Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Déficit public : la France tiendra-t-elle ses engagements?

En savoir plus

  • Naufrage d’un ferry en Corée du Sud : des centaines de disparus

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

  • Amnesty International accuse l'Algérie de violer les droits de l'Homme

    En savoir plus

Amériques

Deux ans après son retour en Haïti, "Baby Doc" confronté à ses juges

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/02/2013

L’ex-dictateur devrait être fixé, jeudi, sur les poursuites retenues par la justice haïtienne à son encontre. Baby Doc, qui fait l’objet de plusieurs plaintes, pourrait être également poursuivi pour crimes contre l’humanité.

Deux ans après son retour inattendu en Haïti, l'ex-dictateur haïtien Jean-Claude Duvalier est convoqué, jeudi 21 février, devant la cour d’appel de son pays qui doit se prononcer sur d’éventuelles poursuites pour violations des droits de l'Homme. Surnommé "Baby Doc" en référence à son père François "Papa Doc" Duvalier, il est visé par plusieurs plaintes d'anciens opposants pour arrestations arbitraires, tortures et détentions illégales.

En janvier 2012, un juge d'instruction avait ordonné son renvoi devant un tribunal correctionnel pour détournements de fonds. Il n'avait, en revanche, pas retenu les poursuites pour crimes contre l'humanité, estimant que les faits étaient prescrits. Cette décision avait provoqué l'indignation des organisations de défense des droits de l'Homme.

Amnesty International a dépêché un observateur dans la capitale haïtienne pour suivre l'audience, qui doit notamment permettre d'examiner l'appel formé par les victimes visant cette décision de ne pas engager de poursuites pour crimes contre l'humanité.

Mais, pour Me Frizto Canton, l'un des avocats de l'ex-dictateur, la cour d'appel est "dessaisie du dossier", un recours en cassation ayant été déposé.

Un retour spectaculaire du "président à vie" en 2011

En 1971, à l’âge de 19 ans, Baby Doc avait succédé à son père, François Duvalier - alias Papa Doc -, en tant que "président à vie" de l'un des pays les plus pauvres du continent américain. Chassé du pouvoir en 1986 par une révolte populaire,  il avait effectué un retour spectaculaire en Haïti en janvier 2011, après 25 ans d’exil en France.

Confortablement installé dans un quartier huppé des hauteurs de Port-au-Prince, Jean-Claude Duvalier n'est pas apparu en public depuis des mois et ses avocats ont usé de tous les arguments pour éviter à leur client un déplacement dans le centre-ville.

Attendu le 7 février dernier devant la justice - date à laquelle il avait été renversé en 1986 -, Jean-Claude Duvalier ne s'était pas présenté, se contentant d'écrire au juge pour demander un report, accusant au passage le tribunal de "prendre position pour la partie civile".

La Commission interaméricaine des droits de l'Homme (CIDH) a rappelé, mercredi, à l'État haïtien son "devoir" de juger les violations des droits de l'Homme commises sous le régime de Jean-Claude Duvalier.

"Haïti, en sa qualité d'État partie à la Convention américaine relative aux droits de l'Homme, a l'obligation internationale de mener des enquêtes et, le cas échéant, de sanctionner les auteurs des violations graves des droits humains perpétrées" durant le régime de Jean-Claude Duvalier, a indiqué la CIDH dans un communiqué.

La Commission a aussi appelé l'État haïtien à "adopter toutes les mesures nécessaires afin d'assurer que les praticiens de la justice puissent exercer leur fonction avec indépendance et impartialité".

Avec dépêches

Première publication : 21/02/2013

  • HAÏTI

    Un juge demande le renvoi de "Bébé Doc" en correctionnelle pour corruption

    En savoir plus

  • HAÏTI

    La Suisse bloque les avoirs de l'ancien dictateur haïtien Jean-Claude Duvalier

    En savoir plus

  • HAÏTI

    "Bébé Doc" visé par quatre plaintes pour crimes contre l’humanité

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)