Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Faut-il s'inquiéter de la chute du prix du baril ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

En Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : que reste-t-il de la révolution du Maïdan?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"The Search", Bérénice Bejo sur le champ de bataille

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

SUR LE NET

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : le ministre de la Culture contraint à la démission

En savoir plus

DÉBAT

L’affaire Ferguson, triste miroir de la société américaine?

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : l'impossible accord ?

En savoir plus

Afrique

La défense d'OScar Pistorius destabilise l'accusation

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/02/2013

Le champion paralympique accusé du meurtre de sa compagne, Reeva Steenkamp, saura, ce vendredi à l'issue de la quatrième et dernière journée d'audience préliminaire, si sa demande de mise en liberté conditionnelle est acceptée.

Le chef enquêteur Hilton Botha évincé

La police sud-africaine a confirmé que le principal enquêteur dans l'affaire Pistorius, Hilton Botha, a été évincé. Il est sous le coup d'une inculpation pour tentative de meurtre après une fusillade en 2009. Un nouvel enquêteur a été nommé. 

Accusé du meurtre avec préméditation de son ex-compagne, Oscar Pistorius a comparu, ce jeudi, pour la troisième journée devant le tribunal de Pretoria. L’audience préliminaire, chargée d'examiner la demande de mise en liberté conditionnelle de Pistorius en attendant son procès, se poursuit.

L'affaire a connu un rebondissement majeur jeudi matin, lorsque la police a admis que l'enquêteur principal, Hilton Botha, était lui-même sous le coup de poursuites pour tentatives de meurtre. Absent à l'ouverture de l'audience, Botha a été appelé pour témoigner. Revivez l'audience du jeudi 21 février. 



15h01 : L'audience est ajournée jusqu'à vendredi, 10 heures, pour la quatrième et dernière journée d'audience préliminaire. L'accusation terminera également son réquisitoire, avant que le juge ne prenne sa décision. 

14h55 : L'accusation qualifie Oscar Pistorius de personne violente. "Pistorius a déjà menacé des gens et nous avons une femme morte", insiste le procureur Gerrie Nel.

Le juge Desmond Nair a évoqué un récent incident dans un restaurant de Johannesbourg en janvier, lorsque Pistorius a tiré un coup de feu en public. "Il y a des preuves selon lesquelles l'accusé a demandé à quelqu'un de porter le chapeau à sa place", a-t-il ajouté. 

14h51 : Oscar Pistorius a entendu un bruit, il s'est senti piégé, il a tiré, lance le procureur. Donnons lui le bénéfice du doute sur le fait qu'il ait voulu tuer un intrus, et non Reeva. Le fait est qu'il a tiré pour tuer, a-t-il affirmé. 

14h42 : Gerrie Nel demande pourquoi l'athlète n'a pas vu que sa compagne Reeva Steenkamp n'était pas dans le lit au moment où il a pris son arme. "Vous voulez la protéger mais vous ne la regardez même pas ?", ironise-t-il. 

14h35 : "le style de Nel est bien plus informel que celui de Roux. Il parle au juge comme s'il discutait dans un bar", remarque sur son compte twitter Andrew Harding, correspondant de la BBC en Afrique du Sud.

14h17 : Oscar Pistorius est accusé du meurtre d'une femme sans défense qui s'est enfermée dans des toilettes à trois heures du matin, a indiqué Gerrie Nel pour commencer sa plaidoirie. Il estime qu'aucun argument valable n'a été donné par la défense pour justifier une libération sous caution.

L'accusation a également évoqué le risque de fuite en cas de libération sous caution. Gerrie Nel a insisté sur le fait que Pistorius disposait d'une maison en Italie, à Gemona.  

14h02 : pause de dix minutes. Ce sera alors au tour du procureur Gerrie Nel, qui représente également en droit sud-africain la partie civile, d'argumenter contre la libération sous caution d'Oscar Pistorius.

14h00 : le juge Desmond Nair évoque le risque d'éventuels troubles à l'ordre public en cas de libération sous caution d'Oscar Pistorius.

13h46 : les débats ont repris. Barry Roux continue de demander la libération sous caution de son client.

13h41 : la séance a été suspendue cinq minutes par le juge Desmond Nair, qui invoque "des menaces à l'extérieur du tribunal".

13h30 : “Il n’y a aucun mobile au meurtre. Ils vivaient une relation amoureuse", affirme Barry Roux. Oscar Pistorius fond en larmes.


13h20 :
la batte de cricket n'a pas servi à frapper Reeva Steenkamp, argumente l’avocat Barry Roux. Selon lui, elle était recouverte de sang car elle était sur les lieux du crime.

12h52 : l’avocat de la défense, Barry Roux, minimise les témoignages des voisins évoquant une dispute du couple Oscar Pistorius-Reeva Steenkamp dans la maison. Pour en savoir plus sur les témoignages accablants pour Oscar Pistorius, cliquez ici. 

12h45 : "Oscar Pistorius voulait 'désespérément' sauver Reeva", affirme l’avocat de la défense, Barry Roux. Il rappelle que l’athlète a appelé les secours puis porté la victime dans ses bras pour descendre au rez-de-chaussée de la maison.

12h39 : l’audience reprend avec la plaidoirie de la défense. “La criminalité en Afrique du Sud est présente partout, même dans des résidences protégées où vit Oscar Pistorius", rappelle le pénaliste Barry Roux, qui souligne la peur de son client à l'encontre des voleurs.

12h08 : la décision concernant la libération sous caution d’Oscar Pistorius sera reportée à demain, estime l’avocat de la défense, Barry Roux. "Nous avons commencé trop tard", a-t-il glissé au correspondant de la BBC en Afrique du Sud, Andrew Harding.

12h05 : l'audience est suspendue.

11h54 : l'avocat d'Oscar Pistorius, Barry Roux, affirme que Reeva Steenkamp et Oscar Pistorius ont passé la nuit ensemble, preuve d’une relation amoureuse entre eux et non d’une volonté de meurtre.

11h44 : la défense souligne qu’"il n’existe aucune preuve de meurtre avec préméditation".

11h36 : l’avocat d’Oscar Pistorius, Barry Roux, débute sa plaidoirie. Il affirme que la déclaration sous serment de son client est "cohérente" avec les preuves recueillies par la police.

11h32 : Hilton Botha quitte la salle.

11h25 : L'enquêteur a reconnu que publiquement des failles dans son enquête. "Je suis sûr que ça aurait pu être mieux mené", a-t-il déclaré. "Botha reconnaît que les relevés téléphoniques des téléphones portables auraient dû être vérifiés", indique également la journaliste Karyn Maughan, de eNCA, sur son compte twitter.

La défense a également notifié que les policiers avaient omis de mettre des patins au pied sur le lieu du crime et de récupérer une douille tombée dans la cuvette des WC. 

11h08 : Hilton Botha est arrivé dans la salle d’audience. "Il sourit", précise sur son compte twitter Karyn Maughan, une journaliste de la chaîne d’information en continu sud-africaine, eNCA.

10h51 : dans un communiqué, Nike annonce la suspension de son contrat avec l'athlète. Mais l'athlète est entouré de professionnels de la communication qui alimentent son site Internet de communiqués quotidien et de messages de soutien. 

10h45 : suspension de l'audience qui vient à peine de commencer, le temps d'aller chercher le principal enquêteur dans le cadre du procès pour meurtre d’Oscar Pistorius. Hilton Botha avait préféré ne pas rentrer dans la salle d’audience ce matin.

10h30 : début de l'audience. Oscar Pistorius fait son entrée dans la salle du tribunal. 

Première publication : 21/02/2013

  • AFRIQUE DU SUD

    Les témoignages accablants à l'encontre de Pistorius se multiplient

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Pistorius se dit "dévasté" par la mort de son "amour Reeva"

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Oscar Pistorius, présumé meurtrier, "sous l'emprise de produits dopants"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)