Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Afrique

Ali Larayedh Premier ministre tunisien, une nomination controversée

© AFP

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/02/2013

Le chef de l’État tunisien, Moncef Marzouki, a approuvé la nomination du ministre de l'Intérieur Ali Larayedh au poste de Premier ministre. Sa candidature avait été soumise plus tôt par le parti islamiste majoritaire Ennahda.

Le président tunisien Moncef Marzouki a approuvé ce vendredi la nomination d'Ali Larayedh, actuel ministre de l'Intérieur, au poste de Premier ministre, a annoncé le porte-parole de la présidence, Adnène Mancer. Le parti islamiste tunisien Ennahda avait proposé son nom comme candidat au poste de Premier ministre pour sortir le pays d'une grave crise politique.

Ali Larayedh a 15 jours pour former son gouvernement

Prisonnier torturé sous le régime tunisien déchu de Zine el-Abidine Ben Ali, puis ministre de l'Intérieur après la révolution de 2011, Ali Larayedh, 57 ans, est considéré comme un homme de dialogue appartenant au courant modéré des islamistes.

"Bilan assez mitigé"

L’ancien ministre de l’Intérieur n’a pourtant pas eu bonne presse, ces derniers mois, auprès du peuple tunisien. "Son bilan du point de vue de l’opposition est assez mitigé", reconnaît David Thomson.

L’opposition lui reproche en effet la faillite sécuritaire du pays, en proie depuis plusieurs mois à de multiples manifestations sociales, et une trop grande indulgence à l’égard des salafistes.

"Larayedh n'est pas un homme de consensus", a déclaré Nejib Chebbi, le dirigeant du Parti républicain, ce vendredi, sur les ondes de Radio Express FM. "Il a échoué en tant que ministre de l'Intérieur", a-t-il ajouté.

Larayedh a été très critiqué pour n'avoir déployé qu'un dispositif de sécurité minimal autour de l'ambassade des États-Unis, le 14 septembre 2012, alors que les islamistes radicaux appelaient à manifester devant le bâtiment. L'opposition lui reproche également son laxisme lors de l'attaque d'une exposition d'art contemporain, en juin dernier.

"Responsable" de la mort de Belaïd

Surtout, depuis le 6 février, jour de l’assassinat de l’opposant Chokri Belaïd, la colère d'une partie des Tunisiens a redoublé à son égard. Les proches de la victime l'accusent d'avoir failli à assurer la sécurité du leader de gauche. Plusieurs milliers de personnes s’étaient d'ailleurs réunis le 6 et 7 février devant le ministère de l’Intérieur pour réclamer sa démission.

L'ancien Premier ministre Hamadi Jebali avait refusé, jeudi, la proposition d’Ennahda de le reconduire dans ses fonctions. Il avait auparavant renoncé à son poste après le rejet par son propre parti de l’idée d’un gouvernement de technocrates apolitiques.

Moncef Marzouki a souhaité que le nouveau Premier ministre s'attèle "le plus rapidement possible" à la formation de son cabinet. Le parti islamiste a promis de former un gouvernement d’ouverture mêlant personnalités politiques et technocrates pour sortir de la crise politique.

Première publication : 22/02/2013

  • TUNISIE

    Des suspects arrêtés dans l'affaire de l'assassinat de Chokri Belaïd

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Hamadi Jebali refuse d'être reconduit à la tête du gouvernement tunisien

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Le Premier ministre tunisien Hamadi Jebali démissionne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)