Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Contrats de travail : vers plus de flexibilité ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Violences gynécologiques, la lutte prend corps"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tweets, retweets et détweets

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : un deuil national de trois jours et de nombreuses questions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le combat des esclaves sexuelles sud-coréennes continue"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

États-Unis : vers une guerre commerciale avec la Chine ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'Inde, 70 ans et toujours jeune"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : au moins 18 morts dans l’attentat de Ouagadougou

En savoir plus

Afrique

Inquiétude dans les rues de Yaoundé sur le sort des sept Français enlevés

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/02/2013

Quatre jours après l’enlèvement des sept Français dans le nord du Cameroun, la population de Yaoundé est dans l’attente de nouvelles des otages. Reportage.

Depuis le rapt des sept Français dans le nord du Cameroun, mardi 18 février, l’inquiétude est palpable dans les rues de la capitale Yaoundé.

"Nous sommes très émus par ce qui est arrivé. L'ensemble des Camerounais espèrent que les otages soient libérés très rapidement, et nous avons tous espoir qu'ils le soient dans les heures, dans les jours qui viennent," confie à FRANCE 24 un habitant du quartier résidentiel Bastos, très prisé des expatriés, où vivait la famille kidnappée.

Pour Solange, vendeuse de rue qui comptait les otages parmi ses clients, l’émotion est vive : "Que ces gens [les ravisseurs, ndlr] aient pitié de ces enfants. Ce qui me touche au plus au point, c’est que ce sont des innocents."

Les inquiétudes demeurent dans la "zone rouge"

"On aurait pu être dans leur situation"

Du côté des Français présents sur place, l’enlèvement de mardi soulève un problème de sécurité dans le pays. "On aurait très bien pu être dans leur situation. En tant que touriste dans le nord, on peut se faire prendre en otage sans raison," explique Verane, une volontaire française, à la sortie d’une agence immobilière spécialisée dans les locations pour expatriés. "C'est un peu angoissant au niveau de la sécurité au nord." Cette région a été classée en "zone rouge" depuis l’enlèvement.

Les sept otages français seraient détenus par leurs ravisseurs en deux groupes dans le nord-est du Nigeria. Depuis jeudi, les forces nigérianes ont engagé une "vaste chasse à l’homme" et concentrent leurs recherches dans le secteur frontalier avec le Cameroun. Selon une source sécuritaire nigériane, les otages n'ont pas encore été localisés.

Les Français dans le nord du Cameroun appelés à se mettre à l’abri

Première publication : 23/02/2013

  • CAMEROUN

    François Hollande : "Nous tentons de localiser les sept otages français"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Enlèvement au Cameroun : des militaires français envoyés sur place

    En savoir plus

  • CAMEROUN-FRANCE

    Famille enlevée au Cameroun : qui sont les Moulin-Fournier ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)