Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Le nouveau canal de Suez : un espoir pour l'économie égyptienne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Polémique autour du lycée squatté par des migrants à Paris

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Birmanie : la junte appelle à l'aide

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Espagne retrouve un peu de sa santé économique

En savoir plus

DÉBAT

Changement climatique : le pari ambitieux de Barack Obama

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mexique: le cimetière des journalistes

En savoir plus

DÉBAT

John Kerry au Moyen-Orient : comment rassurer les pays du Golfe ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Plan climat : Barack Obama va au charbon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Gabon : turbulences avec Paris

En savoir plus

FRANCE

DSK, un être "mi-homme, mi-cochon" ?

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/02/2013

"Belle et Bête", un livre à sensation détaillant la liaison sulfureuse que l'auteur, Marcela Iacub, a entretenue avec l'ancien directeur du FMI, Dominique Strauss-Kahn, de janvier à août 2012, défraye la chronique quelques jours avant sa parution.

Dominique Strauss-Kahn est un "être double, mi-homme, mi-cochon", selon son ancienne maîtresse Marcela Iacub qui dévoile leur relation intime dans "Belle et Bête", un livre sulfureux à paraître le 27 février aux éditions Stock.

Des extraits de l’ouvrage et une interview de la juriste et chroniqueuse ont été publiés, ce jeudi, par l’hebdomadaire "Le Nouvel Observateur", remettant une nouvelle fois sur le devant de la scène médiatique la vie privée de l’ancien directeur du Fonds monétaire international. Rédigé sous la forme d’une lettre ouverte, le livre est peu amène envers l’ancien ministre socialiste, qui avait été pourtant ardemment défendu par l’auteur dans son ouvrage "Une société de violeurs ? - DSK, la justice américaine et les femmes en France" paru en janvier 2012. C’est à la suite de la publication de ce livre, qu’elle rencontre Dominique Strauss-Kahn et qu'ils entament une relation.
 
La couverture du Nouvel Observateur paru le 21 février
"Un poète de l'abjection et de la saleté"
 
Dominique Strauss-Kahn est décrit dans le livre comme un être tiraillé, égoïste et obsédé sexuel. "C'est un artiste des égouts, un poète de l'abjection et de la saleté", explique Marcela Iacub au "Nouvel Observateur". "Tu étais vieux, gros, petit et moche. Tu étais machiste et vulgaire (…), sans aucune culture. (…) Tu te comportais comme un méchant porc, tu n'étais plus la victime de la société mais mon bourreau", écrit-elle.
 
"La liste de tes maîtresses, de tes conquêtes d'un jour, de tes putes successives et concomitantes montrait un autre aspect émouvant de ta vie de cochon. Ces femmes étaient laides et vulgaires comme si en chercher de jolies était déjà une manière d'être plus homme que cochon", est-il encore rédigé.
 
S’il n’est jamais nommément cité dans "Belle et bête", l'écrivain a confirmé dans l’entretien accordé au "Nouvel Obs" qu'il s'agissait bien de Dominique Strauss-Kahn, tout en reconnaissant que des éléments de fiction ont été ajoutés dans le récit. "Les étapes de la liaison, les lieux, les propos rapportés, tout est vrai. Pour les scènes sexuelles, j'ai été obligée de faire appel au merveilleux", précise-t-elle.
 
Interrogée sur les motifs de sa relation avec DSK, qu’elle qualifie de "folie", Marcela Iacub explique qu'elle souhaitait écrire sur lui, un "individu si singulier", avant de se comparer à une "sainte" voulant "sauver" un homme "honni et méprisé". Autre argument avancé par l’auteur : elle confie qu'avant de rencontrer l’ancien ministre elle était très déprimée et voulait mourir : "je devinais qu'un homme si égoïste pouvait se transformer en instrument de ma destruction".
 
"Abomination"
 
Sans surprise, la réaction de Dominique Strauss-Kahn ne s’est pas fait attendre. Dans une lettre au fondateur du "Nouvel Observateur", Jean Daniel, publiée par Le Figaro.fr, il fustige "le comportement d’une femme qui séduit pour écrire un livre, se prévalant de sentiments amoureux pour les exploiter financièrement et, ce faisant, abondant dans le sens des médias que naguère elle critiquait vertement". L'ancien ministre a "demandé à ses avocats d’étudier toutes les voies légales pour combattre cette abomination".
 
Son épouse Anne Sinclair, dont il est séparé, a écrit pour sa part au directeur de la rédaction, Laurent Joffrin, lui reprochant dans un courrier également diffusé par Le Figaro.fr, "d'accréditer la manœuvre d'une femme perverse et malhonnête, animée par la fascination du sensationnel, et l'appât du gain". Et pour cause, le livre n’épargne pas la journaliste, décrite comme une femme "convaincue qu'elle et son mari appartiennent à la caste des maîtres du monde". "Elle faisait semblant de ne pas se rendre compte que tu étais enchaîné à elle par son argent, plus elle te possédait, plus elle te soumettait à cette humiliation, à cette terrible prostitution", écrit Marcela Iacub.
 

Première publication : 21/02/2013

  • AFFAIRE DU SOFITEL

    DSK, Diallo et les dessous de la transaction

    En savoir plus

  • AFFAIRE DU CARLTON

    Le parquet de Lille classe sans suite l'enquête pour viol contre DSK

    En savoir plus

  • FRANCE

    DSK désormais autorisé à parler de l'affaire du Carlton à la presse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)