Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Débat Trump vs Clinton : les réactions sur la toile

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Débat Juncker - Schulz : "Quel avenir pour l'Europe ?"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les attentats ne suffisent pas à expliquer les chiffres du chômage"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les propos de Patrick Buisson ne me touchent pas"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le mouvement "Buy Black" prend de l’ampleur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Mabanckou, écrivain du monde

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Trump ou Clinton : qui est le plus crédible sur l'économie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep, symbole de la faiblesse américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Fance : le chômage repart à la hausse

En savoir plus

Afrique

Hamadi Jebali refuse d'être reconduit à la tête du gouvernement tunisien

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/02/2013

Selon le parti islamiste Ennahda, l'ex-Premier ministre tunisien, qui a présenté sa démission le 19 février faute d'avoir pu former un gouvernement apolitique, a refusé jeudi d'être reconduit dans ses fonctions.

Le Premier ministre démissionnaire, Hamadi Jebali, a décliné une offre d'être reconduit à la tête du gouvernement tunisien, a annoncé jeudi le parti islamiste Ennahda dont il fait partie.

"Ennahda annonce que Hamadi Jebali s'est excusé de ne pouvoir accepter son offre d'être le candidat du parti au poste de chef du gouvernement", a indiqué la formation islamiste qui continue de présenter M. Jebali comme son secrétaire général.

Le parti indique dans un communiqué qu'il "est en train de procéder à des consultations en interne et avec ses partenaires pour présenter au président de la République le nom d'un successeur de M. Jebali avant la fin de la semaine".

Il a salué M. Jebali et l'ensemble de son gouvernement pour "les efforts qu'ils ont fournis dans l'intérêt du pays".

M. Jebali a annoncé mardi sa démission, après le rejet par son parti de sa proposition d'un gouvernement apolitique faite le 6 février, le jour de l'assassinat de l'opposant de gauche Chokri Belaïd qui a exacerbé la crise politique en Tunisie.

AFP

Première publication : 21/02/2013

  • TUNISIE

    Hamadi Jebali échoue à former un gouvernement sans étiquette politique

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Des dizaines de milliers de manifestants à Tunis pour maintenir Ennahda au pouvoir

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Le gouvernement tunisien en sursis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)