Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

  • Budget 2015 : la baisse des dépenses à pas feutrés

    En savoir plus

  • Rentrée des classes meurtrière à Donetsk

    En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, assassiné en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

FRANCE

L'étiquetage des plats cuisinés, nouveau credo des professionnels de la viande

© Rachel Holman / FRANCE 24

Vidéo par Nicolas GERMAIN

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 23/02/2013

Après le scandale de la viande de cheval, le chef de l'État, François Hollande a promis un étiquetage des plats cuisinés. Entretien au salon de l'Agriculture avec le directeur d'Interbev (syndicat de la filière viande).

L’étiquetage obligatoire des plats cuisinés : l’engagement est pris par le président François Hollande alors qu’il arpente les allées du Salon de l’agriculture, rendez-vous annuel des éleveurs et des producteurs de l’agro-alimentaire qui a ouvert ses portes, samedi 23 février à Paris.

Les circuits de la viande (Cliquer pour agrandir)

Révélé début février par les autorités britanniques, le scandale de la viande de cheval a touché d'autres pays européens, notamment la France. Ce samedi, c'est en Italie que de la viande non bovine a été trouvée dans des lasagnes à la bolognaise fabriquées par l'entreprise Primia, dans la région de Bologne.

François Hollande a déclaré qu'il souhaitait convaincre ses partenaires européens de la nécessité d'"un étiquetage obligatoire" de l'origine des viandes entrant dans la composition des plats cuisinés, soulignant que cela prendrait "quelques mois".

Au salon de l’Agriculture, les professionnels du secteur veulent "défendre leur bifteack" et se saisissent de ce scandale pour faire entendre leur voix. Yves Berger, directeur général de l’interprofessionnelle du bétail et de la viande, Interbev - syndicat qui détient le label "viande bovine française" (BVF) - revient en détail sur les revendications de la filière viande et sur les négociations en cours avec le gouvernement et Bruxelles.

FRANCE 24 : Où en êtes-vous des négociations pour une meilleure traçabilité de la viande dans les plats cuisinés ?

Yves Berger : On a déjà eu deux réunions plénières en présence des deux ministres en charge de l’Agroalimentaire, Stéphane Le Foll et Guillaume Garrot et le ministre en charge de la Consommation, Benoît Hamon. Nous devons faire en sorte de limiter les risques, même si cela ne veut pas dire que la fraude ne peut pas exister. Et parmi ces moyens, nous avons proposé d’étendre aux plats cuisinés à base de viande la réglementation qui existe déjà sur la viande fraîche : l'étiquetage avec le pays de naissance et le pays d’abattage. Et s’il s’agit du même pays, par exemple la France, apposer le logo VBF (Viande bovine française).

Nous demandons que lorsqu’on livre de la matière première qui rentre dans la composition de plats cuisinés, on indique ces précisions au transformateur - celui qui fabrique les lasagnes par exemple -, et que ce soit transmis au consommateur. Cela permettra d’éviter les fraudes. Or, si c’est uniquement marqué Union européenne, c’est trop large, il peut y avoir tromperie.

Yves Berger, directeur général d'Interbev Crédit photo : Rachel Holman / FRANCE 24



FRANCE 24 : Mais ces informations ne sont-elles pas déjà fournies au transformateur ?
Yves Berger : Nous donnons l’information au transformateur, mais ce n’est pas inscrit sur le produit vendu à la consommation. Les industriels disent que c’est compliqué de différencier les lots par pays, parce qu’ils mélangent les viandes de différentes origines, ils trouvent plus simple d’apposer une étiquette Union européenne. Interbev

Visite au salon de l'agriculture
propose qu’ils séquencent leur production : à un moment, ils produisent à partir de la viande de tel pays, ensuite d'un autre...

Mais ils rétorquent que leurs emballages ne conviennent pas, qu'ils ne vont pas pouvoir indiquer tous les pays! Nous leur répondons : vous ne le mettez pas sur l’emballage, mais sur l’étiquette poids-prix. L’idéal serait d’utiliser de la viande française systématiquement, et d’apposer le logo VBF sur l’emballage.

Mais pour cela, nous avons plusieurs contraintes : il faut d’abord avoir le droit de le faire. Or cela relève du droit communautaire à la concurrence, il faut que les textes évoluent au niveau de Bruxelles. Des discussions sur le sujet étaient déjà en cours, avant la crise, mais elles ne devaient aboutir que fin 2014. Bruxelles impose un processus long, il faut mettre tout le monde d’accord. A présent, nous espérons pouvoir gagner le maximum de temps. La crise étant européenne, cela facilite les choses. Les Allemands sont sur la même longueur d’onde, le Royaume-Uni a voté comme les Français – ce qui est assez nouveau dans le domaine agricole.

Cela n’avance toutefois pas assez vite à notre goût. C’est la raison pour laquelle nous proposons que les choses se fassent de façon volontaire. Findus a déjà pris l’engagement de tout tracer et d’adopter le logo VBF. Or ce logo est propriété d’Interbev et nous vérifions que les fournisseurs sont bien adhérents à la démarche avant de donner notre accord… Cela devrait prendre une dizaine de jours. Carrefour a également annoncé ce matin qu’il allait tout vendre en VBF. Intermarché fait pareil. On compte beaucoup sur la base pour pousser.

FRANCE 24 : C’est une occasion en or pour vous de valoriser la viande française ?

Yves Berger : Bien sûr ! Même si on se passerait volontiers de cette crise, il est certain que, en ce qui concerne la viande fraîche du moins, on ne note pas d’évolution à la baisse de la consommation. Ce n’est pas une crise sanitaire où les gens se détournent massivement de la viande. Au contraire, les consommateurs préfèrent se tourner vers leur détaillant, leur boucher, et fabriquer eux-mêmes leurs lasagnes. Même dans les supermarchés, on note un plus grand intérêt pour le rayon boucherie.

Mais vous pourriez avoir la même confiance sur les produits cuisinés, à partir du moment où l'industriel ne mélange pas plusieurs sources. C’est vrai en viande bovine, peut-être aussi en viande porcine : le consommateur va de plus en plus chercher une assurance sur l’étiquette.

La distribution a parfaitement compris que si le consommateur ne vient plus acheter le produit, il n’y a plus de distributeur ! Il a intérêt à ce que le consommateur soit rassuré pour revenir acheter chez lui.
 

Première publication : 23/02/2013

  • Dacian Ciolos, Commissaire européen à l’Agriculture et au Développement rural

    En savoir plus

  • AGROALIMENTAIRE

    "Nous avions déjà décelé de la viande de cheval dans certains aliments en 2003"

    En savoir plus

  • AGROALIMENTAIRE

    Scandale de la viande de cheval : que faire des produits retirés ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)