Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Afrique

L'athlète sud-africain Oscar Pistorius libéré sous caution

© AFP

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 22/02/2013

Après quatre jours d'audience à Pretoria, le juge Desmond Nair a décidé de libérer sous caution Oscar Pistorius, accusé du meurtre de sa compagne, tuée le 14 février. Sa prochaine comparution devant la justice aura lieu le 4 juin.

"Je suis arrivé à la conclusion que l'accusé a présenté un dossier qui permet sa libération sous caution", a déclaré le juge du tribunal d'instance de Pretoria, Desmond Nair. Quand la décision est tombée dans la salle d’audience, à 15h25, les proches d’Oscar Pistorius ont lâché des "yes" de soulagement. L’athlète, lui, est resté calme et impassible.

Les quelque 200 personnes agglutinées dans la salle d’audience, d’une capacité de

Le juge estime que l'enquête a été mal faite

90, ont attendu près de deux heures le verdict du magistrat. Avant de rendre sa décision, le juge Desmond Nair a livré un long monologue pour reprendre minutieusement les dépositions de la défense et de l'accusation. Oscar Pistorius, athlète paralympique de 26 ans, affirme avoir tué par erreur son amie Reeva Steenkamp, un mannequin de 29 ans, au matin du 14 février à son domicile de Pretoria.

"La défense n'a pas réussi à démontrer devant cette cour qu'il y avait des faiblesses dans le dossier du parquet", a-t-il indiqué avant d'ajouter aussitôt : "Pareillement, le parquet (...) n'a pas non plus démontré que le dossier contre l'accusé était assez fort et incontestable pour (que Pistorius ait des raisons) de fuir ou d'échapper à son procès".

Desmond Nair est longuement revenu sur les tendances violentes de l'athlète, dont il a beaucoup été question pendant les quatre jours d'audience. "L'accusé a montré des tendances agressives", a-t-il admis, avant de regretter que l'accusation n'ait pas apporté "de preuves suffisantes pour établir des faits".

85 000 euros de caution

Le juge a relevé qu'Oscar Pistorius ne risquait pas de fuir à l'étranger, compte tenu de sa notoriété et du fait qu'il ne pourrait qu'y mener une vie de fugitif. Rendant sa décision huit jours après le crime, le juge a aussi souligné que l'enquête n'en était encore qu'à ses débuts. Le procès s’ouvrira le 4 juin au tribunal de Pretoria.

"Levez-vous", a ensuite demandé le juge Desmond Nair à l’accusé. Le montant de la caution est alors fixé à un million de rands (environ 85 000 euros), avec obligation de verser 100 000 rands en liquide (8 500 euros).

Le magistrat a ensuite listé toutes les conditions de sa remise en liberté : obligation de confier toutes ses armes à la justice, se rendre deux fois par semaine au commissariat de Brooklyn -un quartier aisé de Pretoria - , interdiction de retourner à son domicile et éviter tout contact avec les témoins de l'affaire. Oscar Pistorius devra également remettre son passeport à la justice, éviter d'être à proximité d'un aéroport et demander une autorisation à chaque fois qu'il veut quitter la ville de Pretoria. L'athlète n'est pas non plus autorisé à boire de l'alcool.

"Est-ce que vous avez bien entendu toutes ces règles ?", interroge le juge. "Oui, votre honneur", répond l’accusé. Ce seront ses seuls mots durant cette journée d’audience.

Les membres de la famille d’Oscar Pistorius, ainsi que ses proches, ont alors formé un cercle et prié. "Oui, nous sommes soulagés par le fait qu'Oscar a été libéré sous caution aujourd'hui, mais en même temps, nous portons le deuil pour Reeva Steenkamp et sa famille", a réagi Arnold Pistorius, l'oncle du sportif. La famille de la victime est, elle, restée interdite.

 

Première publication : 22/02/2013

  • AFRIQUE DU SUD

    La défense d'OScar Pistorius destabilise l'accusation

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Pistorius se dit "dévasté" par la mort de son "amour Reeva"

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Oscar Pistorius, présumé meurtrier, "sous l'emprise de produits dopants"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)