Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

Afrique

La recherche des otages français se poursuit au Nigeria

© AFP

Vidéo par Willy BRACCIANO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/02/2013

La recherche des sept Français enlevés dans l'Extrême-Nord du Cameroun le 19 février se poursuivait vendredi au Nigeria, au lendemain de la fausse annonce de leur libération. Par ailleurs, des ressortissants français commencent à quitter la région.

"Que ce soit côté français, ou côté camerounais, on est partagés entre optimisme et inquiétudes", raconte l'envoyé spécial de FRANCE 24 Willy Bracciano. La fausse annonce de la libération des otages français pourrait davantage compliquer la situation, assure le reporter d'après les témoignages qu'il a pu recueillir depuis jeudi soir.

Par ailleurs, l'annonce de François Hollande selon laquelle les otages auraient été séparés n'a pas rassuré. "Ici, on pense que cela va compliquer la localisation", explique Willy Bracciano. "Cela risque de compromettre une arrivée groupée des

De nombreux ressortissants français sont partagés entre espoir et inquiétudes

otages."

Les sept otages français, trois adultes et quatre enfants, âgés de 5 à 12 ans, et appartenant à la même famille, seraient séparés en deux groupes et détenus par leurs ravisseurs dans le nord-est du Nigeria. Depuis le 21 février, les forces nigérianes concentrent leurs recherches dans ce secteur, frontalier avec l'Extrême-Nord du Cameroun où la famille a été enlevée le 19 février. Le jour même du rapt, des gendarmes et des militaires français avaient été dépêchés sur place  pour collaborer à l'enquête, "en accord et en étroite coordination avec la police camerounaise" avait annoncé le ministère français de la Défense.

Les recherches se concentrent au Nigeria

Tous les regards se portent désormais vers le Nigeria, où les forces du pays ont poursuivi vendredi la traque des ravisseurs, alors que des expatriés commencent à quitter l'Extrême-Nord du Cameroun classé "zone rouge" par le Quai d'Orsay depuis l'enlèvement.

"Des coopérants et agents d'ONG internationales sont en train de quitter la ville (de Maroua, principale ville de l'Extrême-Nord)", a affirmé à l'AFP Henri Tourneux, un chercheur français établi dans la ville depuis environ 20 ans. Le calme est néanmoins de mise, selon le reporter Willy Bracciano.

Mais s'il est difficile de collecter des informations fiables pour des raisons de sécurité évidentes, "le fait que les recherches se concentrent dans une zone bien précise laisse penser que l'on dispose d'élements d'information en haut lieu," assure le reporter de FRANCE 24. "Cela pourrait présager un dénouement heureux", ajoute t-il.

La priorité est "d'abord d'identifier la place exacte où (les otages) seraient retenus" avant d'envisager "comment nous pourrions les faire libérer dans les meilleures conditions", avait déclaré jeudi le président français François Hollande. "Nous sommes en pleine coopération avec les autorités nigérianes et camerounaises pour localiser l'endroit où seraient retenus nos ressortissants", avait-t-il précisé.


Première publication : 22/02/2013

  • CAMEROUN

    François Hollande : "Nous tentons de localiser les sept otages français"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Enlèvement au Cameroun : des militaires français envoyés sur place

    En savoir plus

  • CAMEROUN-FRANCE

    Famille enlevée au Cameroun : qui sont les Moulin-Fournier ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)