Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Valls veut fermer des mosquées salafistes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise au Burundi : Regain de violences a Bujumbura

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Sur les traces du financement de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Terminator Genisys", le retour d'Arnold Schwarzenegger

En savoir plus

FACE À FACE

Alain Juppé : le réveil d'un candidat

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les druzes pris dans le tourbillon de la guerre en Syrie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Austérité ou faillite, quelle pauvreté choisir ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Grexit, Alexit, Frexit"

En savoir plus

DÉBAT

La Grèce face à ses créanciers : dette, déficit, faillite... "Grexit" ? (partie 2)

En savoir plus

Amériques

Dernier mandat du président Raul Castro, qui se retirera en 2018

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/02/2013

Le président cubain , âgé de 81 ans, a reçu dimanche un "dernier" mandat de cinq ans, de l'Assemblée nationale, pour poursuivre les réformes. Miguel Diaz-Canel, nouveau numéro deux, apparaît comme le successeur désigné de Raul Castro.

Le président cubain Raul Castro quittera le pouvoir à l’issue de son second mandat, qui s’achève en 2018, a-t-il annoncé dimanche dans une allocution télévisée, peu après avoir été réélu pour cinq ans par l’Assemblée nationale.

"Ce sera mon dernier mandat", a déclaré le président âgé de 81 ans, qui a officiellement succédé à son frère Fidel en 2008. Raul Castro a souvent plaidé pour une limitation des fonctions dirigeantes à deux mandats de cinq ans.

Le Chambre a par ailleurs créé la surprise en désignant Miguel Diaz-Canel, étoile montante de la scène politique, en tant que premier vice-président. Cet ingénieur électronique de 52 ans apparaît désormais comme le prétendant le plus en vue de Raul Castro. Ce nouveau numéro deux assurera également l’intérim si Raul Castro ne parvient pas à achever son second mandat.

La nouvelle composition du Conseil d’Etat était très attendue par les observateurs, qui scrutaient l’émergence d’une nouvelle génération de dirigeants. C'est désormais chose faite avec la nomination de Mercedes Lopez Acea, qui devient première secrétaire du Parti communiste à la Havane et de Salvador Valdes Mesa, au poste de secrétaire général de la Centrale des travailleurs.

Moyenne d'âge de 57 ans

Esteban Lazo, membre du bureau politique, cède quant à lui sa vice-présidence pour devenir président de l’Assemblée. Il succède à Ricardo Alarcon, qui a exercé cette fonction pendant plus de 20 ans.

Six des sept membres les plus éminents du Conseil d’Etat siègent au bureau politique du Parti communiste, dirigé par Raul Castro.

L’Assemblée nationale ne se réunit que quelques semaines par an et délègue ensuite ses pouvoirs législatifs au Conseil d’Etat, qui fait aussi office d’exécutif par le biais du Conseil des ministres nommé par ses soins. Quatre-vingt pour cent des 612 députés élus le 3 février sont nés après la révolution de 1959.

"Bien que nous nous efforcions de promouvoir l’émergence des jeunes aux fonctions dirigeantes, la vie nous montre que nous ne faisons pas toujours les bons choix", avait regretté Raul Castro en 2011 lors du Congrès du PC. "Nous sommes aujourd’hui confrontés à l’absence de réservoir de remplaçants qualifiés (...) C’est vraiment embarrassant que nous n’ayons pas résolu ce problème en plus d’un demi-siècle."

Conseil d'État exemplaire

Dimanche, il s’est au contraire félicité de la composition du Conseil d’État, qu’il a jugée exemplaire.

"Sur les 21 membres, 41,9% sont des femmes et 38,6% sont noirs ou métis. La moyenne d’âge est de 57 ans et 61,3% sont nés après le triomphe de la Révolution", a-t-il souligné.

Lors du Congrès de 2011, un plan en 300 points a été adopté pour moderniser une économie d’inspiration soviétique et passer du collectivisme à un modèle plus ouvert au mérite individuel.

Raul Castro a encouragé l’initiative dans les petites entreprises et les coopératives, et laissé davantage de latitude aux compagnies publiques qui restent dominantes.

Le plan de 2011 prévoit en outre une plus grande ouverture aux investissements étrangers, mais l’île reste en proie à l’embargo américain. Le cancer du président vénézuélien Hugo Chavez laisse par ailleurs planer le doute sur la pérennité de l’aide financière que Caracas puise dans sa manne pétrolière.

Avec dépêches

Première publication : 25/02/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Des parlementaires américains à Cuba pour relancer le dialogue

    En savoir plus

  • CUBA

    La Havane (entr)ouvre les portes de l'étranger aux Cubains

    En savoir plus

  • CUBA

    Raul Castro annonce la libération de près de 3000 prisonniers

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)