Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

asie

Deux bombes explosent dans le sud de l'Inde

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/02/2013

Deux attentats ont été perpétrés jeudi sur un marché bondé de la ville d'Hyderabad, dans le sud de l'Inde, faisant 14 morts et plus d'une centaine de blessés. Les bombes avaient été placées sur des bicyclettes.

Au moins 14 personnes ont été tuées et plus d'une centaine blessées jeudi en Inde dans les explosions simultanées de bombes dans la banlieue de Hyderabad (sud), selon un bilan revu en baisse vendredi par la police, qui y voit une "attaque terroriste".

Ces attentats surviennent peu après l'exécution, le 7 février, d'un musulman séparatiste du Cachemire, condamné à mort pour sa participation à l'attaque islamiste meurtrière contre le Parlement de New Delhi en décembre 2001 qui avait failli déclencher un conflit avec le Pakistan. L'Inde était en alerte depuis deux semaines.

"Le nombre total des morts est de 14, le nombre de blessés est de 119. Six sont dans un état critique", a déclaré vendredi le ministre de l'Intérieur indien Sushil Kumar Shinde lors d'une conférence de presse dans la mégapole méridionale.

N. Rao, un haut responsable policier à Hyderabad, a confirmé le bilan de 14 morts et estimé le nombre de blessés à 80.

La police avait avancé jeudi le nombre de 20 morts et d'une cinquantaine de blessés.

Au moins deux bombes ont explosé, secouant un quartier commercial à majorité hindoue de la banlieue de Hyderabad, où vit une grosse minorité musulmane et qui abrite des entreprises informatiques et des technologies de l'information. Les experts cherchaient à désamorcer trois autres engins.

"Il s'agit sans aucun doute d'une attaque terroriste", a déclaré jeudi à l'AFP un responsable de la police d'Hyderabad, Shiv Kumar.

Le Premier ministre Manmohan Singh a dénoncé un "acte lâche" et a appelé à punir leurs auteurs. Le dernier attentat en Inde avait fait 13 morts en septembre 2011, lors de l'explosion d'une bombe devant un tribunal à New Delhi.

D'après le secrétaire indien aux Affaires étrangères Ranjan Mathai, qui a rencontré à Washington le secrétaire d'Etat américain John Kerry, les auteurs des attaques ne sont pas identifiés, mais il n'a pas écarté une implication étrangère.

"Je ne suis pas sûr qu'il y ait des preuves d'un terrorisme local. Nous avons eu plusieurs attaques qui ont été inspirées ou menées depuis l'étranger", a-t-il déclaré, sans parler explicitement du Pakistan, que l'Inde accuse régulièrement après des attentats sur son territoire.

Deux bombes placées sur des vélos

M. Kerry a quant à lui exprimé sur son compte Twitter sa "compassion pour la population courageuse de Hyderabad", tandis que son ministère a "condamné avec la plus grande force une attaque lâche" et assuré que "les Etats-Unis se tenaient aux côtés de l'Inde pour combattre le fléau du terrorisme".

"Il y a eu trois explosions de bombes à Dilsukh Nagar (banlieue de Hyderabad)", a déclaré Amit Garg, un policier présent sur le lieu d'une des déflagrations, dans des endroits très fréquentés, dont un bar-restaurant.

Le ministre de l'Intérieur Kumar Shinde n'a confirmé que deux explosions.

"Les deux bombes étaient placées sur deux vélos différents et la distance entre elles était d'environ 100 à 150 mètres", avait-il déclaré jeudi depuis New Delhi.

Les autorités indiennes avaient reçu des "éléments des services de renseignement sur la possibilité d'attaques et cette information a été partagée avec d'autres Etats", selon lui.

Beaucoup de monde était rassemblé près du site des explosions tandis que la police tentait de rassembler des preuves matérielles.

A l'hôpital Osmania de la ville, les victimes ensanglantées gisaient sur des civières tandis que des familles en larmes cherchaient à obtenir des informations sur leurs proches.

Neuf corps ont été transportés à l'hôpital et 35 personnes subissaient des interventions chirurgicales, a déclaré à l'AFP Kailash Nath, un responsable de l'hôpital Osmania.

Ces attentats sont intervenus le jour de l'ouverture d'une nouvelle session parlementaire à New Delhi et peu après l'exécution, par pendaison, du séparatiste Mohammed Afzal Guru, après le rejet de sa demande de grâce par le président indien Pranab Mukherjee.

Par crainte de troubles dans la région à majorité musulmane du Cachemire indien, un couvre-feu avait été imposé dans la foulée mais cette exécution, sans annonce préalable, a provoqué des manifestations de colère des habitants.

L'Inde a amélioré sa sécurité intérieure depuis les sanglants attentats de Bombay en novembre 2008, perpétrés par un commando de dix hommes et qui avaient fait 166 morts. Mais les experts estiment que les forces de sécurité manquent cruellement de coordination avec les services de renseignement.

AFP

Première publication : 21/02/2013

  • INDE

    L'un des auteurs de l'attaque de 2001 contre le Parlement indien a été pendu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)