Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Choquette, drôlement magique !

En savoir plus

TECH 24

Quand le jeu vidéo change le monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Université d'été du PS : "une allumette et c'est l'incendie"

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : la Syrie, une alliée inévitable ?

En savoir plus

DÉBAT

François Hollande expose la ligne diplomatique de la France

En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

  • Obama "n'a pas encore de stratégie" pour intervenir contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

Afrique

L'opposition veut boycotter les législatives, Morsi avance la date du scrutin

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/02/2013

L'opposant égyptien Mohamed El-Baradei a appelé samedi à boycotter les élections législatives d'avril, condamnant "l'imposture de la démocratie" du régime Morsi. Parallèlement, le président a annoncé qu'il avancera de cinq jours le début du vote.

L'opposant égyptien Mohamed ElBaradei a appelé samedi au boycottage des élections
législatives qui doivent avoir lieu sur trois mois à partir d'avril, invoquant "un acte de tromperie" de la part du président Mohamed Morsi.

Les islamistes, qui ont remporté haut la main tous les scrutins depuis la "révolution du Nil" qui a fait chuter Hosni Moubarak en février 2011, affirment que les élections sont
crédibles et prédisent une forte participation.

Si les divisions entre islamistes et opposition restent fortes, le président Mohamed Morsi a fait samedi une concession à la minorité chrétienne copte sur le calendrier prévu.

Le chef de l'État, répondant aux critiques des coptes, a accepté d'avancer de cinq jours, au 22 avril, le début du scrutin qui aura lieu en quatre phases jusqu'au 24 juin, le
nouveau parlement devant se réunir le 2 juillet.

Les membres de la minorité copte, qui représente 10% de la population, avaient protesté contre les dates annoncées jeudi par le président Morsi, en soulignant que certaines correspondaient aux célébrations de la fête de Pâques.

L'organisation des élections en plusieurs phases a été jugée nécessaire compte tenu du nombre relativement faible de magistrats pour superviser le scrutin.

Mohamed ElBaradei a rappelé qu'il avait déjà lancé un appel similaire en 2010 lors d'élections organisées sous la présidence d'Hosni Moubarak, qui avaient été largement considérées comme manipulées.

Difficile transition

"Aujourd'hui, je réitère mon appel, (je) ne participerai pas à un acte de tromperie", écrit l'ancien directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur son compte Twitter.

Vendredi, plusieurs mouvements de l'opposition avaient déploré que le président Mohamed Morsi ait convoqué des élections en pleine crise politique et menacé de les boycotter.

L'Assemblée du peuple, chambre basse du Parlement, a été dissoute l'an dernier par la Cour constitutionnelle juste avant l'élection présidentielle en raison d'une loi électorale jugée injuste.

Les législatives organisées fin 2011-début 2012, premier scrutin libre de l'histoire de l'Egypte, avaient été largement remportées par les Frères musulmans, devant les salafistes. Les partis libéraux n'avaient fait que de la figuration.

Pour Mohamed Morsi, le scrutin doit parachever la difficile transition démocratique entamée avec la démission d'Hosni Moubarak. Selon les mouvements islamistes, il s'agit du seul moyen de ramener le calme et d'enrayer la glissade de l'économie.

Pour Essam Erian, du parti Liberté et Justice, vitrine politique des Frères musulmans, la nouvelle législature ramènera la cohésion dans la vie politique égyptienne.

Et le scrutin, écrit-il sur sa page Facebook, sera organisé sous "une totale supervision de la justice" et sera suivi par la presse nationale, africaine et internationale.

Le vote sera suivi par la société civile et les organisations de défense des droits de l'homme, précise-t-il en disant attendre une participation importante.

Alors que les islamistes ont su s'organiser pour remporter toutes les élections depuis la révolution, l'opposition libérale et de gauche est apparue en proie aux divisions. En outre, de précédentes menaces de boycott ne se sont pas matérialisées.

Le Front de salut national (FSN), qui regroupe un certain nombre de partis politiques opposés aux islamistes, dont celui de Mohamed ElBaradei, doit décider la semaine prochaine de sa participation au boycottage.

"Il s'agit de la position et de l'opinion personnelles du Dr ElBaradei", souligne le porte-parole du FSN Khaled Daoud, tout en ajoutant que d'autres personnalités du Front penchent pour le boycottage.

 

Avec dépêches

Première publication : 23/02/2013

  • ÉGYPTE

    L’agression sexuelle devient un enjeu politique en Égypte

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Sécurité renforcée pour des opposants égyptiens menacés de mort

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    L'opposition égyptienne appelle au départ du président Morsi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)