Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

EUROPE

Nicos Anastasiades élu président de Chypre avec 57,5% des voix

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/02/2013

Le conservateur Nicos Anastasiades est arrivé dimanche en tête des élections présidentielles avec 57,5% des voix. L'avocat pro-européen, âgé de 66 ans, prend les rênes d'un pays au bord de la faillite.

Le candidat de droite Nicos Anastasiades a été élu dimanche à la présidence de Chypre avec 57,5% des voix et aura désormais la difficile tâche de conclure un plan de sauvetage européen crucial pour l'île au bord de la faillite.

Avocat pro-européen de 66 ans et vétéran de la vie politique chypriote, M. Anastasiades a largement devancé Stavros Malas, un indépendant soutenu par les communistes dominant le gouvernement sortant, selon les résultats officiels qui font état d'un taux de participation de plus de 81%.

L'équipe de M. Anastasiades a annoncé que celui-ci prendrait la parole à 21H00 (19H00 GMT). "Chypre est à la croisée des chemins (...). Ce scrutin marque le début d'une nouvelle ère", avait-il affirmé dans la matinée après avoir voté dans la ville côtière de Limassol.

Alors que le pays a demandé en juin une aide financière internationale, le scrutin était suivi de près par les ministres des Finances de la zone euro, qui ont attendu le résultat de la présidentielle pour se prononcer sur le plan d'aide.

"Les Chypriotes ont donné à M. Anastasiades un mandat fort pour appliquer son programme de réforme et faire ce qu'il faut pour garantir la durabilité budgétaire et financière", a salué le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

Le responsable européen a appelé le vainqueur pour "lui assurer qu'il pouvait compter sur l'engagement continu de la Commission européenne pour aider Chypre à surmonter ses défis", selon un communiqué.

M. Anastasiades s'était dit prêt à des mesures radicales pour obtenir la confiance des bailleurs de fonds internationaux. M. Malas, soutenu par le parti communiste Akel du très impopulaire président sortant Demetris Christofias, avait en revanche promis d'atténuer les mesures d'austérité réclamées par les bailleurs de fonds.

"Je félicite publiquement M. Anastasiades. Maintenant nous avons besoin d'unité, mais nous critiquerons sévèrement tout ce qui pourrait aller contre l'intérêt du peuple ou du pays", a-t-il déclaré devant ses partisans réunis à son QG de campagne.

Concert de klaxons


A Nicosie, devant les locaux du parti Disy (droite), que M. Anastasiades dirige depuis 1997, une large foule a accueilli l'annonce de sa victoire avec des cris de joie, tandis que des concerts de klaxons ont résonné pendant une partie de la soirée à travers la ville.

"J'ai voté pour Anastasiades (...). Je pense qu'il est le meilleur politicien que nous avons à Chypre. Notre pays a beaucoup de problèmes économiques et nous avons de meilleures chances (de nous en sortir) avec lui", a affirmé à l'AFP Georgios Rossides, un restaurateur de 54 ans.

Les dernières prévisions de la Commission européenne sont en effet pessimistes: l'économie, qui s'est contractée de 2,3% en 2012, devrait poursuivre sa chute en 2013 (-3,5%), et la reprise n'est pas attendue avant 2016, alors que le chômage a plus que doublé en 18 mois pour atteindre 14,7%.

"Nous avons beaucoup à faire pour ranimer l'économie. Tout est possible", a assuré Christopher Pissarides, prix Nobel d'économie, qui s'est dit prêt à aider le nouveau gouvernement.

Le gouvernement chypriote a évalué à 17 milliards d'euros l'aide financière nécessaire, soit l'équivalent de son Produit intérieur brut annuel, destinée en premier lieu à renflouer les banques, très exposées à la dette grecque.

Face à la sévérité de la crise, la question de la réunification de l'île divisée depuis l'invasion turque de 1974 a été pour la première fois reléguée au second plan des enjeux du scrutin.

Mais la communauté internationale attendra du nouveau président qu'il fasse progresser les négociations menées sous l'égide de l'ONU. En 2004, M. Anastasiades avait soutenu un plan de réunification proposé par l'ONU et accepté par les Chypriotes-turcs mais rejeté par une grande majorité de Chypriotes-grecs.

Ce pragmatisme lui a valu de vives critiques, et il prône désormais un consensus politique sur ce dossier, sans pour autant présenter de stratégie claire.

AFP

Première publication : 24/02/2013

  • CHYPRE

    Le candidat de la droite en tête du premier tour de la présidentielle à Chypre

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Chypre est parvenue à un accord sur une aide financière avec la troïka

    En savoir plus

  • SYRIE

    À Chypre, l'Union européenne planche sur les moyens d'aider l'opposition syrienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)