement".

Elle a échoué aux législatives à La Rochelle, brigué – sans succès - le perchoir et a été pressentie à la tête de l’Institut du monde arabe, de l’Association des régions de France (ARF) ou encore de l’Internationale socialiste, mais c’est finalement à la Banque publique d'investissement (BPI) que Ségolène Royal a atterri.

La présidente de la région Poitou-Charentes sera désignée, jeudi 21 février, vice-présidente de cette nouvelle structure, au cours de la première réunion du conseil d'administration. Le président PS de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, va également y occuper des fonctions similaires.

"Comme c'est un conseil paritaire, le fait qu'il y ait un président homme et une vice-présidente femme est une bonne chose. Et puis c'est un tandem entre un haut fonctionnaire et une grande responsable politique", a déclaré sur France Inter Jean-Pierre Jouyet, le président de la BPI.

"Elle a porté ce projet depuis très longtemps. Compte tenu de ses capacités en termes de communication, elle pourra jouer un rôle important en tant que porte-parole de la BPI", a-t-il ajouté.

Royal "heureuse de pouvoir être utile"

Rapidement après l'annonce de sa nomination, Ségolène Royal a réagi en affirmant, sur son compte Twitter, vouloir "servir modestement mais efficacement une grande idée : la BPI, banque des territoires, des PME, de la mutation écologique".

La présidente de Poitou-Charentes a également tenu à souligner son "comportement exemplaire" puisqu’elle assure qu’elle ne sera pas rémunérée.

Après moult déceptions et rumeurs sur son sort, certains voient dans cette nomination un maigre de lot de consolation. Mais l'ex-candidate s'en défend. Interrogée, à la mi-journée sur France Inter, elle parle "d'un poste cohérent" avec ce qu'[elle] fait et avec les idées auxquelles [elle] croit".

"Heureuse de pouvoir être utile", elle estime que la BPI possède la faculté de "remettre en mouvement l'intelligence des territoires" afin de servir au mieux son pays.

Quant à sa défaite cinglante aux législatives, Ségolène Royal veut aujourd'hui prouver qu'elle est derrière elle. "On n'imagine jamais les coups que l’on peut prendre dans la vie politique... Mais je crois avoir le courage et la ténacité nécessaire pour continuer à agir au profit des idées que je défends."

Le rôle de la BPI, créée en octobre 2012 et dont l'État et la Caisse des dépôts et consignations (CDC) sont actionnaires, est d'apporter un soutien financier aux petites et moyennes entreprises ainsi qu’à celles de taille intermédiaire. Sa mise en place doit permettre de réunir, dans chaque région de France, plusieurs structures déjà existantes, parmi lesquelles : le Fonds stratégique d'investissement (FSI), l'OSEO (la banque des PME) et la CDC Entreprises, une filiale de la CDC.

Avec dépêches

Première publication : 20/02/2013

  • FRANCE

    Ségolène Royal pressentie à la tête de l’Institut du monde arabe

    En savoir plus

  • FRANCE

    Au congrès de Toulouse, le Parti socialiste fait bloc derrière le gouvernement

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    Pour Royal, le tweet de Trierweiler était un "coup trop violent"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)