Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • L'ex-otage Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Mali : Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

Afrique

Inquiétude dans les rues de Yaoundé sur le sort des sept Français enlevés

©

Vidéo par Willy BRACCIANO , Jonathan WALSH

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/02/2013

Quatre jours après l’enlèvement des sept Français dans le nord du Cameroun, la population de Yaoundé est dans l’attente de nouvelles des otages. Reportage.

Depuis le rapt des sept Français dans le nord du Cameroun, mardi 18 février, l’inquiétude est palpable dans les rues de la capitale Yaoundé.

"Nous sommes très émus par ce qui est arrivé. L'ensemble des Camerounais espèrent que les otages soient libérés très rapidement, et nous avons tous espoir qu'ils le soient dans les heures, dans les jours qui viennent," confie à FRANCE 24 un habitant du quartier résidentiel Bastos, très prisé des expatriés, où vivait la famille kidnappée.

Pour Solange, vendeuse de rue qui comptait les otages parmi ses clients, l’émotion est vive : "Que ces gens [les ravisseurs, ndlr] aient pitié de ces enfants. Ce qui me touche au plus au point, c’est que ce sont des innocents."

Les inquiétudes demeurent dans la "zone rouge"

"On aurait pu être dans leur situation"

Du côté des Français présents sur place, l’enlèvement de mardi soulève un problème de sécurité dans le pays. "On aurait très bien pu être dans leur situation. En tant que touriste dans le nord, on peut se faire prendre en otage sans raison," explique Verane, une volontaire française, à la sortie d’une agence immobilière spécialisée dans les locations pour expatriés. "C'est un peu angoissant au niveau de la sécurité au nord." Cette région a été classée en "zone rouge" depuis l’enlèvement.

Les sept otages français seraient détenus par leurs ravisseurs en deux groupes dans le nord-est du Nigeria. Depuis jeudi, les forces nigérianes ont engagé une "vaste chasse à l’homme" et concentrent leurs recherches dans le secteur frontalier avec le Cameroun. Selon une source sécuritaire nigériane, les otages n'ont pas encore été localisés.

Les Français dans le nord du Cameroun appelés à se mettre à l’abri

Première publication : 23/02/2013

  • CAMEROUN

    François Hollande : "Nous tentons de localiser les sept otages français"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Enlèvement au Cameroun : des militaires français envoyés sur place

    En savoir plus

  • CAMEROUN-FRANCE

    Famille enlevée au Cameroun : qui sont les Moulin-Fournier ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)