Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Faut-il s'inquiéter de la chute du prix du baril ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

En Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : que reste-t-il de la révolution du Maïdan?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"The Search", Bérénice Bejo sur le champ de bataille

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

SUR LE NET

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : le ministre de la Culture contraint à la démission

En savoir plus

DÉBAT

L’affaire Ferguson, triste miroir de la société américaine?

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : l'impossible accord ?

En savoir plus

FRANCE

Quand les César moquent Gérard Depardieu

© AFP

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 23/02/2013

Lors de la 38e édition des César organisée vendredi, le président de la cérémonie Jamel Debbouze et Antoine de Caunes ont pris pour cible dans un sketch Gérard Depardieu, exilé en Russie.

Le citoyen russe le plus célèbre du cinéma français était présent dans tous les esprits. Le président de la cérémonie des César Jamel Debbouze a taclé à distance Gérard Depardieu, un de ses anciens partenaires de tournage, lors de la remise des prestigieuses statuettes, vendredi 22 février.

Se mettant dans la peau d’un président, l’humoriste français a dressé les grandes lignes de son gouvernement fictif et nommé Gérard Depardieu "ministre des Affaires étrangères et du Tourisme", une référence à la décision de l'acteur de s'exiler fiscalement en Belgique, avant de prendre la nationalité russe.

Dans un film parodique diffusé en début de soirée, Antoine de Caunes, le maître de cérémonie, a également fait référence à la polémique sur la taxe à 75 % pour les hauts revenus, raison qui aurait animé le départ de Gérard Depardieu à l'étranger. Dans la vidéo inspirée par une séquence du film original sur les deux plus célèbres Gaulois, Antoine de Caunes interpelle Astérix (Edouard Baer) et Obélix (Gérard Depardieu) : "Vous savez qu’on a changé de président ? D’ailleurs le nouveau il veut taxer à 75 %", "Quoi, qu’est-ce que tu as dit là ?" répond instantanément Gérard Depardieu, l'air choqué. Une version accueillie par les rires du public du Théâtre du Châtelet.

"Les César c’est très bien mais là, je suis dans un autre cinéma"

Gérard Depardieu invité pour l'inauguration d'un cinéma à Moscou

À plusieurs milliers de kilomètres du rassemblement mondain parisien, Gérard Depardieu, lui, était l’invité d’une autre soirée, organisée pour l’inauguration d’une salle de cinéma, à Moscou. Accueilli en grande pompe, le nouveau citoyen russe a clamé son amour pour son pays d'adoption, ses femmes, sa littérature et a qualifié le président Vladimir Poutine de "bâtisseur" de la nouvelle Russie.

"Il y a plein de caméras françaises qui n’attendent qu’une chose c’est que je dise des conneries", a-t-il tempêté, une fois son discours terminé, alors que des journalistes français venaient le solliciter. "Je n’ai rien à dire (…) Les César, c’est très bien mais là, je suis dans un autre cinéma," a poursuivi, en guise de fin de non recevoir, le lauréat du César du meilleur acteur 1991 pour son rôle dans "Cyrano de Bergerac".

Gérar Depardieu a été officiellement enregistré samedi comme résident de la région russe de Mordovie au 1, rue de la Démocratie à Saransk, située à 650 km à l'est de Moscou.

 



 

Première publication : 23/02/2013

  • FRANCE

    Dans la résidence de Poutine, Depardieu reçoit son passeport russe

    En savoir plus

  • CINÉMA

    La France perd Depardieu mais veut rapatrier les tournages de films

    En savoir plus

  • CINÉMA

    "Amour" de Michael Haneke triomphe aux César

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)