Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Afrique

Onze chefs d'État africains signent un accord pour ramener la paix en RDC

© AFP

Vidéo par Ludovic de Foucaud

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/02/2013

Un accord destiné à ramener la paix dans l'Est de la République démocratique du Congo a été signé dimanche à Addis Abeba par onze chefs d'État africains. Un premier pas vers une ère de stabilité, selon le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

Onze pays africains ont signé dimanche à Addis Abeba un accord cadre destiné à ramener la paix dans l'Est de la République démocratique du Congo, miné depuis 10 mois par de nouvelles violences, a constaté une journaliste de l'AFP.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, également signataire en tant que garant de la bonne application du texte, a "espéré que cet accord mènera à une ère de paix et de stabilité pour les peuples de la RDC et de la région".

Mais M. Ban a ajouté "qu'il ne s'agit que du début d'une approche globale qui nécessitera un engagement soutenu" de la part des pays de la région, pour apaiser cette zone mise à mal par de nombreuses rébellions.

Accord de paix régional et projet de force internationale robuste en RDC



De nombreux accord bilatéraux et multilatéraux ont déjà été passés ces dernières années, sans permettre de ramener une paix durable dans cette région qui suscite les convoitises en raison des richesses minières qu'elle recèle.

Les présidents de RD Congo, d'Afrique du Sud, du Mozambique, du Rwanda, du Congo et de Tanzanie ont fait le déplacement à Addis Abeba pour signer ce nouvel accord, également paraphé par des représentants d'Ouganda, d'Angola, du Burundi, de Centrafrique et de Zambie. La cérémonie de signature a été saluée par les applaudissements des participants, a constaté l'AFP.

Le document interdit aux pays extérieurs de soutenir les mouvements rebelles et encourage une série de réformes en vue de l'instauration d'un Etat de droit dans l'Est de la RDC où les institutions gouvernementales sont particulièrement faibles, selon des sources proches du dossier.

Le Rwanda et l'Ouganda ont été accusés en particulier de soutenir un mouvement rebelle, le M23, qui a brièvement conquis la principale ville de l'Est de la RDC à la fin de l'an dernier, Goma, avant d'accepter de s'en retirer en échange de l'ouverture de négociations avec le régime de Kinshasa. Les deux pays démentent une telle implication en RDC.

Le président de la RDC Joseph Kabila a émis l'espoir que le document contribue à mettre fin à "la situation déplorable" dans l'Est de son pays. Il a appelé dans son discours à écrire "une page plus glorieuse que celle des deux dernières décennies, marquées par une guerre récurrente, des violations massives des droits de l'homme et le mépris de la vie humaine".

Le président rwandais Paul Kagame a pour sa part assuré "approuver sans réserve" l'accord d'Addis Abeba, car "rien ne peut davantage bénéficier au Rwanda qu'une avancée réelle vers la paix régionale et la stabilité".

Il a en même temps appelé "à s'attaquer avec sincérité aux réels problèmes de droit, de justice et de développement et à trouver de vraies solutions pour les gens qui attendent de nous un rôle dirigeant", dans une allusion apparente à l'absence d'Etat de droit dans l'Est de la RDC et au traitement réservé dans cette région à la minorité tutsi, qui nourrit des liens étroits avec le Rwanda voisin.

La signature de cet accord était prévue fin janvier en marge du dernier sommet de l'Union africaine (UA) dans la capitale éthiopienne, siège de l'organisation continentale, mais elle avait dû être reportée in extremis, les pays d'Afrique australe demandant notamment des consultations supplémentaires, selon des sources diplomatiques.
 

AFP

Première publication : 24/02/2013

  • RD CONGO

    Les dirigeants africains repoussent la signature d'un accord pour la paix en RDC

    En savoir plus

  • RDC

    Nord-Kivu : nouvelles sanctions de l’ONU contre le M23

    En savoir plus

  • TRIBUNE

    Jacques Chirac et Valérie Trierweiler dénoncent "le drame" qui se joue au Kivu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)